Partagez | 
 

 Nolan Hayder - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: Nolan Hayder - Terminé   Jeu 2 Juin 2016 - 1:45





Bonjour je m’appelle Nolan Hayder, j'ai 27 ans et je suis franco-américain. Je suis un maître neutre et je suis attiré par tout (mais surtout les lamas /train/).

On me reconnais facilement car j'ai des tatouages. Je suis aisé et veuf et j’exerce le métier de thanatopracteur. Et bizarrement, on dit que je ressemble à Trafalgar Law - One piece.









“ Physique ”

Il présente plutôt bien, faut dire ce qui est, il a du charme dans le genre mauvais garçon. Un regard sombre aux arrêtes aussi tranchantes que des lames, un regard vidé d'envie que seule la colère vient animer. Un regard perdu dans le vide, des yeux clairs paraissant sombres tellement il affiche un regard con, reposant dans un écrin de cernes creusées au fil des nuits passées à chercher la quiétude. Un nez fin, à l'arrête plate, des lèvres fines s'étirant en un sourire ravageur, le genre qui vous invitent à vous faire prendre dans une ruelle sombre, la classe et le raffinement absolus. Il a un peu une tête de cadavre, avec son visage émacié aux pommettes si saillantes qu'on croirait s'y couper. Alcool et drogues ont laisser leurs marques sur un visage autrefois charmant, désormais on y voit que les reflets de ses espoirs brisés. Son menton fin se perd sous une pilosité finement travaillée, probablement la seule chose qu'il soigne un minimum. Nolan c'est un type négligé, avec une tignasse de jais en bataille et des fringues piochés au hasard dans son armoire, rarement repassés. Il en impose, il fait même un peu flipper avec sa musculature développée sur laquelle se dessinent de nombreux tatouages et piercing, de même que des cicatrices, sans parler de son mètre quatre-vingt quatre. Des fois il arbore un regard tendre, uniquement à l'encontre de sa progéniture, ou concentré lorsqu'il travaille, les lunettes qu'il doit utiliser pour lire ou maquiller un cadavre contribuant à lui donner un peu d'allure.  

“ Caractère ”

Nolan, c'est pas un type bien, c'est le genre de mec qui grogne pour vous dire bonjour - on suppose - ou qui vous lance un "enculé" pour vous souhaiter bonne journée. Vous l'aurez compris, Nolan c'est un peu monsieur connard, le type distant et froid qui ne s'intéresse pas à son prochain. Ne vous attendez à nulle main amicale venant de lui, c'est plutôt le genre à vous mettre une beigne. Il faut dire qu'il a les nerfs à fleur de peau le garçon, un rien l'agace et il ne manquera pas de vous le signifier par une remarque cinglante ou en se levant et vous ignorant avec superbe. Grossier, vulgaire, cynique et violent, il n'aime pas la compagnie de ses pairs et se contrefiche des hybrides de même que les conflits déchirant Humanis et Aegis. Nolan vit dans son petit monde et se fiche de ce qui l'entoure. C'est un être seul et ravagé par la mort de sa femme, il en veut au monde au entier, sa femme y compris pour l'avoir abandonné à cette vie morose, mais il est probablement l'être auquel il en veut le plus. Nolan collectionne les addictions pour oublier ses afflictions, s'oubliant dans un verre ou le temps d'un fix. Le genre de type pas vraiment fréquentable en somme, sans compter une certaines propension à balancer des vannes pourries. Il a perdu goût à toute chose, il n'y a que la présence de sa fille qui le rattache encore à la réalité, un rayon de lumière dans une existence terne. Il tente de tenir, il tente de lutter, mais dans le fond il le sait, il n'est rien de plus qu'un lâche qui dresse une barrière entre lui et le monde, détournant le regard face à une réalité qui dérange. Il n'aime pas parler de lui et s'enferme souvent dans un mutisme pensant.

L'histoire de Nolan, elle vend pas vraiment du rêve, c'est une histoire conne, un peu. M'voyez, monsieur rêvait d'être un super héros, comme dans les BD, ou plutôt un délinquant en puissance, de finir encerclé de flics, un flingue dans chaque main et de beugler un "VOUS NE M'AUREZ PAS VIVANT !!!" de finir couvert de sang, pas le sien bien entendu. Mais la vie, ou plutôt le narrateur, en a décidé autrement. Du coup, Nolan a tout simplement été conçu le jour où la petite secrétaire française à dit oui à son patron, simple efficace, passionnant. Je vous épargnerais les détails le nuit de noces et de la relation vomitive entre les deux, on est là pour parler de Nolan. Dès sa naissance, elle lui pendait au dessus de la tête, la petite maison dans la prairie, ses sept chiens et sa chiée de gosses. Heureusement qu'il était né avec un don, celui de tout faire foirer, sinon il serait mort, noyé dans sa propre bile d'allégresse. Il a vu le jour dans le berceau du jazz, New Orléans, ses rues dont s’élevaient les rires et les tintement de verres, les notes enivrantes de la nuit, le fascinant théâtre qui se jouait sous sa fenêtre celui où les corps se rencontrent et s'épousent rythmés par les saxos.

Il n'a jamais été un gosse facile, préférant se consacrer aux livres qu'à ses semblables, trouvant la fiction plus plaisante que la réalité. Rapidement Nolan se désintéressa du monde à la faveur d'un idéal imaginaire. Bien qu'issu d'une famille aisée, il avait l'air d'un gosse des rues à courir nus pieds dans le vieux carré, ses bouquins sous le bras en tentant de semer sa nourrice. C'est là que petit à petit il se rapprocha des sorcières du vieux carré et commença à s’intéresser au voodoo, principalement pour effrayer les filles, l'âge bête et les hormones qui s'éveillent dirons nous. Dès l'adolescence Nolan devint un véritable séducteur, pas toujours efficace, mais toujours prêt à tenter sa chance, après tout qui ne tente rien n'a rien... Enfin, faut dire que la méthode "Hey, t'as pas une grand mère morte? Viens au cimetière on va taper la causette! " n'a jamais fait ses preuves.

Sauf avec Claire. Nolan était tout juste majeur et il s'était retrouvé en plein milieu du carnaval, la musique battait son plein et son cou se retrouvait entravé par les colliers de perles colorées, couvert des baisers d'une inconnue. Claire et Nolan, c'était comme une évidence, le nez au milieu de la figure et tout ce que vous voudrez. Ils étaient tombés dans les bras de l'autre comme dans une vieille romance en noir et blanc avec l'écran qui grésille et tout le tralala. Les premières étreintes contre une poubelle, il trouve ses bras, s'y complaît, l'enlace, la marque dans une étreinte aux accents de désespoir. Il ne sait rien d'elle, mais ce contact il en a besoin, plus que tout autre chose sur terre, pour la première fois ces étreintes semblaient avoir un sens, c'était peut être la fée verte, ou simplement son regard. Il finit en elle et s'y endort toute l'agonie de la nuit. Le lendemain il se réveille, le crâne hanté par l'alcool, trouvant le répit dans une chair tendre au cœur battant. Par delà la fenêtre il devine la ruelle jouxtant la rue Bourbon colorée de perles et de confettis détrempés. Il tente de se relever, les colliers unissent leurs cous comme un lien mystique. Il laisse son regard vagabonder dans le petit appartement qu'il ne quittera pas avant des années.

Le temps passe et avec lui les espoirs et les rires, remplacés par un sentiment de vide et d'inaccomplissement, les rêves d'enfant se heurtant à une réalité morne. Sa musculature se développe, sa carrure de jeune prince des champs de coton laissant place à une musculature apparente, le départ de la maison familiale pour suivre une fille des bas fonds ayant poussé son père à lui couper les vivres Nolan, dépourvu de diplômes dut se rabattre sur des tâches plus manuelles afin d'entretenir le rythme de vie effréné de Claire. L'amour laissa place à la rancœur, les rires à des silences pensants, jamais le plafond du petit appartement qu'ils partageaient ne lui parut aussi bas et oppressant. Claire finit par chercher le réconfort dans des bras plus accueillants, les mots se firent cinglants. Le temps arrondit le ventre de Claire annonçant un enfant à venir, un enfant qu'ils n'avaient pas les moyens d'avoir et qui n'était peut-être même pas de lui. Nolan se refusait d'affronter cette vérité, il quitta l'appartement quelques jours après la naissance ce Kathy, leur fille pour se réfugier chez un ami. Puis le téléphone sonna. Claire était partie pour un monde meilleur l'abandonnant avec cette enfant qu'il avait fuit.

Démuni et perdu, Nolan retourna chez ses parents, reprenant ses études à la demande de son père, se perdant dans différents domaines tels que la finance pour contenter le paternel avant de se tourner vers des études moins conventionnelles, la thanatopraxie. Son père courroucé de voir son fils aîné à nouveau s'écarter du chemin qu'il voulait le voir emprunter le renia une fois de plus, sa mère, inquiète pour l'enfant les envoya en France, chez une tante éloignée où Nolan acheva ses études avant de se lancer dans la vie, sa mère lui envoyant de temps à autres de l'argent pour l'aider avec la petite. Là, il a découvert un monde nouveau où hommes et hybrides se côtoyaient, le retour de l'esclavage, les guerres d'idéaux entre Humanis et Aegis, les infectés... tant de choses qui lui sont passées par dessus la tête, après tout comment une personne ne se souciant pas d'elle-même et ayant renoncé à vivre pourrait s'intéresser à autrui? Il avait déjà bien assez à faire avec sa gosse et la culpabilité qui lui rongeait les tripes.







PSEUDO : Syf.
ÂGE : Vieux.
COMMENT AS-TU TROUVÉ MASTERS & NEKOS ? : Partenaire.
PRÉSENCE : Variable selon le boulot.
AUTRE CHOSE : J'aime les lamas, c'était important de le souligner. Merci, au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Nolan Hayder - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: