Partagez | 
 

 "I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: "I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))   Dim 15 Jan 2017 - 13:36
Ninoscerem Höllen
I'm fast enough to get in trouble but not fast enough to get away...
ÂGE : 27ans
SEXE : Homme
ORIENTATION : Hétérosexuel
STATUT SOCIAL : Aisé.
ORIGINE(S) :Franco-hongrois
MÉTIER : Chercheur en botanique - Botaniste
GROUPE : Aegis
RACE : /
PHYSIQUE

I'm old enough to know I'll end up dying... (293 mots)

"Nino". C'est ton surnom. C'est enfantin.
Mais, Nino, tu n'as rien d'un enfant.

Tes mains, regarde-les. Elles sont larges et pleines. Elles sont habiles, et chaudes. Ce ne sont plus des mains d'enfant.

Ton corps. Regarde-toi. Tu es plutôt grand, Nino. Il est révolu, ce temps où tu mesurais trois pommes.
Ton corps est marqué. Tu le sens.

Tu es malade, Nino. Tu es malade, et tu ne te soignes pas. Mais tu es toujours debout.
Alors tu continues.

Ton dos est large. Il est chaud. Il est blessé. Il est parsemé de cicatrices larges. Mais tu t'y es habitué. Tout va bien.

Ta voix, Nino. Elle n'est pas particulièrement grave. Elle est relativement douce. Tu aimes chanter. Mais tu n'aimes pas vraiment parler. Tu évites de trop parler aux inconnus. Et tu te contentes du peu.

Tes lèvres sont pleines. Presque charnues. Elles savent être avides. Et elles s'étirent très souvent en sourire. Parce que tu aimes sourire, Nino, et tu ne le caches pas.

Et quant tu souris, Nino, tes yeux se plissent légèrement, et ton visage s'illumine.

Ta peau diaphane rosie légèrement. Elle est chaude, elle aussi.
Elle se dore quand quelques rayons se posent sur toi.
Ils illuminent ton visage.

Tes traits sont fins. C'est dû au métissage. Tu as conservé les cheveux de jais et désordonnés de ton père. Et tu as la chance d'avoir les yeux bleu nuit de ta mère.

Nino, tu n'es pas un exemple de virilité. Tu es tout en douceur. Ton corps exprime une douleur calme et lancinante. Tu n'es pas un exemple de force et puissance.
Non.

Nino, tu n'es pas beau.
Tu es mieux que cela.
CARACTÈRE

But not young enough to forget again. (332 mots)

Ninoscerem est un personnage ambiguë. Il est peu conventionnel, en dehors des rangs.
Difficile à décrire.
Il est un personnage à part. Sa façon de penser et prendre les choses. De répondre, d'agir.

Nino est calme. Tête froide, reposée, il réfléchit énormément. Il ne se laisse pas facilement submerger par ses émotions.
Il s'énerve très rarement. Il est doux. Il argumente toujours ses réponses.

S'il réponds.
Nino est nonchalant. Et ceci est probablement son plus gros défaut. Il ne s'intéresse qu'à ce qui lui plaît. Humains et objets. Si la personne, le sujet ou l'objet en question ne l'attire ou ne l'intéresse pas, il n'écoute pas. Il ne s'en préoccupe pas.

Sa nonchalance transparaît aussi dans son attitude.
Décontracté. Peut-être trop.
Ninoscerem ne fait pas attention à son image. Ses cheveux sont désordonnés, et marche souvent sans chaussures. Il s'en fiche.

Et pourtant, en dépit de cela, Ninoscerem reste séducteur. Il aime les femmes... Mais pas toutes.
Il regarde peu le physique. Il aime les femmes cultivées et drôles, celles qui arrivent à le sortir d'un ennui quotidien.
Il ne regarde pas les autres. Existent-elles seulement ?

Ninoscerem est ce qu'on appelle un intellectuel. Il n'est pas "sur-intelligent". Il est simplement très cultivé. Il s'intéresse à tout, botanique, architecture, littérature, en passant par la politique.
Aussi, il est formellement contre cette société. Où est passé le pays des droits de l'homme ?

C'est pourquoi Nino est bon. Il a le coeur assez généreux envers ceux qui le méritent. D'aussi loin qu'il se souvienne, il a toujours donné, toujours aidé. Il pensait qu'en donnant un peu chaque jour, il vivrait assez longtemps pour rendre heureux beaucoup, beaucoup de personnes.

Depuis, Nino a renoncé à ses lubies. Il est devenu un charmant jeune homme pour quiconque à la chance d'être proche celui. Un adulte nonchalant, silencieux, quoique souriant et cultivé pour les autres.
HISTOIRE

I'm sick of fickle games. (1243 mots)


Quelque part, Hongrie, 1994.

Une jeune femme se tenait au milieu de la pièce.
Elle berçait un tout petit bébé.

"Ninoscerem. C'est un prénom compliqué pour un tout petit comme toi, n'est-ce pas ?"
Elle souriait.

"C'est aujourd'hui que tout commence, mon Nino. Tu verras que la vie est courte. Qu'elle est intense."
Sa voix était fragile, et parfois vacillait.

"Quoi que tu choisisses mon chéri, il y aura toujours quelqu'un avec toi. Dieu sait que mon âme ne retournera pas avec lui, mais restera auprès de toi..."

Un médecin entra dans la pièce. Il pria la pauvre femme de s'allonger, se chargeant lui-même du bébé.

Elle ne se relèvera jamais plus.

-

L'enfance de Ninoscerem fut difficile. La mort de sa mère, survenue quelques jours après sa naissance, traumatisa complètement son père.

Cordélia et Hippolyte Höllen, Docteur en Sociologie et Ethnologue, étaient liés comme les doigts de la main.
Ils s'étaient rencontrés pendant un colloque sur "Le caractère social des Hybrides au XXI° siècle", et ne se séparaient jamais.
Aussi, Hippolyte fut l'homme le plus heureux, le jour où sa femme lui annonça sa grossesse.

Ils voyageaient un peu partout en Europe pour leurs travaux, thèses et recherches.
La dernière étape du voyage fut la Hongrie.
Sans le savoir, c'était aussi la dernière étape de leurs histoire.

Cordélia accoucha dans la peine et la souffrance. Elle décéda quelques jours plus tard, suite à des complications.
Son époux ne s'en remettra jamais.

-

Nino fut donc élevé par son père.

Elevé était somme toute un bien grand mot. L'enfant ne recevait pas beaucoup d'amour.
En revanche, il recevait beaucoup de coups.

Comme pour le punir d'être venu au monde, et de fait, avoir prit la vie de sa mère, Ninoscerem recevait un coup pour chaque action, parole ou geste jugé "punissable" par son paternel.
Etonnament, l'enfant ne lui en tint jamais rigueur.

Il souffrait dans le silence.
Souvent, il se disait même que sa propre mère avait enduré bien pire pour lui donner la vie.
Il prenait donc chaque coup comme preuve qu'il était vivant.

En dépit de cela, Ninoscerem grandit "convenablement". Son père, ethnologue reconnut parmi les siens et Maître de conférence, gagnait très confortablement sa vie.
Aussi, il ne manqua de rien.

Son enfance se déroula ainsi, balloté par les voyages toujours plus nombreux de son père.
Après sa naissance, M. Höllen décida de ne pas rentrer en France.
Trop de souvenirs douloureux, là-bas.

Entre les coups et humiliations, il apprit.
Il sut très vite lire. Il commença par des livres très enfantin, puis passa rapidement à des morceaux plus complexes.
Il lisait tant et tant qu'arrivé à ses 14ans, il avait déjà engloutit les travaux de recherche de ses deux parents, ainsi qu'une bonne partie d'ouvrages théoriques divers et variés.

Le père ne sut jamais rien du potentiel intellectuel de son fils.

Lui s'était contenté de vivre en traînant son enfant comme un bagage. Il ne le regardait pratiquement jamais.
Se contentait de lui administrer une gifle ou un coup de poing quand cela lui prenait.

Il y eut même un épisode beaucoup plus violent, où Nino avait demandé à son géniteur de lui parler de sa mère.

La réponse fut sans appel : il fut prit d'un accès de rage, en entendant "l'assassin" de sa femme parler d'elle.
Nino fut fouetté jusqu'à ce que les bras de son père fussent fatigués.

Il passa le mois restant sans chemise. Son père, horrifié par la vue du dos boursouflé de son fils, ne recommença jamais plus.

Il avait alors 15ans.

Le cauchemar prit fin lorsque son père mourut.

Le pauvre homme traînait sa vie derrière lui, portait son fardeau à bout de bras.
Il éprouvait maintenant les pires scrupules du monde, d'avoir ainsi malmené ce petit qui était le sien.
Il n'avait pas apprit à aimer cet enfant. Il ne le pouvait pas.

Un soir, dans le salon d'une petite maison, il demanda à son fils si celui-ci avait de l'affection pour lui.
Nino réfléchit un moment, tête baissé.
Il la leva, et fixa la cheminée, un doux sourire sur les lèvres.

"Je ne crois pas avoir déjà éprouvé un sentiment de la sorte." murmura-t-il.

Pour toute réponse, son père se rua vers lui, et le gifla.
Nino releva lentement la tête, et fixa cette fois-ci l'homme.

"C'est terminé", articula-t-il.

L'homme fut happé par le regard de son fils.
Deux yeux bleu, des traits fins, une bouche charnue.
Cordélia, là, sous ses yeux.

Le choc fut terrible pour ce veuf.
Son coeur s'arrêta.

A 21 ans, Ninoscerem se dit qu'il avait, durant sa courte vie, déjà tué ses deux parents.

-

La vie reprit doucement son cours.
Il décida de rentrer en France.

Seul héritier de son père, Ninoscerem Höllen était un jeune homme calme, cultivé et, pour ne rien gâcher, aisé.
Il était aussi silencieux, nonchalant et un poil taciturne pour quiconque ne le connaissant pas.
Il avait même développé, étrangement, un penchant pour la taquinerie.

Il fut seul maître d'un petit hôtel particulier, situé en Paris. L'endroit était cosy, en plus d'être assez bien caché au milieu d'autres bâtiments.

Il avait l'impression de venir d'un autre monde, et tentait de ne pas trop se mélanger à la foule.

Il occupait ses journées avec son travail. Il avait choisi la botanique au hasard, dans une liste où il avait regroupé tout les domaines dans lesquels il avait quelques connaissances.
Ses études réussies avec brio, il était maintenant chargé d'études et chercheur en botanique.

Il avait décidé de travailler seul chez lui, transformant le petit hôtel particulier en vrai pépinière.
Il menait ses travaux seul, ses recherches seul, et parfois publiait ses ouvrages.

Il occultait la misère du monde, se concentrant uniquement sur soi-même.
Les Hybrides ? Oui, il savait. Mais ça ne l'intéressait pas d'en "posséder" un.

Il réfléchissait beaucoup sur le cas des Hybrides. Pour lui, ils étaient une source d'intérêt sans fins, et ne comprenait pas comment l'Humanité en était arrivée à retourner aux fondamentaux : l'esclavagisme.

Et puis, il fit un jour la rencontre de sa vie.

Elle était belle. Elle était intelligente.
Et ce, qu'importait ses attributs animaliers.

Elle "travaillait" chez un fleuriste. Ninoscerem s'y rendait souvent.
Il en était tombé amoureux.

Ils parlaient de tout et de rien, durant ses courtes visites. Ils riaient beaucoup.
Ils parlaient parfois des conditions de vie.
Nino le savait.
Nino ne l'acceptait pas.

Un jour, elle disparut.
Plus aucune nouvelle.
Un flot de tristesse infini.

Puis, il rejoignit Aegis.
S'il pouvait contribuer, ne serait-ce qu'un peu, à faire avancer les choses, il le ferait.
Ninoscerem en avait assez de perdre.

Il transforma son petit hôtel particulier. Il se garda un étage pour lui.
Le reste, il le mit à la disposition de ceux dans le besoin.

Aussi, il créa une toute petite entreprise de botanique. Il y avait quelques logements, au cas-où.
Et il prenait aussi de jeunes et moins jeunes hybrides comme petites mains.
Il les rémunérait. Il surveillait un peu, aussi.
Il tentait de devenir une main tendue à laquelle on se raccroche.

Une main qu'il n'avait jamais eu.

Dehors déjà, les ombres s'installèrent.

SURNOM : Appelez-moi comme ça vous chante ?
ÂGE : La vingtaine
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM ? : Partenaires JM + Un charmant Gregorio m'a confirmé que "ici cey b1"
PRÉSENCE : Call me "Big Brother" 7/7
TON AVATAR, C'EST : Kamui Shiro • X, Clamp
NOTE : Je suis déjà sur deux autres forums avec "le même personnage". (Caleb Ninoscerem Höllen) Je change évidemment l'histoire et je change de prénom, mais le caractère global reste le même. J'espère que ça ne dérange pas le staff.


Dernière édition par Ninoscerem Höllen le Lun 16 Jan 2017 - 12:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
INFECTÉE
Featuring : Yukari Yakumo - Touhou Project
Disponibilités : 7j/7j
http://mastersnekos.forumactif.org/
http://mastersnekos.forumactif.org/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))   Dim 15 Jan 2017 - 14:48
Bienvenue parmi nous ! J'espère que tu te plairas ici, si tu as des questions nous restons à ton entière disposition. Concernant le fait que ton personnage soit sur d'autres forums il n'y a aucun soucis tant qu'ils sont à toi.

Par contre, il y a quelques problèmes sur ta fiche, au niveau de ton histoire :
• Ninoscerem est né en 1994, jusque là pas de soucis mais tu dis que ces parents se sont rencontrés lors d'un colloque sur "Le caractère social des Hybrides au XXI° siècle", ils se sont donc rencontrés avant cette date or les hybrides ont vu le jour en 1995 en France uniquement, il est donc impossible qu'ils se soient rencontrés sur un tel sujet.

• Tu ne parles que très peu des hybrides mais le problème est que tu ne survoles que très (trop) brièvement ton entrée chez les Aegis. Tu viens tout juste de les rejoindre ou es-tu parmi eux depuis quelques mois / années ? A part cela, tu ne parles pas des Ileris, Humanis et infectés Annexe groupes contexte, or ton personnage a forcément un avis sur la question, surtout en étant chez les Aegis : que penses-t'il des Humanis ? A-t-il peur des infectés au vu de leur condition et de leur contamination ? Les Ileris lui inspirent-ils la peur ?

• Il te manques les listings à faire (avatar, métiers, groupe), les corrections à apporter et ce sera bon pour moi ; )


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: "I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))   Dim 15 Jan 2017 - 15:03
Merci Lou et Gavin, et merci aussi Teddy pour les précisions. ;)

Pour la date en effet, j'ai bien lu que les Hybrides apparaissent en 1995, j'ai complètement zappé la naissance du monsieur et le contre-sens. Je corrige des que je peux.

J'etayerai donc le reste pour l'entrée chez les Aegis ; c'est vrai que je n'ai pas parlé des trois autres groupes, n'ayant moi-même aucun avis dessus, et de fait mon personnage blasé et nonchalant ne s'est pas tortué les méninges dessus. Je trouverai de quoi faire, comme plus haut. ;)

C'est noté madame, merci bien !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))   
Revenir en haut Aller en bas
 
"I'm old enough to know I'll end up dying..." (En cours ;))
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» Haiti : Qui va gérer la reconstruction ?
» Le boulangisme politique de Préval
» Super Moto de Bilstain.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: