Partagez | 
 

 « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AEGIS
Featuring : D.va (Hana Song) • Overwatch
Disponibilités : .../7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mar 27 Déc 2016 - 22:30
KIM « ZELDA » BAE
There’s no one here today, I guess it’s time
It’s just me myself and I
ÂGE : 22 ans
SEXE : féminin
ORIENTATION : hétérosexuelle
STATUT SOCIAL : pauvre, elle n'arrive même plus à payer ses factures EDF
ORIGINE(S) : coréennes (corée du sud)
MÉTIER : ancienne idole de k-pop, maintenant streameuse ... si on considère ça comme un métier
GROUPE : Aegis (extrémiste)
PHYSIQUE

Tu ne pouvais être tranquille une seule seconde et encore une fois, alors que tu avais dormi à peine quelques heures cette nuit, tes maquilleuses étaient là, à te pomponner sous leurs pinceaux et maquillage excessif alors que ton producteur était plus occupé à choisir la première tenue que tu allais porter pour ce qui allait être cet énième shooting photo. Que ces journées pouvaient être épuisantes. Levant les yeux au ciel, tu manquas d’échapper un soupir mais te tues aussitôt au regard sévère de ton producteur … Tu te relâchais qu’il disait.

Finalement, on termina ta petite transformation pour te laisser t’admirer dans la glace. Tu avais encore ce visage d’ange, cette petite bouille aux pommettes bien dessinées. Souvent on te dit que tu fais plus jeune que ton âge, bien plus jeune et pourtant, tu es bien majeure et vaccinée pour le plaisir de certains qui n’hésitent pas à te faire quelques avances bien déplacées et recalées, vous savez la célébrité. Ton teint pâle t’offrait une pureté « parfaite » et ton visage sans la moindre imperfection ne faisait que te rendre encore plus jolie, vous savez la chirurgie. Tu n’es même plus toi-même, tu n’es plus la petite Kim de l’époque, celle qui n’avait pas encore été retouchée pour complaire à une norme stéréotypée coréenne. Tes yeux en amande aux longs cils de biche d’un marron noisette pétillaient la plupart du temps d’une certaine lueur d’amusement et tes paupières toujours maquillées d’un fard différent chaque jour ne faisait que renforcer ce regard profond. Ton petit nez très légèrement retrouvé et tes petites lèvres à l’arc de cupidon prononcé. Tes joues rosant rapidement à la moindre gêne. Que tu étais mignonne Zelda.

Alors rapidement, tu posas ton attention sur ta tignasse, cette fois laissée au naturel, belle couleur châtaine que tu évitais de transformer pour un ou deux clips et te contentant de perruques toutes aussi extravagantes les unes que les autres. On t’a souvent complimenté sur tes cheveux, doux, soigneux, brillants, agréables au toucher… Il faut dire qu’ils étaient plus que bien entretenus par tous les soins que tu leur faisais subir. T’arrivant dans le creux des reins, tu avais appris l’habitude de les attacher en une simple couette la plupart du temps pour qu’ils ne viennent pas te déranger pendant tes répétitions. Mais cette frange droite coupée à la perfection venait quelques fois te gâcher la vue. Aujourd’hui, ils étaient attachés en un chignon haut, tout ce qu’il y avait de plus mignon.

Ton producteur t’interpella, te sortant de ta trompeur t’arrachant un léger sursaut. Haussant tes sourcils parfaitement dessinés, tu lui adressas un petit regard avant de finalement te lever pour venir attraper la première tenue qu’il te proposa pour aller te changer sans poser plus de questions. Te posant devant le miroir, tu te stoppas un instant en te figeant, frissonnant toujours en remarquant l’état réel de ton corps. Tu étais belle retouchée, remodelée grâce à cette merveille d’informatique mais c’était tout autre. Tu n’étais pas très grande du haut de ton mètre soixante, pile dans la moyenne en Corée comme diraient certaines et encore une fois, ton corps n’est là que pour plaire aux autres. Tes bras fins, cassables si facilement, si fins, si fragiles donnant sur tes petites mains aux doigts adorables, aux ongles vernis de multiples couleurs toutes aussi colorées les unes que les autres.

Puis tu soupires, tout doucement sans que personne ne puisse t’entendre, que tu te trouvais moche, derrière cette facette de petite idole parfaite. Tu n’avais presque aucune forme, ou du moins pas assez pour toi. Qu’elles étaient belles, ces femmes un peu rondes et formées comme il le fallait, celles qui plaisaient aux hommes, qui arrivaient à charmer sans grands soucis. Toi ? Tu n’avais presque rien pour toi. Une toute petite poitrine que tu cachais autant que possible, un corps maigre, bien trop proche de l’anorexique alors qu’il calculait tes repas au gramme près, te nourrissant simplement de ces vitamines colorées t’empoisonnant la vie. Tes jambes te tenant à peine debout donnant naissance à de minuscules pieds n’ayant qu’un trente-six en pointure. Tu n’étais qu’une brindille ne faisant peur à personne, une pauvre victime remodelée. Ah qu’elle était belle la norme coréenne … Qu’elle était jolie …

Finalement tu t’habillas, cachant cette atrocité de tes petits yeux. Il t’avait choisi une belle robe d’un noir soyeux, des escarpins noirs des plus chers et des plus élégants. Que tu détestais ça, au plus profond de toi. Tu aimais tout ce qui était mignon, coloré et brillant. Tout ce qui pouvait faire de toi une jeune demoiselle comblée. Les robes toutes simples aux patterns extravagants, les bijoux imposants ou encore les tenues décontractées bien trop grandes pour toi. Mais pas le temps de brailler aux corneilles, ton supérieur te fit savoir son mécontentement et c’est après lui avoir fait comprendre que tu étais prête que tu sortis de ton coin… Encore une fois… Tu allais jouer cette comédie malsaine…
CARACTÈRE

Zelda, tu es cette gamine capricieuse. Cette petite enfant au soi-disant « syndrome de Peter-Pan », cette demoiselle refusant de grandir et de prendre ses responsabilités d’adultes. Tu as toujours été comme ça Zelda, à te plaindre d’avoir trop froid, trop chaud, faim, d’être fatigué, d’avoir mal aux pieds à force de marcher, que ton repas soit trop épicé ou au contraire pas assez. Tu es chiante, c’est le cas de le dire, une sale gosse pourrie gâtée et traitée comme une princesse pendant les premières années de sa vie. Lorsque tu veux quelque chose, tu dois l’obtenir pour ne pas hurler que la vie est injuste avec toi et c’est dans ces moment-là que tes talents de comédienne rentrent en jeu, au grand damne de ceux devant te supporter tous les jours. Le chantage est visiblement ton don caché et la plupart du temps, tu arrives à obtenir ce que tu désires … Et lorsque les gens osent te tenir tête, tu grognes, grommelles et te barres en courant bouder dans les bras de ton cher paternel adoptif, celui à qui tu mènes la vie dure chaque jour.

Mais c’est sûrement aussi avec lui que tu te montres la plus douce. Derrière cette facette d’enfant reine, tu sais te comporter comme une belle jeune femme, attentive, tendre et amicale. Une excellente confidente qui, même si elle peut se montrer commère, sait garder un secret tout en donnant de bons conseils. « Tu es une bonne fille » que certains t’ont déjà dit, compliment auquel tu réponds par un petit sourire amusé. Tu prends soin des autres comme il a su prendre soin de toi et tu sembles extrêmement protectrice avec les plus dépourvus et ceux dans le besoin, comme si ton travail était de les protégés. Il faut dire que tu t’es déjà mise de nombreuses fois dans des situations très délicates en voulant sauver des hybrides dans le besoin, usant de ta grande gueule pour attirer l’attention sur toi.

Oui, c’est un point à préciser : la discrétion est un mot, qui pour toi, n’a visiblement aucune importance. Même si lorsque la situation se présente, tu arrives à prendre sur toi difficilement, tu es plus du genre à foncer dans le tas, à faire du bruit, hurler, vociférer des insultes pour que les gens te regardent, toi et toi uniquement. Tu aimes être le centre de l’attention, comme si tu pouvais en quelque sorte récupérer la célébrité que tu as perdue en arrivant en France, tu hausses la voix, provoques, menaces pour au final … t’enfuis en courant. Tu est-ce petit chien aboyant sans mordre, prenant tes jambes à ton cou comme une victime incapable de se battre contre des gros bras d’Humanis. Encore une fois, on dit que tu es irrécupérable, limite irresponsable.

A part te moquer des autres, les rendre fous et les faire douter sur le peu d’intelligence que tu sembles avoir avec tes blagues carambars, tu ne sembles pas être douée pour grand-chose. Tu ne moques, rigoles fort et est sans-gêne, faisant comme chez-toi un peu partout. Joue la comédie avec « Daddy Cassiel » comme tu l’appelles et squattes chez lui la plupart du temps pour prendre toute sa connexion wifi et stream : ton seul passe-temps et gagne-pain que tu dis. Tu passes la plupart de ton temps devant un écran, à jouer en mangeant des chips trop salées, un bon fast-food acheté par Papa ou alors à te prendre en selfie avec tes nouvelles fringues achetées en testant tous les filtres instagram. Ta célébrité sur la toile et les réseaux sociaux, tu l’entretiens peut-être trop et tu n’hésites pas à te montrer violente et agressive envers toute personne ayant un avis contraire au tien. « Y a que les cons qui changent pas d’avis » et ils ont bien raison :

Tu es conne. Une tête de mule. Une sale garce. Une idiote pour être plus poli. Mais cela semble être comme un jeu pour toi, comme si tu aimais entretenir une image de petite fille niaise et naïve. Derrière tes blagues salaces et tes remarques parfois déplacées, tu es une demoiselle rusée et perspicace, qui sait prendre des décisions relativement rapidement quand le besoin s’en fait sentir. Tu manques juste de confiance et a tendance à paniquer rapidement, te remettant en question sur tes choix pour savoir si tu ne fais pas une erreur. Tu ne veux pas te louper, tu veux toujours être la première, celle qui ne fait aucune erreur pour ne pas avoir à blesser ceux que tu aimes. Tu es aimante, presque jalouse et possessive, colérique et maladive.

Mais au fond, tu es une bonne personne, une fille sympathique sur qui on peut conter lorsqu’on en a besoin… Si seulement tu pouvais être plus mature.
HISTOIRE


« Just as I was about to take my shoes off, on the rooftop there I see
A girl with braided hair here before me, despite myself, I go and scream »

Tu es née ici, à Séoul, plus particulièrement dans la petite maison faisant l’angle d’une rue assez piteuse. Ta naissance ? Difficile, peut-être trop pour le tout petit bébé que tu étais et qui n’avait rien demandé à personne. Ta mère ne travaillait plus depuis plusieurs années déjà, problèmes de santé et ton père avait du mal à rejoindre les deux bouts pour les fins de mois … Mais heureusement ils avaient reçu une belle petite somme d’argent avant ta naissance et ils purent donc ainsi tout faire pour que tu puisses avoir une petite vie tranquille en grandissant comme toutes les petites filles de ton âge. Tu eus donc une enfance presque trop banale, ignorant les rumeurs et les commérages d’à côté. Pourquoi une fillette de cinq ans viendrait se soucier des problèmes d’adultes ? Tu jouais dans les parcs avec tes amies, rentrais chez toi pour faire tes devoirs et discuter avec tes chers et tendres parents. Petit à petit, l’argent venait à manquer mais tu restas une petite pourrie gâtée, le genre à toujours obtenir ce qu’elle veut, croulant sous les jolis vêtements que tu adorais montrer aux autres.

Tu n’étais pas bonne en mathématiques et encore moins en course mais ta voix était sans contestation une véritable petite merveille que la nature t’a offert et lors des cours de chants donnés à l’école que tu fréquentais, tu obtenais toujours les meilleures notes et la gym semblait être aussi ton point fort alors bien que tes parents ne cessaient de te gronder pour ton manque de sérieux dans les manières que tu ne comprenais pas malgré tout tes efforts, ils t’encourageaient à aller de l’avant pour poursuivre tes rêves et tes envies. Alors bien sûr que tu sautas sur l’occasion lorsqu’on te proposa de participer à un casting qui te permettrait, si tu venais à être acceptée, d’être approchée par un producteur qui ferait sans doute de toi ce que tu rêvais de devenir : une idole reconnue dans tout le pays. Dites cela à une enfant de onze ans et vous verrez sa réaction immédiate : c’était là pour toi la plus belle annonce de ta vie. Tu avais tes chances pour devenir ce que tu désirais le plus au monde et tu te mis sur ton trente et un, toute timide et paniquée en te retrouvant devant ces juges dont l’un d’entre eux étant une belle idole prenant une légère importance en Corée depuis quelques mois.

Qu’elle était jolie. Tu rêvais d’être comme elle.

« The girl with braided hair told me her woes
You’ve probably heard it all before
“I really thought that he might be the one
But then he told me he was done”»

Tout c’était bien passé, ta voix, ton attitude, ta personnalité, ton agilité, tout leur avaient plu et ils voulaient en voir plus pour se faire une petite idée de ce qu’ils pourraient te proposer et c’est donc toute heureuse que tu rentras chez toi, accompagnée de ton professeur de chant qui avait fait le déplacement spécialement pour t’emmener au lieu de rendez-vous, tes parents ne pouvant le faire eux-mêmes. Résultat final : tu fus accepté dans un groupe de jeunes ayant la même tranche d’âge que toi, entre onze et treize ans et c’est ainsi que tu commenças ta carrière d’idole, toute petite, toute douce, toute tranquille.

Au début, tu restas dans ton coin, ne gagnant presque aucune popularité toi et ton groupe et on te trouva une école bien plus reconnue que celle que tu fréquentais avant et tu te mis même à apprendre le français par curiosité pour ce beau pays connu pour son romantisme. Tout allait bien, tout était rose et même si tu n’eus plus de grandes occasions de revoir tes parents pour te concentrer totalement sur ton rêve, ils étaient tes premiers et plus grands fans. Tout était calme et alors que vous veniez de sortir votre troisième album, c’est une autre agence qui s’approcha de toi pour te proposer plus que ces petites comparses moyennes dans le milieu, « elles ne font que ralentir ta progression » qu’ils t’ont dit et alors qu’ils t’ont proposé bien plus de visibilité et d’audimat, ils t’ont entraîné avec eux la petite demoiselle de quatorze ans que tu étais, celle encore mignonne, naïve et innocente. Que tu étais mignonne Zelda dans tes petites robes à froufrou colorées de multiples patterns tape à l’œil.

Tu lâchas ton agence rapidement, laissant ton groupe se débrouiller sans toi. La popularité t’était montée à la tête et tu pus grimper un échelon en quelques mois, rejoignant des gamines plus veilles d’un ou deux ans. Bien qu’au début laissé de côté par tes coéquipières qui eurent du mal à t’accepter, tu devins rapidement la petite préférée du manager qui vit en toi, sûrement, comme une source de profit sûre et relativement importante : tu avais du talent, c’était indéniable et il ne souhaitait pas passer à côté de ça.

C’est ainsi que commença tes entraînements acharnés, tu bossais difficilement chaque jour, chaque nuit parfois et il t’arrivait de louper quelques heures de sommeil dans le simple but d’être la meilleure. Combien de fois Sunny est-elle venue te voir en pleine nuit alors qu’elle apercevait encore de la lumière dans la salle d’entraînement ? Bien trop souvent pour la petite fille que tu étais encore. Parfois, tu tombais de fatigue, incapable d’accuser tous les efforts que tu demandais à ton corps. C’est sûrement par jalousie que tu continuas ainsi pendant de longues années, tu n’en pouvais plus de voir He-Ran, la chef de votre girlband récolter tous les honneurs, on la trouvait belle, intelligente, gentille, toi elle te sortait par les yeux et tu voulais devenir meilleure qu’elle, qu’on te félicite à ton tour pour tous tes efforts.

Et c’est sûrement pour cette raison qu’encore une fois, tu es partie ailleurs.

« You’re lucky that you’ve never gotten robbed of anything!
“I’m feeling better thank you for listening”
The girl with braided hair then disappeared »

Tu as signé chez une autre agence à l’âge de dix-huit ans, un an avant la majorité et c’est à cette époque que tout changea pour toi. Tu avais laissé tomber les robes de poupée, les paroles toutes enjouées et les pas de danses enfantins. Non, tout ça était bien loin pour l’idole que tu étais devenue. On t’annonça comme la chef d’un groupe venant à peine de se créer et c’est aussi à ce moment que tu vins à recourir à la chirurgie esthétique pour la première fois de ta vie. Bien sûr qu’au début tu ne voulais pas vraiment mais à force de voir ton producteur insisté, tu as fini par céder et c’est ainsi que tes jambes furent refaites, plus fines, puis vint ta poitrine qu’ils se sont contentés que grossir que très légèrement. Vous savez, pour la célébrité et la popularité, on peut parfois tomber dans un cercle vicieux que l’on aimerait ensuite quitter sans réussir.

Oui, c’était ton cas. Tu as transformé ton corps, tu es devenue un objet bon pour réaliser les plus gros profits possibles et ce, sans pouvoir gagner le moindre sou. Les régimes qu’on te forçait à faire, les vitamines auxquelles on te dopait. Tu t’es faite vomir bien trop souvent, à presque crever au point de t’évanouir au beau milieu d’un concert sous le manque de sommeil. On t’a hurlé dessus, on t’a menacé de te virer de là et tu devins dépendante de ces monstres l’année suivante.

Tu venais d’avoir dix-neuf ans, majeure et vaccinée, transformée et souillée, dévergondée et détruite par des profiteurs qui ont fait de ton rêve d’enfant un cauchemar d’adulte. Prostitue-toi si tu désires continuer ce que tu aimes, laisses-les profiter de ton petit corps pur pour ne pas finir à la rue, sans grandes économies. Qu’aurais-tu fait sinon ? Rentrer chez toi en pleurant ? Causer du tort à tes parents ? Non, tu étais une grande fille qui allait garder la tête haute et subir pour craquer en cachette.

Pendant six mois, tu dus subir les envies de ton manager qui te promit une célébrité encore plus grande, te vendant du rêve en te broyant petit à petit, morceau par morceau. Tu avais honte et tu n’arrivais même plus à regarder ton amie, confidente et surtout coéquipière dans les yeux. Ae-cha voyait bien que quelque chose n’allait pas mais tu n’eus pas la force de tout lui avouer, ne serait-ce que pour la préserver de toute cette obscurité.

« There’s no one here today, I guess it’s time »

Alors tu préféras tout abandonner, écrivant un petit « Je vous aime les filles, prenez soin de vous. » Sur une feuille blanche que tu laissas dans ta chambre, grimpant une à une les marches menant au toit de l’immeuble.

« It’s just me myself and I »

Tu restas silencieuse pendant de longues minutes, reniflant bruyamment en regardant le ciel couvert de nuages grisatres, annonçant sans aucun doute une pluie proche. Fermant les yeux, tu profitas de la légère brise avant de finalement soupirer doucement.

« Taking off my yellow cardigan
Watching my braids all come undone
This petite girl, short as can be »

Tu retiras ta grosse veste jaune pour la poser à tes pieds, détachant tes deux longues tresses alors que le vent s’engouffrait facilement dans ta jupe jusqu’à t’arracher un frisson. Tu sentis quelques larmes couler le long de tes joues alors que tu retirais tes baskets. Aujourd’hui sera ta dernière journée en ce monde.

« This petite girl, short as can be is gonna jump now and be free »

Tu t’approchas du bord, louchant sur les voitures roulant tranquillement sur la route, enviant les passants rentrant tranquillement chez eux après une longue journée de travail. Tu n’étais pas vraiment sûre d’avoir les tripes mais tu n’en pouvais plus, de cette honte te rongeant de l’intérieur tel un acide. Tu voulais te débarrasser de tout ça et tu n’avais pas la force de tout abandonner… Toute seule.

« For god’s sake please! Are you serious? I just can’t believe
That for some stupid reason you got here before me
Are you upset cause you can’t have what you wanted? »

« Que tu peux être stupide parfois, Kim. » Tu n’eus même pas besoin de te retourner pour savoir qu’Ae-cha était derrière toi, sa veste bleue sous le bras, ses yeux trempés, sa voix tremblante. « Pourquoi es-tu venue ici avant moi ? » Elle aussi n’allait pas bien, elle aussi avait vu son rêve se transformer en cauchemar et tu te retournas aussitôt vers elle, descendant de ce rebord sans la lâcher du regard. « On est bien misérables, pas vrai ? » Lâcha-t-elle avant que tu ne viennes la prendre dans tes bras pour la serrer contre toi, tremblante, terrifiée, angoissée. Ae-cha était plus jeune que toi d’un an, toute douce, toute innocente et joyeuse ; un véritable rayon de soleil dont tu ne pouvais te défaire.

Parfois, tu te demandes si ce n’est pas pour elle que tu as tout lâchée, laissé tomber pour fuir loin de cet enfer. Avec elle, tu as eu la force de tout bâcler, de prendre ta valise, tes économies et de tout laisser tomber derrière toi. Tu lui as pris la main délicatement pour la tirer avec toi, sautant dans le premier avion en direction de la France que tu trouvas à bas prix.

Tu te souviens encore de votre arrivée en France, difficile, hasardeuse. Passer la frontière française fut plus que difficile pour deux coréennes comme vous, sans grands papiers. Ils auraient pu vous renvoyer chez vous vite fait bien fait mais c’est là que tu eus sûrement la meilleure idée de ta vie. « On … On est là pour les expériences… en laboratoire. » Tout s’est trop bien passé d’après Ae-cha mais qu’importe, tu réussis à utiliser ta ruse -qui surpris ton amie d’ailleurs- pour te sortir de ce pétrin, jouant la petite fille malheureuse ayant fui son pays sans papiers pour envoyer de l’argent à sa mère malade et mourante dans le but de la soigner. Qu’elle était jolie ta petite comédie te permettant d’arriver en France. Les papiers administratifs se firent presque tous seuls et encore une fois, Ae-cha fut surprise de ton talent en français et de ta facilité à duper les gens pour obtenir ce que tu souhaitais. Peut-être que les caprices que tu fis subir à tes managers te servaient enfin ? Tu ne voulais pas vraiment le savoir. Mais qu’importe, pour tout avouer tu t’es réellement bien débrouillée pour te dénicher un médiocre studio dans la banlieue de la capitale où tu hébergeas Ae-cha pendant quelques mois. La suite se passa très vite, peut-être trop vite même.

Les hybrides, les infectés et tout ce qui se passait aux alentours, tu aurais bien voulu ne jamais en entendre parler ou avoir à t’y confronter mais on ne peut exceller partout et tu dus supporter difficilement les animaleries collées à ton pitoyable appartement. Pourtant, malgré toutes les épreuves à endurer, rien n’arrivait à la cheville de ce que tes managers avaient pu te faire subir et délaisser cette célébrité dont tu rêvais tant te fis un bien fou … Tu te sentais… libérée d’un poids que tu ne supportais plus.

Au bout de sept mois à galérer, tu finis par t’acheter un petit ordinateur portable où tu pus, pour la première fois de ta vie, faire ce que tu voulais et c’est après avoir cherché une occupation à tes ennuyantes journées que tu trouvas un moyen pratique et astucieux de te faire de l’argent sans trop t’ennuyer, en restant cachée loin de tous. Au début, tu n’en parlas pas à Ae-cha et restas dans ton coin, bloquée dans cet appartement, collée jours et nuits sur ton ordinateur à jouer avec une connexion des plus déplorables.

Tu allais bientôt avoir vingt et un an, une belle petite jeunesse comme pourraient dire certains mais à tes yeux, tu avais cette impression d’avoir loupé la totalité de ta vie et tu étais pitoyable sur ce jeu, ce moba le plus joué au monde te donnais du fil à retordre et parfois, on te fait la remarque que ce sont tes « gênes de coréennes » qui ont fait de toi ce que tu es aujourd’hui, auxquelles tu réponds que tu ne dois ça qu’à ton talent dans ce domaine. Oui, tu t’es mise à stream il y a un an de cela, jouant jour et nuit pour grimper les marches d’une popularité informatique que tu n’aurais jamais imaginé il y a quelques mois de cela.

Entre-temps, à force que ta petite communauté se construisant de jours en jours ne te poses des questions personnelles sur ton ressenti du pays, tu finis par te faire ton propre avis sur la politique et les manières d’ici. Oui, les Humanis étaient de véritables connards à la limite du néo-nazisme qui n’avaient aucun respect envers les autres et tu y rangeas sans grand soucis ces producteurs se servant de vous jusqu’à épuisement. Les Aegis ? Ils étaient bien gentils, bien beaux mais un peu trop laxistes : pourtant tu as rejoint leurs causes, sûrement pour te donner bonne conscience et avoir une excuse pour casser du sucre sur le dos des Humanis sur les réseaux sociaux d’une manière un peu trop extrémiste aux yeux de certains. Les infectés, tu t’en fichais bien d’eux, ou du moins du te fichais de leurs conditions : ils étaient ce qu’ils étaient, des êtres vivants comme toi, respirant, mangeant, dormant et ayant des émotions similaires aux tiennes. Mais c’est sûrement à cause de ta relation avec cet homme, Cassiel. Il était fort bien sympathique avec la petite garce que tu étais et c’est pour t’accrocher à quelqu’un ici que tu l’as sûrement pris comme un père de substitution s’occupant de toi. Dès le début, tu t’es accrochée à lui telle une sangsue, squattant devant chez lui jusqu’à ce qu’il t’héberge les nuits où tu n’allais pas bien en t’occupant la meilleure des connexions pour que tu puisses stream dans une bonne qualité et offrir à ta communauté ce qu’ils voulaient.

C’est aussi après ta rencontre avec Cassiel qu’Ae-cha disparue pour de bon, sortant un soir pour ne jamais revenir le lendemain, ni le surlendemain et tu n’eus pas la force de la chercher, dévastée et débitée à l’idée qu’il lui soit arrivée quelque chose. Tu te consolais donc chez lui, comme si sa compagnie te préservait d’une solitude maladive. Il t’apprit ce qu’il fallait savoir pour ta survie ici et te protèges de ceux te voulant du mal … Souvent tu te demandes comment il arrive à supporter tes caprices mais derrière sa carapace tu sais qu’il est un type bien … Après tout, tu ne le surnommes pas « Daddy » pour rien.

Et sa place chez ceux se faisant appeler « Ileris » n’a fait que développer une certaine fascination pour les hybrides, rendant tes discours envers Humanis encore plus violents et presque malsains par moment. Tu as même rencontré cette bourgeoise chez qui il te laisse parfois, quand tu es bien trop chiante avec lui et c’est chez elle que tu passes tes soirées, lorsque tu es privée d’électricité et d’eau chaude chez toi … manque de moyens pour payer tes factures -ou plutôt parce que tu as d’autres priorités-.

Tu as tout abandonné, ton identité, ton nom, ta place sur la scène coréenne pour devenir ce que tu es aujourd’hui, une joueuse, « Zelda », une Aegis, une sale gamine prenant la vie peut-être trop à la légère mais maintenant … contrairement à avant… tu étais libre.
SURNOM : Chocolatine, Kebab, Couscous
ÂGE : 19 ans
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? : Je sais plus
PRÉSENCE : je passe tous les jours et réponds aussi vite que possible
TON AVATAR, C'EST : D.VA (Hana Song) • Overwatch


Dernière édition par Kim "Zelda" Bae le Ven 30 Déc 2016 - 12:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mar 27 Déc 2016 - 22:43
Rebienvenue parmi nous NON TU VIENS DU NORD D8


#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
ILERIS ASSASSIN
Featuring : Soldier 76 (Jack Morrison) - Overwatch
Disponibilités : 6/7
Absence : Absent H24 !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mar 27 Déc 2016 - 22:55
dab

daddy is not proud




well the world got around ; they said "this kid is insane man" - BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas
MAITRESSE NEUTRE
Featuring : Stocking Anarchy
Disponibilités : De passage tous les jours au moins
Absence : Mi juillet
http://mastersnekos.forumactif.org/t52-mangeeer
http://mastersnekos.forumactif.org/t745-manger-c-est-mieux-pour-vivre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mar 27 Déc 2016 - 23:03
Bienvenue et bon courage pour cette nouvelle fiche !


#9933ff
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
AEGIS
Featuring : Jake English - Homestuck
Disponibilités : 5/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mer 28 Déc 2016 - 0:18
Bienvenue mademoiselle toute mignonne *w* Même qu'on aura un lien tout les deux ♥


Même que je parle en#F0C300 tout le temps, héhé.
Revenir en haut Aller en bas
ILERIS MENEUR
Featuring : Reaper ; Gabriel Reyes - Overwatch
Disponibilités : 7j/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mer 28 Déc 2016 - 4:28
TU ME SORS ZELDA

PENDANT QUE JE BLOQUE SUR MA PAGE WORD

:wf:


SURPRISE MOTHERFUCKERS
Revenir en haut Aller en bas
AEGIS
Featuring : D.va (Hana Song) • Overwatch
Disponibilités : .../7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Mer 28 Déc 2016 - 13:47
MOI AUSSI JTM GREGORIO D'AMOUR

Merci à vous tous, j'ai posté le physique et j'attaque l'histoire ~

Gavin •• faudra qu'on se fasse un bon lien vu qu'on est tous les deux des Aegis éwé

Cassiel •• JTM DADDY, le meilleur daddy du monde btw, celui qui donne des doritos et qui passe une piaule quand y a plus d'internet à la maison. DAB


Revenir en haut Aller en bas
ILERIS FOURNISSEUR
Featuring : Hanzo Shimada - Overwatch
Disponibilités : Quand j'ai le temps / 7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Jeu 29 Déc 2016 - 18:38
M moa :3
Dès bébés
Tout de suites


:ah:
Revenir en haut Aller en bas
AEGIS
Featuring : D.va (Hana Song) • Overwatch
Disponibilités : .../7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Ven 30 Déc 2016 - 13:01
Merci, je vous aimes ♥

Lee •• TKT, elle est à toua


Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   Ven 30 Déc 2016 - 14:19
Tout est okay je te valide owo Oublie pas les listings et le profil owo


“ Tu es valide(e) ”



Ça y est, t’es validé(e) ! Félicitations ! Nous sommes heureux de t’accueillir parmi nous, en espérant que tu t'y sentes bien.

Tu peux dès à présent faire une demande de RP, d’adoption, et si tu cherches un toit fait une demande de lieux.
Si tu as besoin d'un nouvel avatar, viens ici .
N'oublies pas de nous dire si tu dois t'absenter de prévenir ici !

N’hésites pas à poster une fiche de liens pour te lier aux autres personnages du forum ou encore à passer sur la ChatBox pour te familiariser avec les autres.

Si tu veux délirer avec les autres, passes sur le flood ou sur troll word !

Par contre, n’oublies surtout pas de remplir ta fiche de personnage et de rajouter le lien de ta fiche dans ton profil.

A la moindre question, n’hésites pas à envoyer un MP à un membre du staff qui sera là pour éclairer ta lanterne.




#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »   
Revenir en haut Aller en bas
 
« There’s no one here today, I guess it’s time It’s just me myself and I »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» What 's the date today ?
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» President Clinton on Meet the Press today
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Humains validés-
Sauter vers: