Partagez | 
 

 ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ILERIS ASSASSIN
Featuring : Quiet MGS
Disponibilités : 5/7
Absence : pendant partiel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ...    Jeu 12 Jan 2017 - 17:16
Black
"..."
ÂGE : 29 ans
SEXE : féminin
ORIENTATION : bisexuelle
STATUT SOCIAL : pauvre
ORIGINE(S) :Française
MÉTIER : Mercenaire
GROUPE :Ileris --> Assassin
RACE : Renard noir
PHYSIQUE


Au premier regard, si tu ne bouges pas, on ne pourrait que penser que tu n’es qu’une hybride, qu’une kitsune parmi tant d’autre, cette queue noire étant une particularité qui peut étonner et plaire.
Mais voilà, c’est ton visage, tes yeux qui expriment cette bestialité, ce côté sauvage...

Tu n’as jamais voulu être particulière aux yeux de ce monde. Monde que tu ne comprends pas d’ailleurs. Ton allure est féminine et tu ne portes pas énormément de vêtement préférant laisser ta peau respirer. Le tissu te gêne, quel qu’il soit. C’est pourquoi tu portes tous les jours ces mêmes vêtements, courts qui te vont si bien ainsi que ton équipement.
Tu n’as pas de très longs cheveux ni des mains parfaitement soignées comme les autres femelles de ton espèce. Tu as de belles formes, certes, mais tu as plus l’habitude de faire esquiver les regards que les attirer.

L’obscurité et le froid ont pâli ta peau. Tu n’aimes pas beaucoup le soleil, le connaissant très mal. Pourtant maintenant, tu apprécies cette douce chaleur qui frappe, mais étant née dans l’obscurité et ayant vécu et grandit dedans, le soleil, le ciel bleu, tout cela te semble comme étranger.

Ton corps a pris pour habitude de se retrouver dans des positions étranges alors maintenant, tu es d’une souplesse et d’une agilité exemplaire. Il t’arrive encore parfois de te déplacer le dos courbé accroupie, mais tu as parfaitement compris comment se déplaçaient les humains. Alors tu les imites, sinon on te remarque tout de suite, et pour attaquer, c’est toujours mieux d’être tapi dans l’ombre.

Mais ce qui fait ta renommée, ce qui effraie toutes tes proies ou impressionne, c’est cette tache noire grisonnante qui s’étale autour de tes yeux. Semblable à une peinture de guerre, tu t’es souvent fait dévisager. Trop atypique.
CARACTÈRE


Il y a certaine personne qui pense que les animaux ne ressentent pas les émotions ou qui ressentent un semblant de sentiment. Et certains hybrides vous affirmeront que le plus cruel entre la bête est l’homme, c’est celui qui a réduit l’autre à la soumission.

Tu n’es pas une humaine. Tu n’es pas une bête. Tu es se mélange si curieux qu’est un hybride. Il en existe des milliers comme toi, et pourtant, ils sont si différents.

Beaucoup de concept t’échappe. Le Bien, le Mal… Ces notions abstraites qui sont des concepts humains te sont étrangères et tu n’as jamais véritablement cherché à les comprendre.

Pour toi, le Bien et le Mal, ce sont des choses qui s’évaluent entre elles. On juge quelques choses de bien par rapport à ce qu’on sait de mal. Tu ne comprends pas les codes, le monde te semble pareil à une falaise ou des millions de lemmings viendraient y trouver la mort. Alors ca t’arrive, très fréquemment de faire beaucoup de faux pas. Mais qu’importe, tu es du genre à suivre ton instinct, ce dernier t’ayant sauvé bon nombre de fois. Tu es imprévisible. Tu as une autre vision du Bien et du Mal qui n’est pas très éloignée de celle des Hommes et des hybrides, mais disons qu’elle t’appartient. Tu es spéciale.

Tu peux accorder ta confiance au plus grand bandit et refuser celle d’un Aegis, même si en règle générale, tu refuses toute aide venant de la part d’un humain.
Il vaut mieux rester loin de cette race-là. Tu ne les comprends pas. Tu trouves leur monde tellement laid, leur code tellement faux qu’il est pour toi inconcevable qu’ils te soient supérieurs.
Tu ne les détestes pas, enfin pas tous du moins.

Tuer n’est pour toi pas un acte horrible ou cruel, mais un besoin en cas de nécessité. Si une personne est blessée ou qu’il en va de ta survie, la question ne se pose même pas. Tu ne fais preuve d’aucun sentimentalisme si tu es sur le terrain, prête à tuer un vieillard comme un nourrisson.

Seule ta « famille » compte.Tuer n’est pour toi pas un acte horrible ou cruel, mais un besoin en cas de nécessité. Bien que ce mot, tu ne le comprends pas vraiment…
Mais qu’importe, après un petit temps d’adaptation et toujours en suivant tes émotions, tu accordes une place importante à ces gens qui t’ont tendu leur main.
Tu es douce et curieuse, tu t’inquiètes pour les autres, mais tu ne le montres pas. Disons que tu es vraiment réservée.

Pour finir, tu sais parler… Un peu. Tu sais conjuguer à peu près correctement, tu sais presque faire des phrases.

Mais tu ne parles jamais. Tout ton entourage te penserait muette si tu ne chantonnais pas si souvent. Mais il est rare, extrêmement rare de t’entendre parler. Seuls quelques privilégiés t’ont entendu parler ou chanter, et ils ne peuvent rien dire, tu as une voix extrêmement mélodieuse. Disons que même si tu sais parler, même si tu sais répondre, ça te demande un long, un très long temps de réflexion, et n’étant pas « formatée » par les lettres, tu t’es presque refusé d’apprendre.

Alors on t’entend murmurer, grogner, bafouiller beaucoup. Certains t’entendront hurler à plein poumon ou soupirer de bien-être. Mais ça s’arrêtera là.

En soit, il y a beaucoup de chose que tu ne comprends pas et tu ne cherches pas forcément à combler tes différences, mais plus à accepter celles des autres.
HISTOIRE

275 mots minimum, soit environ 30 lignes Word.
C’est toujours difficile de commencer. C’est toujours difficile de se rappeler de ce genre de moment. Toi, tu ne te rappelles pas. Tu ne sais pas pourquoi tu es là, ni comment tu en es arrivée là comme ci ton cerveau avait voulu bloquer toute cette partie de ta vie, inconsciente. Un trou noir s’est ancré dans ton esprit et si tu cherches au plus loin, tu ne te revois pas. Tu ne pourrais reconnaître ton propre visage si tu le voyais. Enfant. Tu ne connais pas ce mot.

Pourtant, tu l’as été, plus jeune, plus insouciante, plus idiote, des images te reviennent si tu prends la peine de chercher. C’était dans ce trou que tout avais commencer. Le plus vieux souvenir qui te reviendrait, ce serait toi, agglutiner au fond d’un espace humide, froid et sombre, contre plusieurs personnes. Tu avais 4 ans.

Du moins, tu étais bambin. Tu n’as jamais pu te donner un âge, tu te bases uniquement au niveau des étirements de la peau et de la taille des personnes. Cet endroit, tu t’en rappelles, un peu. Tu ne sais pas combien de temps tu y es restée, des jours ? Des semaines ? Des années ? Qu’importent quelques parts. Mais avec le temps, tu avais appris à l’aimer, c’était ton territoire à toi.

Oui parce qu’après ce souvenir d’agglutinement contre ce qui, devait être tes frères et sœurs, ta mère, tu ne te rappelles pas de grandes choses.

C’est avec le temps que tu as supposé. Tu étais une espèce rare, une mutation génétique qui n’a qu’une chance sur mille d’apparaître. Si rare, que les hommes de cet élevage clandestin avaient décidé de te garder pour eux, en espérant trouver un mâle portant le même gêne que toi et ainsi, faire de l’argent sur ton dos et à l’encontre de tes sentiments propres.

Et ils y arrivaient. Ils faisaient en sorte de te rendre captive et tu n’as jamais eu de contact avec eux. Tu ne les voyais qu’une fois qu’on daignait t’apporter des restes, de quoi te remplir l’estomac, lorsqu’ils apportaient une grande bassine pleine d’eau pour te jeter dedans, ce jour-là, tu avais essayé. Les jours ou tu hurlais à la mort, les jours où tu cherchais par tous les moyens de les attendrir, tu ne trouvais que mépris et pas un mot envers toi.

Pas un, pas un mot pendant des années, si bien que pendant la plus grande majeur partie de ta vie, tu ne savais communiquer, et ce, avec n’importe qui. Les cris, les grognements, les pleures, les rires. C’était comme ca que tu te faisait comprendre. Ce petit jeu avait duré longtemps, peu être trop longtemps, juste assez pour te rendre cinglée.

Cinglée, c’est comme ça qu’ils voulaient que tu soit eux. Alors tu arrêtas de te battre, ne suppliant même plus que la situation change, ne cherchant plus rien. Tu acceptas ton sort comme si ce dernier était normal. Et tout ca, bien sûr, tu t’en souvint très mal.

Plus tard, tu t’étais demandais si c’était ton cerveau, ou ces petites pilules blanches que tu retrouvais parfois dans ta nourriture de tous les jours quand elles étaient mal mélangées avec le reste. Tu te rappelles de leur goût abject, et des effets immédiats quand tu les prenais, comme un soulèvement qui partait de ton coeur pour t’assommer à terre pendant des heures, te rendant pendant longtemps, amorphe, droguée et presque morte.

À mi-chemin entre la vie et la mort, ces Mexicains cherchaient à te maintenir en vie pour plus tard, sans sentiment, sans compassion, dans le noir le plus complet.
Le plus apaisant, le plus familier.

L’obscurité tu es née dedans et tu ne connais que ca. Tu l’aimes. C’est calme, doux, protecteur. Tu te sens bien quand tu es seule, dans ce silence. Tu aimes le calme, si bien que tu ne cherches plus à hurler et à pousser des gueulantes, même quand l’on empiète chez toi. Tu ne te laisses en aucun cas faire, tu as appris, avec le temps, seule, que ton corps était fait comme le leur et que tes muscles valaient les siens.

Celui-là, tu ne regrettes pas de l’avoir bouffé. C’était le plus violent de tous, celui qui s’approchait trop, qui pénétré trop dans ton territoire, qui violait ton espace vital. Qui te violait tout court.

C’est bien plus tard que tu t’es vengée en mordant violemment son cou, attendant que ca colonne vertébrale se brise dans un mouvement de rotation. Et tu l’avais mordu, fort, si fort à la nuque que les cris de douleur s’étouffèrent rapidement, laissant place a des gémissements puis à un calme oppressant.

Tu n’es qu’une bête.
Un stupide animal qu’ils pensaient si faible et qui s’est peu à peu changé en prédateur.
Puis c’est le vide. Le vide et le silence qui reviennent.

Tu es encore jeune. La chair humaine est dégueulasse est, c’était l’unique fois que tu y avais goûtée. Mais cette unique fois à inconsciemment marqué ton esprit, et se souvenir s’affiche dès que tu en vois un.

Les humains, sont faibles, les humains sont mauvais.
C’est le lendemain, puis le surlendemain et les jours qui suivent que tu comprends que les humains qui s’occupaient de toi ont foutu le camp.

Alors tu te lèves, difficilement, tu fais craquer toute cette colonne vertébrale qui ne s’est pas redressée depuis un moment, tu fixes le plafond, cette couverture que tu connais si bien, cette bassine, cette gamelle… Tu fais un pas. Tu t’approches de cette porte, qui laisse apparaître cette lumière blanche qui te faisait tellement peur.

Et tu pousses, doucement, sentant ton cœur mourir un peu plus chaque seconde. Tu hésites, tu ne connais rien, tu es debout mais inconsciente, vivante mais creuse. Tes yeux te piquent, tes yeux te grattent, tes yeux sont trempés non pas par ta tristesse, mais par cet aveuglement, ces couleurs vivent qui te rendent aveugles pendant des heures, ces couleurs qui malgré tout le mal qu’elles te font ne te veulent en réalité, que du bien.

Tu passes une jambe, puis la tête. Tu mets de longues minutes, tu prends ton temps. Tu profites. Ce sol qui était si froid devient alors chaud et tes pieds s’enfoncent dans ces petits grains de terre mouillés que tu découvres avec bonheur. Le ciel, si clair était gris ce jour-là. Ce premier jour.

La pluie qui martelait ton visage te fit ressentir un frisson de bonheur et d’excitation.
C’était ce moment-là, le premier jour de ta naissance, et tu cours, tu t’enfuis, de peur qu’on te remette dans ce carré noir sans lumière. Tu hurles au loup la nuit comme pour hurler au monde entier ton existence et ce n’est que le soir que tu te calmes, fixant pendant des heures ces taches blanches, si pures dans le ciel.
C’est un paradis que tu découvres.

26 mois plus tard.
Attachée à une chaise, la bouche ballonnée, tu fixes les hybrides en face de toi. Un ours, une chèvre et un chien, plus âgé tous. Ils ont l’air de tous se comprendre et cela t’horrifie. Ils parlent la même langue que les hommes. Ils se comprenaient, ils rigolaient. Ils t’afficher des visages de confiance.

C’est lorsque le chien, le plus âgé de la troupe s’approcha avec ce visage empli de douceur que ton coeur explosa dans ta poitrine. Toi qui avais pris soin, depuis ta libération de rester loin, le plus loin possible de toute forme humaine, et même quand tu compris qu’ils y en avaient des comme toi, tu ne t’approchas pas comme paralyser par la peur.

Mais la curiosité t’attira dans cet enclos et cette odeur de viande brûlée te fit saliver. Faire brûler de la viande… Voilà une étrange manie. Et ce visage qui t’approcha, t’inspira la confiance et su en quelques semaines tuer cette bestialité en toi et fit naître cette douce jeune fille qui s’émancipait un peu chaque jour. Et en un regard, il avait apaisé tous les maux dans ton coeur.

Ton dos généralement courbé se faisait droit. Tu marchais à peu près convenablement même si certains gestes semblaient par moment démontré un manque… D’entraînement. Ils ne te forçaient en rien de rester, mais si tu le faisais, ils avaient toujours une place dans cette modeste boite en bois.

Tu ne leur parlais pas et les débuts furent difficiles. On ne peut pas dire que tu sois réellement proche d’eux, comme si tu tolérais leur présence, mais qu’eux cherchaient à ce que tu te sentes bien. Alors c’est qu’après des heures de grognements que tu laissas faire les choses. Tu avais appris a dire quelques mots. Juste quelques mots sans pour autant comprendre le sens. Le langage ne te servait pas.

Jusqu’à ce jour. Ce jour qui fut peut-être un des plus beau, celui qui te fit prendre un tournant dans ta vie. Ce n’était peut-être pour les autres riens, comme une banalité… Mais toi, tu n’avais jamais vu. Le grand-père chien s’était mis à émettre un son de sa bouche, une suite de son qui sonnait si juste, faisant tant de bien à tes oreilles que tu restas presque en admiration

Sifflet. C’est comme ca qu’il disait. Et tu essayas à ton tour, sans succès. Puis il se mit a « chanter » et tu lui redemandas pendant des heures de recommencer ce petit air que tu imitas et que tu ne lâcha plus.

C’était ca le pouvoir des mots.
Depuis, tu apprends doucement les lettres, le parler. On ne dit pas que tu es parfaitement alphabétisée, mais tu comprends. Tu comprends ce qu’on te demande, tu comprends ce qu’on te dit. Et depuis la mort de papy chien et des autres après cet asseau d’humain -que tu n’as encore une fois pas compris et qui n’a fait que renforcer ta haine envers eux- tu fredonnes ces petits airs de musique.

Et quand tu les as perdus… Oh, comme tu as pleuré, pleuré, ce sentiment que tu pensais si loin était revenu au grand galop. Tu avais, on ne sait comment survécut, et observait la scène de loin, du haut des collines. Des objets étranges, qui faisaient tomber les corps des autres. Tu en saisi un, trouvé par terre. Tu appuies sur ce bouton… Et tu cries.

Tu t’es tiré une balle dans le pied. Tu te sens idiote, et tu comprends cette douleur affreuse qui peut tuer.. Tuer… Tu ne sais pas vraiment ce que c’est que de tuer. Tu sais juste que la personne ne peut plus rien faire, qu’elle ne bouge plus, que c’est une punition irrévocable. Une punition que tu exécutera à tout humain qui osera t’approcher de trop près.

2 ans plus tard

Seule. Seule. Seule.
Tu as avancé dans les souterrains de la ville. Une ville… C’était tellement étrange. Tout ce monde agglutiné, alors que l’espace est immense à coté… Et pourtant, c’était si beau la nuit. Ces lumières artificielles t’avaient charmé et tu ne voulais plus quitter cet endroit, te l’appropriant doucement.

La nuit, tu aimes remonter et te balader sur les toits. Le jour, tu restes cachée. Tu ne changes pas de territoire et tu serais prête à buter de sang-froid le premier qui y mettrait les pattes. Des rumeurs circulent depuis ton arrivée et tu as dû apprendre à te défendre, si bien que tu aies compris comment utiliser une arme. Tu es sans doute plus doué au tir et à donner la mort qu’à comprendre ce monde.

Des rumeurs circulent depuis ton arrivée et tu as dû apprendre à te défendre, si bien que tu aies compris comment utiliser une arme. Être étrange ne te dérange pas.Tu vis ici depuis maintenant plus d’un an, mais les souterrains sont ta demeure attirée depuis seulement quelques mois. Personne ne se ressemble. Ne pas comprendre te fait peur au fond de toi et tu sais que bientôt, c’est une main qui se tendra vers toi de nouveau. Quelqu’un comme le vieux chien ou les autres…

Et en attendant ce jour, tu grognes, tu fuis, tu t’entraînes à tuer. Personne ne sait qui tu es vraiment. Mais toi tu t’en contre fou de ce que pense ce monde.
Tu ne sais même pas ce que ça veut vraiment dire, penser.
SURNOM : Le borgne. oui par ce qu'en fait c'est Erwin la win tu vois.
ÂGE : 18 ans
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? : owx
PRÉSENCE : 4/7
TON AVATAR, C'EST : Quiet • MGS (Moi fan ? Non...)


Dernière édition par Black le Mar 17 Jan 2017 - 17:53, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
Disponibilités : 7/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Jeu 12 Jan 2017 - 17:53
JTM DE TOUT MON COEUR ♥


...
Revenir en haut Aller en bas
MAITRESSE NEUTRE
Featuring : Stocking Anarchy
Disponibilités : De passage tous les jours au moins
Absence : Mi juillet
http://mastersnekos.forumactif.org/t52-mangeeer
http://mastersnekos.forumactif.org/t745-manger-c-est-mieux-pour-vivre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Jeu 12 Jan 2017 - 21:30
Bienvenue


#9933ff
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Jeu 12 Jan 2017 - 21:35
Bienvenue et bon courage pour ta fiche


#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
AEGIS
Featuring : Jake English - Homestuck
Disponibilités : 5/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Ven 13 Jan 2017 - 16:08
Bienvenue enfin rebienvenue hâte de voir la miss en action !

Ps by Isamu : Y a pas à dire quand tu veux on fait des bébés, mais mord pas ok ?


Même que je parle en#F0C300 tout le temps, héhé.
Revenir en haut Aller en bas
AEGIS
Featuring : Akame ~ Akame Ga Kill
Disponibilités : 4j/7
Absence : Vacance ou autre ?
http://academieeternia.forumactif.org
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Sam 14 Jan 2017 - 17:27
Bienvenue :3




P'tite image gif *^*:
 


Si je suis de bonne humeur, je te parle de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE MALE NEUTRE
Featuring : Alvaro Garay (avec toutes les couleurs de ses cheveux)
Disponibilités : 6/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Sam 14 Jan 2017 - 19:48
Bienvenu ^^


Revenir en haut Aller en bas
ILERIS ASSASSIN
Featuring : Quiet MGS
Disponibilités : 5/7
Absence : pendant partiel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Mar 17 Jan 2017 - 17:53
Han tout cet amour, c'est beau.
Vous savez que je suis le Dc d'Erwin hein ? D: Jesaisquej'aiétéabsentmaisquandmêmeQwQ
ENFIN BREF
Je crois que j'ai fini. Doit y avoir des fautes de partout et la qualité est pas aussi bonne que d'antan mais ca va revenir c'est comme le vélo le rp. loul.
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE MALE REBELLE
Featuring : Rakan - League of Legends
Disponibilités : 6/7
Absence : Tous les jours ;)))
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Mar 17 Jan 2017 - 22:51
:ah:


the way to happiness.
codage par whatsername.
Revenir en haut Aller en bas
INFECTÉE
Featuring : Yukari Yakumo - Touhou Project
Disponibilités : 7j/7j
http://mastersnekos.forumactif.org/
http://mastersnekos.forumactif.org/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ...    Mer 18 Jan 2017 - 10:09

“ Tu es valide(e) ”



Ça y est, t’es validé(e) ! Félicitations ! Nous sommes heureux de t’accueillir parmi nous, en espérant que tu t'y sentes bien.

Tu peux dès à présent faire une demande de RP, d’adoption, et si tu cherches un toit fait une demande de lieux.
Si tu as besoin d'un nouvel avatar, viens ici .
N'oublies pas de nous dire si tu dois t'absenter de prévenir ici !

N’hésites pas à poster une fiche de liens pour te lier aux autres personnages du forum ou encore à passer sur la ChatBox pour te familiariser avec les autres.

Si tu veux délirer avec les autres, passes sur le flood ou sur troll word !

Par contre, n’oublies surtout pas de remplir ta fiche de personnage et de rajouter le lien de ta fiche dans ton profil.

A la moindre question, n’hésites pas à envoyer un MP à un membre du staff qui sera là pour éclairer ta lanterne.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ...    
Revenir en haut Aller en bas
 
...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Hybrides validés-
Sauter vers: