Partagez | 
 

 Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MAITRE NEUTRE
Featuring : Dante - DMC5
Disponibilités : 5/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Jeu 25 Mai 2017 - 22:05
IDENTITÉ.
NOM ; MacColgan
PRÉNOM ; Liam Silvestre
ÂGE ; 27 ans.
SEXE ; Masculin.
RACE ; Humain.
ORIENTATION SEX. ; Hétérosexuel.
SITUATION ; Célibataire & revenu moyen.
GROUPE ; Maître Neutre
MÉTIER ; Boxeur professionnel - poids mi-lourds
ORIGINE(S) / NATIONALITÉ(S) ; Écossais.
PHYSIQUE.
Quelle sale gueule je peux avoir dit donc. Encore un match qui s'ajoute aux autres où j'ai démoli un gusse qui se pensait le meilleur. Le meilleur, c'est moi et ça sera toujours le cas. Aïe ma lèvre. Il ne m'a pas raté ce mec, j'ai l'air fin. Bon, ça va ça ne pisse pas trop le sang, je n'aurais pas encore besoin de me racheter un tee-shirt de corps. Non pas que je n'ai pas les moyens, mais je n'ai pas que ça à faire de passer ma vie dans les magasins parce que j'ai foutu du sang sur mes fringues. Et aller, j'ai encore paumé ces compresses dans le désordre qui me sert de maison. Tant pis, un kleenex en mode galère de la vie. À me voir dans le miroir, difficile de me convaincre moi-même que j'aurais été un avocat ou un comptable. Pas avec cette gueule d'ange, mais aussi d'emmerdeur. La couleur bleu pâle de mes yeux aurait beau séduire les gens, mon sourire vous dit bien d'aller vous faire voir. Ce genre de sourire narquois qui donne envie de m'en coller une dans la mâchoire, mais ne vous ratez pas les gars, car le dernier, il a tâté de mon droit sans sommation. Les sourcils souvent froncés, je dois tellement avoir l'air d'être en rogne à longueur de journée alors que non, je suis souvent vachement serein. Si je n'avais pas ce nez cassé et les cheveux rasés sur le côté, j'aurais pu passer crème en fait.

Sauf que voilà, les marques des combats que j'ai faits, elles ne risquent pas de s'effacer de sitôt. L'arcade droite est fendue tout comme un côté de ma lèvre inférieure. Qui a dit que la boxe ça te laissait indemne ? Tu as beau être un crack, savoir encaisser, esquiver, tu finis toujours par t'en prendre une tôt ou tard. Faudrait vraiment que je revoie le classement parce que tomber plusieurs sur des mecs de catégorie limite entre poids lourd et la mienne, ça craint. L'autre black, si je n'avais pas été rapide, il m'aurait éclaté sans soucis. Bah ouais le mec, il est afro-américain, tu veux que je dise quoi d'autres que black ? Puis ce n'est pas sa couleur de peau ou ses origines qui m'importent, c'est comment il se bat et je peux te dire que lui, il ne déconnait pas. Un bon morceau de plus de quatre-vingt-cinq kilos contre mes soixante-dix-sept tout mouillés. On n'était même pas dans la même catégorie de base, mais il a fallu que leur balance déconne. Il aurait pu tellement m'allonger et j'aurais été un pauvre con d'écossais étalé sur le sol du ring. Un mètre quatre-vingt-deux de connerie bercée dans la violence, l'alcool, les musiques celtiques et les films de bikers. Chier mon omoplate recommence, pour ne pas changer. Avec la boxe, tout le sport que je dois faire pour tenir le rythme, je ne risque pas de souvent me faire emmerder, même si me servir de mes poings, ça m'a jamais été profitable en dehors du ring. Si j'allonge un débile au milieu de la rue et qu'il porte plainte, j'y gagne quoi ? Je me serais défendu, mais j'aurais aussi écopé d'une amende voir plus.

De toute façon, comme j'ai dit, je ne me fais pas souvent déranger quand je sors. On voit mon gabarit, ma gueule d'ange qui fait mal, puis je suis connu. Je doute d'être mondialement reconnu dans le métier, mais dans ma catégorie personne n'oublie Liam dit la teigne sombre. Ouais le surnom n'en jette pas des masses, mais c'est les journaux, pas moi qui choisis. Il va être temps de s'habiller, car j'ai beau avoir fini les matchs de la semaine, je n'ai pas fini de bosser pour autant. Aller adieu le short de boxe, les gants pleins de sueurs et les chaussures fines. Maintenant, ça va être veste à capuche, tee-shirt tout pourri, jean qui a fait la guerre et mes Timberland au pied. On ne se refait pas, de toute façon, quand on a un style qui colle à la peau, dès qu'on sort un peu de son quotidien agité, on le remet comme si c'était notre cocon. Personne ne m'attend au lit ou dans un quelconque bar, alors je vais pouvoir zoner comme je fais toujours. Merde où est-ce que j'ai encore foutu ce pendentif de malheur ? Ah le voilà, ça me ferait chier de sortir sans ce truc. J'ai jamais su pourquoi ma mère me l'avait donné, parait qu'elle appartenait au père, mais je n'en sais pas plus. Une pauvre pierre rouge comme le sang que je fais couler, au bout d'une ficelle qui s'effiloche lentement, mais surement. Je finirais par la remplacer par un lacet, ça ira plus vite. Je me suis ruiné les mains aussi, mais de toute façon entre les onglets pétés, les écorchures et autres cicatrices, je n'aurais pas fini. Puis mes battoirs, ils voient la brutalité tous les jours, alors je pense qu'ils sont plus à deux bleus près. Aller go, je ne suis pas une diva, j'ai déjà passé assez de temps à me regarder comme si j'étais amoureux de ma tronche de crétin.
ET VOUS.
PSEUDO ; Zazu, Juju, truc ou lui.
ÂGE ; Pangolin.
GARS OU FILLE ? ; Mec.
COMMENT AS-TU TROUVE M&N ?  ; J'suis dans le staff ?
PRÉSENCE ; 5/7
TON AVATAR C'EST ; Dante - Dmc : Devil May Cry.
AUTRE CHOSE ; Boop.
Liam S MacColgan
CARACTERE
La vie, elle en met toujours plein la face quand on la défie trop souvent, alors pourquoi est-ce que je continue ? Je suis peut-être juste très con, mais je crois que ça m'amuse. Ah merde, rien que de repenser à la dérouillée que j'ai pris, j'en rigole. Boxeur pro ou pas, ça m'arrive aussi de me faire étaler la tronche comme un sac. Je ne suis pas infaillible et c'est comme avec la bouffe, j'ai eu les yeux plus gros que le reste. Moi, j'étais venu pour faire le cake, pour frimer, lui pour coucher des glandus dans mon genre d'une droite bien sèche. Je ne dirais pas que j'ai été simple à mettre K.O, ses boules doivent encore se rappeler de ma godasse, mais il a su viser le salaud. J'ai mal au nez ça ne fait aucun doute, mais je me suis bien marré. Voir cette face d'abruti se mettre en rogne en lançant tout le mobilier qu'il a trouvé, sur ma trogne sans me toucher. Enfin si, au final, il a atteint sa cible, mais pas comme il l'aurait voulu. Il était du genre à garder les mains propres, à ne pas les salir en frappant directement. Con pour lui, c'est ce qu'il a fait sans hésitation au bout d'un moment. Heureusement que ma grande gueule est à l'égal du fait que j'encaisse bien, sinon j'aurais été bien en rentrant.

De toute façon, à part des clopes bon marché, un verre de whisky miteux et ma piaule, personne n'allait m'attendre. Pourtant, ce n'est pas le charme qui manque vu les miss que j'attire dans mon sillage, que ce soit au boulot ou sur le ring. Le danger, l'extrême ça amène les curieuses, mais ça les fait aussi fuir. Et quand je dis ça, je ne parle pas forcement que des humaines. Il m'arrive d'aller voir des hybrides se mettre sur la gueule et de croiser le regard ou de rendre le sourire de plusieurs demoiselles hybridées en tous genre. Personnellement, qu'elles soient hybrides ou pas, je ne pense pas avoir un souci avec elles. Bon ok, il y aurait bien les infectés, mais de ce que j'ai compris, ils ne le choisissent pas plus que les autres. Simplement, eux ça a merdé et du coup, ils ne peuvent pas se considérer comme hybride ni humain. C'est la merde et sincèrement, ça me ferait chier d'être à leur place. Je ne les vois pas spécialement comme des monstres, parce que si tout ce qui sort du lot l'est, alors moi aussi, j'en suis un. Au moins, ils s'intègrent dans la foule et la ville, pas comme d'autres. Je ne vais pas m'étaler sur ce que je pense des Humanis ou des Ileris, mais pour moi, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Ils se foutent sur la tronche, s'agresser et se bute et toi pendant ce temps-là, bah, tu fais ta vie. Je n'ai jamais tabassé d'hybrides, je ne suis pas spécialement une cible de choix et je suis prof de boxe par intermittence. Moi, je suis pénard, on ne viendra pas m'emmerder donc je leur laisse à leur petite guéguerre et quand ça sera terminé peut-être que je m'y intéresserais. En attendant, je préfère m'occuper des petits cons à qui je file des cours entre les temps morts des compétitions. On va dire que ça met du beurre dans mes pâtes, le soir.

Je pourrais être de ceux qui se plaignent parce qu'ils leur manquent un peu de fric dans les poches, mais j'ai toujours su me débrouiller. Tu vois que ton portefeuille se vide, bah, tu te sers la ceinture et tu arrêtes de manger comme quinze. Je n'ai pas la science infuse et je doute de paraître forcément très intelligent. Certains ont tout mis dans les neurones pour survivre, moi, j'avais un bon jeu de jambes, une gueule d'ange et des poings efficaces. Alors, j'ai vite raccroché les études pour me mettre à la boxe à plein temps. J'en ai chié, je dois bien avouer avec mon corps de lâche et le fait que je me démoralisais pour pas-grand-chose. La boxe m'a en quelque sorte sauvé la vie, car sans ça, je ne pense pas que je me serais battu pour faire quelque chose de ma vie. Tout ça, ça m'a rendu pas mal acharné comme gars et assez déterminé. Alors, ouais, c'est clair que si tu es une jolie miss et que je t'ai dans le viseur, je vais essayer de te plaire, sans être spécialement lourd. C'est comme briser des phalanges ou des mâchoires hors combat, forcer ça ne m'avancera pas. En plus, j'aime bien me socialiser avec ceux que je croise, même si ça dure cinq minutes. Une vieille discussion sur la pluie et le beau temps, aider une mamie qui galère et taper la causette, ça m'arrive. Je n'ai pas un cœur de pierre même si je fais mal sur le ring, paraîtrait même que j'ai un bon fond. Je devrais remercier mon père pour m'avoir filé sa gueule et sa répartie des enfers. Je le ferais un jour, si j'y pense. Dire que j'avais croisé une Aegis plutôt sympa à regarder, qui avait essayé en me glissant dans son lit, de me faire devenir Aegis aussi. Elle était fun, mignonne, mais le bénévolat, ce n'est pas pour moi. Je pourrais très bien entraîner tous ces gosses gratos, mais j'ai besoin de vivre de tout ce que je peux. Alors, je profite peut-être un peu du système, mais il me le rend bien. Je crois que je suis un peu comme l'alcool que j'adore boire. On ne se lasse pas de moi, on peut devenir accro comme être saoulé, mais on revient toujours un jour me voir. C'est l'effet Liam, un truc que tu ne liras jamais dans un bouquin, oh que non.
HISTOIRE
Mon histoire sans être un vrai roman, j'avoue, elle a de la gueule. J'ai eu des hauts et des bas comme tout le monde, mais surtout dès le début, j'en ai pris plein la face. Je suis né prématuré dans une maternité à Dundee en Écosse. J'étais un gamin plus maigre que grand. Plusieurs mois en couveuse sous le regard de ma mère et des médecins. J'ouvrais à peine les yeux, je respirais très mal et je leur mettais déjà la boule au ventre. Je pourrais m'en vouloir du calvaire qu'ils ont vécu en voyant cette petite vie qui galérait à tenir le coup, mais ça ne changerait pas ce qui s'est passé, de toute façon. Surtout que c'est en partie à cause de ça que j'ai toujours voulu me battre depuis que je sais parler. Bagarreur comme pas deux, je passais plus souvent mon enfance à mettre des mandales et à rendre les coups, qu'à écouter les cours. Je ne prône pas l'école buissonnière, mais on ne pouvait pas dire que moi et l'enseignement, nous étions potes. Je m'ennuyais à longueur de journée, l'arrière-train vissé sur ma chaise à regarder plus souvent les mouches voler qu'à écrire. La seule chose qui m'évitait un renvoi, c'était ma présence et le fait que ma mère était très proche de la directrice. Ouais, à l'époque ce genre de piston existait déjà.

L'adolescence allait tout changer, aussi bien pour moi que pour ceux qui avaient toujours compté ou cru en moi. Vu qu'en étant gamin, je ne faisais rien de spécialement positif, on ne peut pas dire que celle qui m'avait mis au monde voyait un avenir merveilleux pour moi. Du coup, je me prenais souvent la tête avec elle, et même si le ton montait très vite, elle avait toujours raison. Ça m'énervait, je le prenais souvent mal, mais ça restait ma maman. Elle voulait mon bonheur et que je puisse avoir la vie que je voulais. Alors, ouais quand je lui ai dit que du haut de mes quatorze ans, j'allais faire de la boxe, on ne peut pas dire qu'elle a sauté au plafond. Par contre, la claque que j'ai reçue après, je peux vous dire que je m'en rappelle encore. Du genre qui te déplacerait des dents et te laisserait une marque plusieurs heures. C'est dans ces moments-là que tu te rappelles qu'elle t'a mis au monde, mais qu'elle peut aussi vite te calmer. Devant elle, tu ne fais pas le malin, le fanfaron ou ton petit manège. Tu dis oui, tu l'écoutes et tu obéis. À m'entendre, je passerais presque pour un de ses petits hybrides, pas bien farouche, alors que c'était surtout que je n'avais plus qu'elle. Entre la famille qui avait pour la plupart quitté le pays et mon père absent du tableau, je ne pouvais me reposer sur l'épaule de ma mère.

Je pourrais en rire de ce que je vais vous avouer, mais ça serait me moquer d'avoir tellement été insistant qu'elle a accepté. Bon, c'était dans un club pas spécialement fréquentable, dans une partie de la ville où ma mère n'aimait pas aller, mais au moins je faisais de la boxe. Au départ, je passais plus souvent le lave-pont ou nettoyer les chiottes qu'autre chose, mais bon. Je crois qu'encore aujourd'hui, je ne suis pas vraiment sûr de savoir si c'était un test ou juste un profit d'avoir un gosse à disposition pour faire les corvées. En tout cas, j'ai dû attendre pas mal de temps avant de finalement frapper dans un sac. Le coach ou du moins, le patron du club qui s'occupait de moi, sans être spécialement impressionnant, c'était une terreur. Qu'ils soient mineurs comme moi ou champion, tout le monde ici lui disait bonjour et au revoir avec respect. Il avait la cinquantaine, mais il aurait pu encore allonger deux trois crétins dans mon genre ou plus vœux avec ses battoirs. Ses poings faisaient facilement ma tête enfin, j'exagère sans doute, mais il imposait dans le club. Autant, je n'écoutais pas la moitié des paroles de mes professeurs à l'école, autant avec lui, j'étais plus attentif qu'un gosse qui veut ses cadeaux à Noël. Il m'a entraîné pendant plus de quatre ans sans jamais me laisser spécialement de repos. Je passais autant de temps à pioncer sur mon lit qu'à devenir meilleur. Je grandissais, je m'affûtais et je devenais bien plus sûr de moi. Les muscles, on peut se dire que ça fait décoration, mais tu te sens quand même plus serein quand tu sais qu'avec ton corps, tu peux te défendre.

J'étais à peine majeur que je commençais déjà les compétitions, avec la ferme intention de gagner. La plupart des mecs en face de moi, quand il ne me dépassait pas d'une tête ou de pas mal de kilos, je les déboîtais sans soucis. Je ne suis sans doute pas un monstre, mais je suis vif et depuis tout ce temps ça n'a jamais changé. Je ne frappe pas bêtement dans le gras en espérant toucher et faire mal. J'attends, je joue la montre et dès qu'il y a une faille, je frappe sans hésitation. On m'a souvent reproché de faire durer les combats, de ne pas prendre assez souvent les devants, mais chaque fois que je l'ai fait, je me suis fait éclater comme un débutant. Enfin ça c'était au début, quand j'étais encore un poulain dans l'écurie. Ouais, je me mets aux métaphores maintenant. J'ai fini par remporter plusieurs combats, puis des tournois. D'abord, celui de Dundee, puis de la région avant de devenir du haut de mes vingt-ans tout frais, champion de boxe de ma catégorie en Écosse. J'avais tellement la pèche quand j'ai remporté ce truc, que j'en ai bassiné ma mère pendant des semaines. Puis après avoir pris deux trois roustes sans ménagement dans un tournoi, toutes catégories confondues, je suis redescendu de mon petit nuage. J'étais peut-être bon, mais j'étais loin d'être le seul à avoir du talent sur le ring et avec des gants de boxe aux poings. C'était d'ailleurs à partir de ce moment que j'apprenais l'existence de la corruption. À deux reprises, des mecs étaient venus me menacer et tenter de me donner du fric contre ma défaite. Chaque fois, je les avais envoyé chier avant d'allonger leur prodigue encore plus vite que prévu. Je tiens ça de mon père, ce côté qui ne supporte pas la corruption. Sans doute pour ça que je ne veux pas me mêler des histoires des Humanis et des Ileris.

Alors que je commençais à me faire une belle collection de trophée et de titre, je déménageais. Ma mère avait envie de changer d'air, de voyager et de mourir dans un pays, celui du romantisme. Elle me parlait souvent de la France, de la beauté, de la culture et de votre bouffe. Je ne pouvais pas vraiment la contredire, vu que je raffole de votre cuisine, bandes de salauds. Elle se savait malade, fatiguée et affaibli après toutes ses années. J'ai utilisé une partie de l'argent que j'avais gagné depuis le début des tournois et on a quitté l'Écosse pour la France. Je lui avais fait la surprise de Paris, vu qu'elle m'en avait parlé pendant une bonne partie de mon adolescente et de ma vie d'adulte. Elle a fini par rendre son dernier soupire un mois à peine après mes vingt-trois ans. J'ai eu pas mal de difficultés à faire sans elle, j'avais tellement compté sur elle, qu'avec son absence, j'étais un peu paumé. C'est dans un bar que j'ai rencontré une jolie petite peintre. Je sais ça sonne cliché, mais elle avait tellement des airs d'artiste et elle l'était. Une Aegis en plus, après qu'elle me l'avoue. C'est grâce à elle que j'ai appris pas mal de choses sur ce bordel interne qui régnait sur Paris. Ces histoires d'hybrides, de maîtres et j'en passe. Bon, elle a aussi essayé de me recruter chez ces bobo des hybrides, mais j'ai préféré dire non. Elle sait mon avis sur les hybrides et tout ce merdier qui est toujours en place. Je ne suis pas fait pour cajoler, panser et surveiller des hybrides. Si j'en ai un ou une, je préférais que ça finisse tout sauf en domination. Je n'ai jamais été pour ce genre de délire, alors je ne risque pas de commencer.

Depuis, j'ai monté un club de boxe dans un quartier pas trop coûteux. Il n'est pas bien grand ni impressionnant, mais c'est à l'intérieur que j'apprends à des gosses ce sport. Ça les défoule, les occupe et ça leur évite de faire les cons dehors, c'est déjà ça. Je ne vais pas vous dire que je suis un bon pensant qui aide les gosses et les gens démunis, il ne faut pas abuser. Disons juste, que ça m'aide à ne pas rouiller entre deux tournois ou matchs. Puis, vu ma carrière, je peux clairement faire des choix. D'ailleurs, je continue à me demander si un jour, je pourrais entraîner des hybrides. À force de traîner dans cette ville, j'ai fini par connaître les combats d'hybrides clandestins. Aussi bourrin et énergique que les matchs que je fais, mais en plus enragé. Nous, on a des gants, des règles, eux c'est à la sauvage et ça a vraiment de la gueule. Même si sincèrement, je n'aimerais pas tomber au milieu, car je risquerais même avec tout ce que j'ai appris, par finir en charpie. Je comprends qu'on puisse avoir peur de ces hybrides qui, d'une claque nous arracheraient la face sans sommation, mais c'est aussi en les enfermant, en les enchaînant qu'on leur donne l'envie de nous tuer. Personne, pas même un être humain n'aimerait passer ses journées en cage ou enchaîné. Heureusement, les Aegis sont là, mais bon, je doute qu'ils puissent faire plus avec leur moyen. Qui sait, peut-être que si ça me prend, un jour, je viendrais leur donner un coup de main. Le changement, ça n'a jamais fait de mal à personne et ce n'est clairement pas moi qui dirais le contraire. Je pense que j'ai assez raconté sur ma petite vie de boxeur, pour le reste, faudra passer au club ou chez moi. Héhé.


Dernière édition par Liam S. MacColgan le Jeu 1 Juin 2017 - 18:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : Aoki Lapis - Vocaloid
Disponibilités : Tout les jours
Absence : I'm here
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Sam 27 Mai 2017 - 22:41
Bienvenue! Enfin, je dit ça mais bon, c'est plus re-bienvenue!


Alya papillonne en #0033CC et sa fiche est !
Sa chanson? Need someone !
Revenir en haut Aller en bas
MAITRESSE NEUTRE
Featuring : Stocking Anarchy
Disponibilités : De passage tous les jours au moins
Absence : Mi juillet
http://mastersnekos.forumactif.org/t52-mangeeer
http://mastersnekos.forumactif.org/t745-manger-c-est-mieux-pour-vivre
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Sam 27 Mai 2017 - 23:01
Rebienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche


#9933ff
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Dim 28 Mai 2017 - 23:11
Reubienvenue !


#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
MAITRE NEUTRE
Featuring : Dante - DMC5
Disponibilités : 5/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Jeu 1 Juin 2017 - 18:48
Merci les filles ~

J'annonce que ma fiche est terminée, bon courage rouquine ~


Revenir en haut Aller en bas
INFECTÉE
Featuring : Souryuu Asuka Langley - Envangelion
Disponibilités : 7/7
Absence : Vacance ou autre ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   Jeu 1 Juin 2017 - 18:56
Bon, ça y est j'ai fini de baver sur cette fiche je peux faire mon travail. Je pourrais faire la blague de "ta fiche est toute kk y a tout à refaire" mais ce serait pas crédible. Donc on va faire plus simple. JE T'AIME LIAM T'ES BEAU, T'ES BADASS, T'AS TOUT POUR TOI ♥♥♥

“ TU ES VALIDÉ(E) ”


Ça y est, t’es validé(e) ! Félicitations ! Nous sommes heureux de t’accueillir parmi nous, en espérant que tu t'y sentes bien.

Tu peux dès à présent faire une demande de RP, d’adoption, et si tu cherches un toit fait une demande de lieux.
Si tu as besoin d'un nouvel avatar, viens ici .
N'oublies pas de nous dire si tu dois t'absenter de prévenir ici !

N’hésites pas à poster une fiche de liens pour te lier aux autres personnages du forum ou encore à passer sur la ChatBox pour te familiariser avec les autres.

Si tu veux délirer avec les autres, passes sur le flood ou sur troll word !

Par contre, n’oublies surtout pas de remplir ta fiche de personnage et de rajouter le lien de ta fiche dans ton profil.

A la moindre question, n’hésites pas à envoyer un MP à un membre du staff qui sera là pour éclairer ta lanterne.




Delilah parle en Salmon
Disponible pour rp : 1/2
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam   
Revenir en haut Aller en bas
 
Right hook, Left Uppercut & K.O _ Liam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. This is the way you left me
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]
» [Octobre] Taeyang Captain Hook
» RMT pashmilla don't left me down (console)
» ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Humains validés-
Sauter vers: