Partagez | 
 

 Humaine qui carbure au café.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: Humaine qui carbure au café.    Ven 13 Jan 2017 - 22:56
Sharem Campbell
AU CŒUR DE LA TOURMENTE
ÂGE : 34 ans.
SEXE : femme
ORIENTATION : hétéro
STATUT SOCIAL : moyen
ORIGINE(S) : française
MÉTIER : papeterie
GROUPE : Gentille maitresse
RACE : Humaine
PHYSIQUE

60 kg & 1m80. Depuis sa poussée de croissance au collège qui l'a vu énormément grandir en un temps record, Sharem n'a plus vraiment changé. Même elle qui pensait grossir au fil des années à cause de repas pas franchement équilibré, elle est restée au final toute mince. Elle pratiquait beaucoup le sport dans sa jeunesse, allant de la natation à la gym en passant par l'athlétisme et le saut en hauteur - puis arrêta durant de nombreuses années - entre 20 et 30 ans, avant de s'y remettre à l'approche de la trentaine, pour des soucis de mal de dos et d'un manque cruel d'endurance et de muscle. Elle pratique désormais à nouveau des activités, de la course à pied à la gym aquatique, en passant par l'escalade, le handball, la danse et la jonglerie.

Coupe courte & coloration blonde. Mais des cheveux actuellement abimés à cause d'un sèche cheveux trop utilisé pour le plaisir. Voila bien quinze ans maintenant qu'elle n'a pas changé son choix de coupe et de couleur ; mais en réalité, il lui a fallu bien des années pour enfin y aller à ce salon de coiffure, alimentant par conséquent une grande frustration intérieur durant son adolescence, pour enfin se décider à opter pour une coupe courte de garçon manqué et d'une coloration blonde très très claire. Il faut dire qu'à l'époque où elle n'était qu'une étudiante en physique, l'idée de revenir du jour au lendemain en cours avec sa nouvelle coupe qui changeait radicalement de l'ancienne l'angoissait beaucoup et l’empêchait de le faire, ne voulant pas se faire passer pour quelqu'un ...d'extrêmement radicale, voir narcissique. Elle mettait à cette époque tellement d'importance sur les préjugés des autres... une importance qui désormais a visiblement disparu. Bon débarras.  

Bonus & Trucs toujours utiles de savoir : Se maquille pas et ne sait pas se maquiller. Aime se badigeonner le visage de masque. Des ongles aux vernis dorés mais se ronge les ongles sauf quand elle pense à appliquer des vernis amers. N'apprécie pas les décolletés mais porte de tout pour essayer. Ne sort jamais sans sa paire de lunette de soleil, qui sont accessoirement sa deuxième paire de lunette de vue. Ne sort jamais non plus sans son smartphone qui lui sert de GPS, elle a un piètre sens de l'orientation, même si cela est surement du au fait qu'elle ne fait aucun effort pour se souvenir d'un trajet.
CARACTÈRE

Déçue, malheureuse, désenchantée.

Être heureuse, réussir ses projets personnels et professionnels, très bordélique mais sait désormais à quel point c'est important d’être organisée, rêveuse et créative, friande de grasse matinée, n'aime pas les réveils à la sonnerie stridente, peur de souffrir-d'être torturée, angoissée par la maladie et la vieillesse, sursaute quand elle voit des araignées ou des abeilles, guêpes, fraudons. Culpabilise toujours aussi facilement sur tout et n'importe quoi et apprend justement à ne pas trop l'être sur tout et n'importe quoi.

Solitaire, autonome, indépendante.

Fière de ce qu'elle accomplit, s'efforce de rester de bonne humeur toute une semaine au lieu de trop vite passer au projet suivant, encore relativement paumée dans certains domaines, ne supporte pas d'être paumée, toujours un peu trop naïve, influençable et manipulable. N'approuve pas la violence, surtout envers ceux qui cautionnent la violence sous un faux motif monté de toute pièce pour se justifier une position dominante. Admire les sculpteurs, leurs sculptures sur marbre et les mathématiciens - physiciens surdoués qui ont des calculettes à la place des cerveaux.

Individualiste, autodidacte, pressée.

Emploi du temps plein à craquer entre la gestion de sa papeterie, les activités sportives (n'arrive pas à y caser la boxe et le karaté, d'ailleurs), les ateliers associations artistiques, concours parfois organiser par les associations, cuisine et entretien de son appartement (n'avait-elle pas décidé de se payer une femme de ménage ?), préfère regarder ses films sur son grand écran plat qu'au cinéma, magazines décors & loisirs créatifs de partout qu'elle range jamais, lecture de blog de voyage, moins de temps pour l'écriture, location d'un shooter parfois.

Et blablabla... mais sinon, à part tout ça, c'est la jalousie, la dépression et la frustration qui la font avancer dans la vie.

HISTOIRE

Avant son vingt-cinq anniversaire, Sharem vous avouera qu'elle était une fille froide, assez négligée, renfermée et seule ... tout simplement à bout de nerfs à l'intérieur d'elle. Quelque chose n'allait pas et persuadée qu'elle ne pouvait rien y changer, elle gardait son problème pour elle. En quelques mots : elle s'interdisait d'être trop heureuse en présence des membres de sa famille. Car comme toute enfant, elle admirait ses parents : ils étaient tous les deux des fonctionnaires, gagnaient bien leur vie et elle savait de leur part qu'elle pouvait leur demander tout ce qu'elle voulait ; pourtant elle ne leur demandait rien. Pourquoi ?

Parce que ses parents bien-aimés qu'elle chérissaient, avaient un défaut dont ils n'avaient pas conscience et détruisait la psychologie de leur fille : ils n'appréciaient nullement leur travail et ni l'un ni l'autre ne le cachaient jamais. Et quand ce n'était pas la fatigue et l'épuisement d'une dure journée pénible qui les faisaient aboyer l'un contre l'autre comme des chiens enragés, c'était l'interminable débat de celui qui avait le travail plus merdique des deux donc celui qui n'avait pas à se plaindre. Des disputes qui, après réflexion, avait commencé lorsqu'elle débutait l'école primaire. À quoi cela résultait en grandissant ? Hé bien... qu'elle n'avait pas intérêt à choisir un travail qui lui plaira lorsqu'elle sera grande ? Elle ne voulait pas les décevoir...en effet : que diront papa et maman si elle choisissait une carrière artistique, passionnante, valorisante ? Eux qui ont perdu la moitié de leur vie dans des activités professionnelles inutiles et sans intérêt ?

Alors qu'elle se refusait d'être heureuse car ses parents ne l'étaient pas, son cœur lui criait que le seul sens de sa vie, le seul but de son existence insignifiante et courte sur cette put*** de planète (- qui n'en a cure d'elle et des autres 7 milliards d'êtres humains qui crottent sur ses continents), c'était de trouver le bonheur, se le construire.

Avant qu'il ne soit trop tard pour elle, car le temps file vite ( - et que l'on devient une vieillarde en moins de temps qu'on ne le pense), elle prit la décision de reprendre son orientation depuis le début, ce qu'elle n'avait jamais réellement fait en soit. Elle participa à des formations de re-orientation dans des cabinets spécialisés sur la psychologie des adultes. Hallucinée, elle y découvrit que son mal-être touchait en réalité une très grande majorité des adultes. Elle comprenait séance après séance ce qu'elle était vraiment, à quoi elle aspirait, où était ses objectifs personnelles et professionnelles, ce qui comptait précisément pour elle.

Tout au long du processus qui lui ouvrait progressivement les yeux, elle comprit qu'elle avait été influencé dans ses choix par des informations qu'elle n'avait même pas fait attention car ils s'étaient infiltrés en elle sous la forme d'une bonne éducation ou d'un mouvement de masse. Ce processus de re-construction dura de longues années, jusqu'à son trentième anniversaire où il fut temps pour elle de revenir dans la vie active. Et depuis ce symbolique lancement professionnel à l'aube de sa troisième décennie, Sharem vit mieux, s'organisant autour d'un emploi de temps personnelle fait sur mesure pour elle et ses aspirations.

En 2021, âgée de 34 ans désormais, Sharem continue sa vie dans son coin, avec toujours l'objectif personnel de se surpasser dans sa vie professionnelle. Cependant, elle est sur le point d'être impliquée de force dans une lutte entre les Humanis et les Aegis, à grand renfort d'action ne lui laissant pas le choix. En effet, cela la touche directement, maintenant qu'elle a 'acheté' un hybride, même mineur.

'Acheter'. Dieu qu'elle n'aimait pas ce verbe, elle lui préférait 'adopter'. Depuis qu'elle avait 'adopté' Ys, un petit hybride vache des Hightland début 2021 et qu'elle le considère surtout comme son fils (elle le chouchoute comme un véritable trésor), elle se savait soutenue par les Aegis mais c'était aussi laisser entendre dire que sa façon de faire avec son 'esclave d'hybride' n'était pas au goût de l'union Humanis. (Je vous parle pas de ses crises d'angoisse où elle fait les cent pas entre sa cuisine et son hall d'entrée.)

Et quand ce n'était pas l'union Humanis qui l'a faisait tendre l'oreille, c'était au tour des Ileris, qui à peu de chose près, lui faisait tout aussi peur : elle s'imaginait déjà kidnappé par toute une bande de criminelle débarquant dans son appartement. Et concernant les infectés, elle commençait à croire depuis quelques semaines maintenant que l'un de ses voisins du 6ème étage pourrait en être un, autrement elle ne s’expliquait pas sa peau verdâtre de l'autre jour dans l’ascenseur, il semblait très malade et épuisé. ( - depuis, elle ne cesse de le surnommer inconsciemment Hulk car c'était trop pas de chance pour lui de s’appeler Bruce.)

Ainsi, allant de rebondissements à bouleversements, intimidations à menaces, Sharem devra faire face à toutes sortes d'individus : des beau-parleurs, des opportunistes, des suspects, des grossiers personnages, des kidnappeurs et même des tueurs en série...

SURNOM : Sharem
ÂGE : //
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? :vous êtes dans mes marque-pages depuis longtemps, je fais du rp depuis huit ans environ maintenant.
PRÉSENCE : irrégulière, aléatoire, lente, inactive à long terme sans le préciser dans une absence, discrète sur la cb - j'aime bien dire bonjours, offrir des avatars, parler de cinéma et JRPG et parler de caca *je suis dehors*
TON AVATAR, C'EST : Sharm Cordelan • immortal rain


Dernière édition par Sharem Campbell le Ven 27 Jan 2017 - 20:29, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Humaine qui carbure au café.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Humaine qui carbure au café. [100% Finish]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: