Partagez | 
 

 ...Où est-ce que je suis moi ? ~ Nolhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: ...Où est-ce que je suis moi ? ~ Nolhan    Lun 1 Aoû 2016 - 21:55



Hello~ Je m’appelle Nolhan, j'ai 22 ans et je suis franco-russe. Je suis un hybride mâle neutre et ma défunte mère était une sorte de sirène de laboratoire. Je ne suis attiré que par les femmes.

Je ne suis pas du tout un triton, un homme-sirène ou ce genre de conneries… On pourrait plutôt dire, en me voyant, que je suis simplement croisé poisson-humain. Un bête hybride poisson quoi. Quelle classe, je te jure. Si tu ne me reconnais pas après m’avoir vu la première fois, c’est que tu as vraiment un problème… Comme ma mère, mes oreilles, translucides, sont assez grandes et leur forme est plutôt particulière. Les doigts de mes mains sont également pourvus de très petites palmures à leur base. Ah, oui. Je possède également des écailles qui s’épaississent vers le bas de mon dos, ne me demandez pas à quoi elles me servent je n’en ai pas la moindre idée. Je suis célibataire, au-dessus du seuil de pauvreté selon moi et j’exerce le métier d’illustrateur, en général d’album jeunesse ou de comics méconnus. Et bizarrement, on dit que je ressemble à Kurosaki de Dengeki Daisy.








“ Physique ”

Nolhan est un jeune homme d’1m81 assez mince et musclé au niveau des jambes dû à ses nombreuses activités sous-marines. Ses traits sont marqués et la forme de sa mâchoire est très visible. Il possède des yeux verts perçants (lui donnant la plupart du temps un regard glacial involontaire) et des cheveux blonds lisses plutôt clairs, que l’on pourrait qualifier de mi-longs. Sa peau est pâle et son nez est en trompette. Il s’agit naturellement d’un garçon possédant peu de poils étant donné son croisement qui ne porte pas à confusion sur son origine marine. Cependant et de ce fait, comme les poils lui sont inutiles selon la génétique de son corps, sa peau est moins élastique, dangereusement sensible aux rayons du soleil et légèrement plus dure, ce qui ne se voit pas à l’œil nu. La particularité physique qui se remarque directement chez lui demeure ses oreilles étranges et translucides qu’il a l’habitude de cacher du mieux qu’il peut sous ses cheveux. Elles sont molles et identiques à celles de sa mère, à peu près seul vestige d’elle. Elles prennent des teintes différentes en fonction de l’angle par lequel on les regarde. Nolhan pense d’ailleurs qu’il aurait préféré posséder des oreilles de chats ou quelque chose du genre car ils les trouvent moins étranges que les siennes. Ses doigts, quant à eux, sont longs et minces mais ils ont aussi une autre particularité si on les observe de plus près et avec plus d’attention : la base de ceux-ci sont palmés et se rejoignent plus haut que des doigts normaux. La peau à cet endroit est assez fine et vulnérable. Cette distinction n’affecte cependant en rien le jeune homme dans ses activités d’écriture ou de dessin. Enfin, du milieu de son dos jusqu’en bas de celui-ci se succèdent, de plus en plus nombreuses au fur et à mesure de la descente, une série d’écailles aux couleurs vertes et bleues et légèrement transparentes. Elles sont comme des tâches de naissance dont Nolhan ne peut se séparer.

D’un point de vue vestimentaire, Nolhan possède une grande diversité de goûts très différents. Il aime accorder sa tenue aux circonstances et prend soin de lui, et tout particulièrement de ses chaussures.

Quelles sont donc ses particularités autres que corporelles ?

Nolhan ne ressent aucune difficulté à rester un très long moment sous l’eau. Étant entre l’humain et le poisson, il ne peut pas y demeurer indéfiniment, mais son endurance est très respectable. Il nage très bien sans n’avoir jamais pris aucun cours de natation. Il a beaucoup de réflexes sous l’eau, y voit et entend parfaitement bien. Cependant, étant donné qu’il a besoin d’eau très souvent (il ne sort jamais sans sa bouteille de la plus grande contenance qu’il peut trouver) pour ne pas souffrir de déshydratation, ce qui se produit très fréquemment chez lui. Tenir au soleil brûlant plus de quelques minutes peut être mortel pour lui.

Autre détail à ne pas négliger: Nolhan porte un bracelet de pierres colorées à son poignet gauche. Il a appartenu à sa mère et est donc d’une extrême importance.

“ Caractère ”

Pour commencer, Nolhan est un garçon plutôt distant à première vue des autres. Cela est volontaire : il ne recherche pas de groupes d’amis et encore moins la popularité comme il en est souvent question à l’heure actuelle. Il considère qu’il est bien mieux seul que mal accompagné. Cette pensée lui coûte bien des ennuis car il n’est parfois pas capable de s’autogérer. Ce trait de caractère ne le rend cependant pas asocial pour autant : au contraire, il n’a aucun problème à créer des liens avec les personnes qui l’intéressent lorsqu’il commence à les connaitre un tout petit peu. Ce n’est donc qu’un masque qu’il arbore pour essayer de se protéger de l’influence d’autrui et de la méchanceté de chacun. C’est pourquoi il n’accepte ni les arguments d’autorité ni les vérités générales. Il pense par lui-même, ne permettant à quiconque de lui inculquer des idées fausses ou d’essayer de lui retourner le cerveau. Il dit qu’il n’est peut-être pas maître de son corps mais qu’il l’est de son esprit car il est seul à pouvoir le détenir. Personne ne pourra donc lui faire changer d’avis sur ses valeurs et ses goûts personnels. Nolhan est par conséquent un garçon assez franc. Il n’hésite pas à dire ce qui lui passe par la tête, ce qui le rend maladroit. Il est très réfléchi mais ses mots sont souvent plus forts que son self-control.

Au-delà de cela, Nolhan est quelqu'un de très observateur. Il aime détailler les autres et analyser leur caractère pour savoir s’il décide de s’en encombrer ou non. Il n’est pas doté de sens plus développés à l’air libre : il aime juste affuter ses observations en permanence.

Il est aussi très fidèle : c’est une personne en qui l’on peut faire confiance même s’il s’amuse à prétendre le contraire. Il ne trahira jamais ses amis –cela n’aurait aucun sens qu’il choisisse avec tellement de critères ceux-ci pour les laisser tomber par la suite.

L’une de ses autres caractéristiques est son apparence très calme. Il ne s’énerve presque jamais et préfère laisser crier les autres avant de s’exprimer froidement à son tour. Il a en horreur les personnes qui hurlent et ne les écoute que très peu car il considère que tout peut être abordé sans avoir besoin de s’exciter de la sorte. Il est très ouvert d’esprit et adore les discussions philosophiques qui demandent des réflexions sur la nature des choses. Il aime s’interroger sur lui-même, les autres et le monde lorsqu’il se trouve sous l’eau ou dans des situations extrêmes comme la peur, le manque, la tristesse…  Dans ces cas-là, il n’hésite pas à fumer une cigarette pour se changer les idées, vilaine manie qu’il souhaiterait proscrire définitivement.

 

Quelle est la plus belle preuve d’amour qu’on n’ait jamais faite pour vous ?

« Je suis sûr que vous vous attendez à ce que je parle d’une histoire d’amour à l’eau de rose que j’aurais vécu avec une femme dont j’avais l’absolue conviction de finir mes jours avec elle. Je ne pense pas que cela soit opportun dans la situation dans laquelle je me trouve. Ce dont je suis certain par contre, c’est du bonheur que je connaissais il y a de cela 18 ans déjà. Ce bonheur avait forme humaine et portait de longs cheveux noirs aux reflets rouges et violets à la fois. Vous avez déjà vu ça vous ? Cette chevelure-là, croyez-moi, je n’en ai vue qu’une de la sorte depuis le début de mon existence. Aussi douce que de la soie, chaleureuse et protectrice. Surtout sous l’eau. C’est la seule chose dont je me rappelle de l’amour de ma mère. Et ce sont les cheveux blonds de mon père que j’ai obtenus finalement. C’est assez ironique. Elle, elle m’a donné ses oreilles en héritage ainsi qu’un bracelet trop grand pour mes petits bras à cette époque : c’est tout ce qu’il me reste à présent. Voilà la plus belle preuve d’amour que l’on m’ait destiné : un souvenir étrange à propos de longs cheveux, une paire d’oreilles monstrueuses et un bracelet d’enfance. Vous trouvez cela ridicule ? C’est pourtant tout ce qui me permet d’avoir la certitude que j’existe. »

Nolhan est né de l’union d’un humain et d’une femme-sirène projet de laboratoire. Il n’a pourtant pas connu longtemps cette dernière car celle-ci est morte d’une maladie incurable lorsqu’il avait 4 ans. Conséquence des expériences que l’on a essayées sur elle ? C’est probable. Malgré le fait qu’elle demeurait très affaiblie au cours des derniers jours avant son grand départ, cette femme n’avait jamais une cerne sous les yeux et ne gaspillait pas un instant de son existence. Elle refusait de se faire soigner inutilement pour pouvoir passer du temps avec la prunelle de ses yeux, son fils, ainsi que l’homme de sa vie. Et personne ne pouvait douter de ce lien de parenté mère-fils puisque leurs oreilles, similaires en tout point, ne mentaient pas. Il avait eu de la chance à la naissance : il n’était pas né triton ou homme-sirène et par conséquent, il avait le droit de s’immiscer à peu près correctement dans la société actuelle. Cela n’avait pas été son cas à elle et son passé était truffé d’insultes, de mensonges, de trahisons… Elle-même étant le fruit d’une expérience de laboratoire, son corps avait été créé de toute pièce et n’avait pour but que de susciter l’amusement. Mais nous ne sommes pas ici pour parler d’elle. Nolhan n’eut donc pas l’opportunité de grandir entre la chevelure protectrice de sa génitrice et ne gardait qu’un vague souvenir de cette époque au fin fond de sa mémoire et de son cœur. Son père avait fait du mieux qu’il pouvait pour l’aider dans la vie mais seul, il ne pouvait pas avancer comme il le souhaitait. Son entourage n’avait pas accepté son union ni son enfant, ce qui rendait leur quotidien très difficile. Malgré tout, en cachant du mieux qu’il pouvait les traits caractéristiques de son fils durant son enfance, ils parvinrent à passer entre les mailles du filet.  Malgré tout, il devait trouver une solution qui lui permettrait de continuer à éduquer son fils et de lui assurer une situation stable et légale. C’est pourquoi il fit passer son fils une première fois par l’animalerie pour y dénicher un maitre avec qui il fit un arrangement à l’amiable : en échange d’une certaine somme d’argent tous les mois, son père avait le droit de venir chercher son enfant tous les vendredi soir et de le ramener dans sa nouvelle maison dès le lundi suivant. Ce sacrifice permit à Nolhan de traverser son adolescence dans une tranquillité certaine, entre l’amour de son père le week-end et l’assurance d’une maison chaude et protégée la semaine. Il poursuivit ses études sans embûches, pour ne pas décevoir son père et lui donner raison d’avoir foi en lui. Personne ne s’occupait de lui dans sa maison la semaine, ce qui lui donnait l’avantage d’être autonome et d’apprendre tout par lui-même. Il s’y sentait comme chez lui. Mais dès qu’il eut la majorité, le maitre en question rompit le pacte et renvoya le garçon en animalerie sans qu’il n’ait eu le moindre mot à dire. Il ne voulait pas s’occuper d’un adulte monstrueux plus longtemps, préférant les hybrides plus jeunes. Á vrai dire, Nolhan en fut fort soulagé. Il ne voulait plus être un poids pour son père qui avait sacrifié tant d’années et d’argent à le cacher et à le nourrir contre l’avis de sa propre famille. Il n’avait eu que son espoir comme allié et un poids aussi lourd qu’un enfant débordant d’énergie et ayant perdu sa maman sous les bras. Il était préférable qu’ils en restent ainsi, et que Nolhan redonne à son père les années qui lui restaient à vivre. Il allait savoir se débrouiller, ce qu’il fit. Depuis tout jeune, ses talents en natation auraient pu lui faire gravir les échelons très rapidement. Mais il était hors de question de faire de ce qu’il considérait comme un handicap physique son métier. Les autres n’avaient pas besoin de savoir qui il était vraiment ou de s’apitoyer sur son sort. Ce qui était du domaine de la natation devait rester privé puisque cela le concernait intimement. Au lieu de cela, il s’est mis au dessin, alors que ses débuts en écriture furent laborieux dû à la morphologie étrange de ses doigts palmés. Peu à peu, il prit ses marques et développa un dessin et des techniques qui lui sont propres. C’est ainsi qu’il décida d’abord d’illustrer des livres pour la jeunesse. Il se sentait apte à faire vivre des histoires d’aventure extraordinaires aux jeunes enfants qui savent déjà lire. C’est ainsi qu’il publia divers ouvrages d’illustrations ayant pour thèmes récurrents la mer et la natation bien évidemment, mais aussi la peur, la solitude, la perte de l’être aimée et d’autres sujets délicats sous une forme adoucie. Il s’attela à cette tâche durant 2 ans puis se lança dans une autre activité plutôt pour adultes : l’illustration de comics méconnus du grand public. Cette nouvelle activité lui ouvrit de nouvelles portes et de nouvelles perspectives.

C’est à l’âge de 18 ans que Nolhan s’intéressa de très près aux rapports hybrides-humains. Depuis sa plus tendre enfance, il avait pris l’habitude d’observer tout ce qui se passait autour de lui, mais il n’avait pas encore l’esprit assez mur pour en tirer des réflexions et des conclusions sensées. A sa majorité, l’ensemble de sa pensée se mit en place et lui permit de se faire un avis précis sur la société. Premièrement, il comprit qu’il ne fallait jamais faire confiance à autrui de manière hâtive. Il prit connaissance des différentes institutions en rigueur et de leurs actions. Les Humanis semblaient être des gens comme tout le monde à première vue, mais ils n’hésiteraient pas à faire tomber le jeune homme s’ils le pouvaient, et cela, Nolhan en était certain. C’est pourquoi il avait en horreur ce groupe oppresseur, sans esprit, sans cœur, sans valeurs ; de plus, ne seraient-ils pas eux-aussi responsables, indirectement, de la mort de sa mère ? Elle qui n’avait jamais rien demandé à personne, elle avait été harcelée pour ce qu’elle était, pour ce qu’ils avaient fait d’elle. Qui étaient-ils pour la juger et la martyriser ainsi ? Il n’en voulait d’ailleurs pas pour ‘maitre’. Cependant, les actions du groupe opposé, les Aegis, ne lui semblaient pas efficaces. Ils les considéraient comme des gens complètement impuissants et peut-être même des oppresseurs cachés sous une couverture à priori bénéfiques. En théorie, le jeune homme adhérait à toutes les actions qu’ils voulaient mener et qu’ils mettaient en place. Mais il ignorait s’il pouvait réellement leur faire confiance et cela rendait son jugement faux. De qui fallait-il avoir le plus peur ? Il n’en avait pas la moindre idée. Jusqu’à preuve du contraire, il resterait ainsi neutre. Il ne pouvait nier son hybridation et peut-être était-ce mieux qu’il vive sous la tutelle de quelqu’un d’autre. Sa vie valait-elle vraiment autant que celle d’un humain ? A cela non plus, il ne savait que répondre. S’il était mi-humain mi-monstre, peut-être les lois étaient-elles justifiées. D’un autre côté, son caractère ininfluençable ne l’aidait guère : comment accepter un argument d’autorité aussi grave alors que ce principe même l’horripile jusqu’au plus profond de son être ? Ces questions demeuraient toutes sans réponses. C’est pourquoi il acceptait les relations maitres-hybrides sans faire plus de commentaires à ce sujet. Peut-être changerait-il d’avis une fois en situation extrême.

Nolhan n’a jamais réussi à maintenir une relation amoureuse au beau fixe. Il ne semble avoir de la place que pour une seule femme dans son cœur : sa mère. Il n’a cependant jamais fait l’effort de rester en couple avec quelqu’un puisqu’il était toujours trop occupé pour cette personne. Aucune fille ne semble lui correspondre ou même le comprendre. Comment pouvait-il avoir la certitude qu’elle n’essaierait pas de l’utiliser pour x raison ou pire encore, pour le détruire et le faire tomber encore plus bas que terre ? Cette simple perspective l’empêchait de poursuivre n’importe quelle relation amoureuse.
 







PSEUDO : On restera sur Nolhan pour le moment. ~
ÂGE : 20 ans.
COMMENT AS-TU TROUVER MASTERS & NEKOS ? : Oula. Cela fait longtemps que je l'ai vu mais je viens à peine de me décider à m'inscrire. Du coup, je pense que c'était grâce à un top-site ou un partenariat.
PRÉSENCE : En général, je suis souvent là pendant les vacances mais pendant l'année scolaire, c'est à discuter.
AUTRE CHOSE : Je suis assez ...timide donc n'hésitez pas à me proposer vos idées. o/ ~


Dernière édition par Nolhan le Mer 3 Aoû 2016 - 10:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
...Où est-ce que je suis moi ? ~ Nolhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: