Partagez | 
 

 À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach    Ven 19 Aoû 2016 - 19:49

mon avatar

Abigail Rosenbach

Alors que le renne brame, l'humaine crie.

  • Âge17 ans
  • Origine(s)Anglaise
  • sexeFemme
  • OrientationHétéro
  • GroupeHybride docile
  • métierServante
  • Niveau socialMoyen
  • RaceTonakai
mon avatar

caractère

clique ici si tu veux voir mon caractère !

Vous savez peut-être que, lorsqu'on est hybride, on est mi-homme mi-bête. Eh bien cela ne s'adapte pas qu'au niveau du physique, d'après ce qu'on dit. Ce ne sont que des rumeurs, mais il paraît qu'un hybride a une partie de son caractère qui est humaine, mais aussi une partie qui serait animale. Enfin, c'est peut-être selon les personnes.

En tout cas, pour elle, c'est le cas. Elle possède autant de traits de caractère humains qu'animaux, ce qui peut parfois rendre certaines situations assez comiques. Mais bon, elle ne l'a pas choisit, cette pauvre enfant. Elle n'a jamais demandé à être un 50/50 parfait, même si cela ne lui déplaît pas, ou du moins elle ne s'en plaint pas.

Elle possède une facilité d'adaptation à son lieu de vie incroyable. Cela est probablement dû à sa vie avec les rennes, mais elle n'est pas du genre à n'habiter que dans un lieu. Bien sûr, elle n'est pas contre non plus, mais si elle déménage, elle ne va pas s'en plaindre car elle a toujours été habituée à changer d'endroit, comme une nomade.

Elle est aussi une hybride docile. Elle n'hésite pas à dire ce qu'elle pense, mais seulement lorsqu'on lui demande son avis. Si son maître ou sa maîtresse lui ordonne de se taire, elle le fera. Car elle sait qu'elle doit obéir. C'est dans sa nature, elle ne sait pas dire non, s'opposer à une forme de pouvoir. Quand elle sait qu'elle est inférieure à son maître ou sa maîtresse, elle obéit, un point c'est tout.

Ensuite, elle ne possède pas de goûts culinaires difficiles. Elle goûtera volontiers n'importe quel plat, si elle ne sent pas d'odeur bizarre. Elle a un palais qui s'adapte à tout ce qu'elle mange, ce qui lui permet de goûter toutes sortes de choses. Et cela ne la dérange pas, au contraire, car ce trait de caractère se marie bien avec un autre.

La gourmandise est un vilain défaut, il paraît. Eh bien elle, elle a été victime de ce défaut car si quelque chose de sucré se présente à elle, elle ne pourra pas s'empêcher – sauf si c'est pour son maître ou sa maîtresse – de vouloir le manger. Elle aime les sucreries, le chocolat, ce genre de choses qui ne sont pas conseillées pour la santé.

De plus, la jeune femme est assez confiante. Elle n'a pas peur des gens et n'hésite pas à demander de l'aide ou bien à taper la causette, tout est relatif. Si elle en ressent le besoin, elle ne restera pas dans son coin à chercher une solution à un problème, mais elle ira demander conseils ou avis à des gens, même si elle ne les connaît pas.

Pourtant, elle n'en reste pas moins méfiante à l'égard des autres hybrides, en particulier les Kuma et les Okami. Notamment parce qu'en liberté, les ours et les loups mangent les rennes et que... Eh bah c'est une hybride renne, donc elle préfère éviter d'entrer en contact avec ces hybrides. Cela pourrait donner des idées de nourriture à certains.

Enfin, elle aime tout ce qui est mignon. Si c'est petit, poilu, inoffensif et que ça fait des petits bruits, elle va forcément vouloir prendre la chose sous son aile. C'est probablement l'instinct maternel qui fait ça, ou bien une faiblesse des femmes à aimer tout ce qui est petit, poilu, inoffensif et qui fait des petits bruits.
mon avatar

physique

clique ici si tu veux voir mon physique !

Si les animaux sont d'une couleur brune rappelant celle de la terre, la sienne est aussi violette que les fleurs s'épanouissant dans l'herbe folle. Cette couleur si spéciale recouvre l'intégralité de sa peau, bien que des taches blanches comme celles d'un faon soient présentes. Elle est donc impossible à rater, malgré les nombreuses bêtes qui composent ce groupe de cervidés.

Cependant, ses cheveux sont plus foncés que le reste de son corps. Ses cheveux, pendant qu'on en parle, sont courts et remontés en arrière. Peut-être est-ce une façon pour elle de se déplacer plus rapidement, comme une forme d’aérodynamisme. Ou bien trouve-t-elle ça beau, qu'en sais-je ? Ils sont doux et brillants, mais aussi solides que du crin de renne. C'est une hybride, après tout.

Entre ses mèches immobiles se dressent deux magnifiques bois. Sortant d'au-dessus de ses temps, ils s'élèvent vers le ciel et en arrière, lui donnant l'air de porter une couronne. Ils ne sont ni marrons ni violets, plutôt dans un entre-deux. Aussi durs que de la pierre, ils brillent au soleil et lui permettent de se défendre.

Autour de son cou, comme une écharpe, se trouve un pelage doux et soyeux. Celui-ci est bien moins solide, étant là surtout pour l'embellir. Ce pelage devient blanc sur son corps, descendant sur son torse dans un dégradé qui se finit au milieu de ses cuisses. C'est une protection contre le froid, notamment.

Elle se déplace sur ses deux pattes arrières, contrairement à ses congénères. Elle possède des sabots comme les bêtes, afin de marcher sur n'importe quelle surface sans risquer de tomber ou de se blesser. Ses jambes sont musclées et soulèvent sans effort apparent tout son corps. Elle est plutôt fine et grande, donc légère.

Ses bras sont à l'image de la féminité qu'elle dégage. Fins, longs, mais pas moins musclés. Ils lui donnent une certaine grâce lorsqu'elle se déplace, se balançant d'un côté et de l'autre de son corps. Eux aussi sont recouverts d'une fine pilosité, si fine qu'on ne la voit presque pas. Il faut avoir la chance de la toucher pour remarquer cela.

Dans le bas de son dos, on peut apercevoir une petite queue de renne. Encore un tour de son hybridation. Violette foncée, elle s'agite lorsqu'Abigail est heureuse, elle se plaque quand elle est en colère. Elle est une des rares choses qui puisse permettre à une personne de savoir ce que ressent la jeune demoiselle.

Son visage exprime toute son humanité. Malgré le fait que son nez ait une couleur plus foncée en bas, donnant l'impression qu'elle possède un museau, elle a un visage vraiment humain. Ses yeux sont souvent maquillés d'un trait de crayon noir et de mascara. Autour de ses yeux, on peut voir une couleur blanche, qui devient ensuite violette claire.

Ses prunelles sont d'un bleu turquoise qui semble être venu d'ailleurs. Elles laissent passer les émotions de cette jeune hybride, sans pour autant laisser n'importe qui voir ce qu'elle pense. Seul son maître ou sa maîtresse sera autorisé à voir en elle comme dans un livre ouvert. Elle peut cependant empêcher les autres de voir ce qu'elle ressent.

Elle a des lèvres ni trop fines, ni trop pulpeuses. Un entre-deux qui la rend désirable, tentatrice. Elle le sait et en joue sans hésiter quand elle veut obtenir quelque chose par une personne autre que son maître. Mais cela ne fait qu'en rajouter à sa féminité qu'elle exprime malgré son hybridation avec un renne.

Elle ne porte pas de vêtements. À quoi bon, quand son corps sensuel est couvert d'une peau violette qui se détaille pas spécialement la forme de son intimité et de poils, porte des vêtements ? Elle sait que les parties qu'elle ne veut pas montrer son camouflées, et cela ne lui apporterait que de la gêne si elle portait des vêtements.
mon avatar

histoire

clique ici si tu veux voir mon histoire !

Un brame. Une sorte de cri étrange qui résonne dans les montagnes, arrivant aux oreilles de tous les animaux qui y vivent. Pourtant, ce n'est pas un cri de danger, ni un cri de peur. C'est autre chose que les autres rennes ont facilement identifié, car c'est simplement leur langue. Et, comme une seule bête, le troupeau tout entier répondit à l'appel du solitaire.

Des milliers de brames qui se mélangeaient, ne faisant qu'une symphonie de cris qui, loin d'être désagréable, ressemblait à chant. Comme si un renne chantait et que les autres faisaient les choeurs. C'était splendide, tout simplement. Rien n'aurait pu égaler la beauté de cette communication, si ce n'est le chant des sirènes.

Puis tout le tumulte se tut. D'un seul coup, comme si le son venait d'être coupé. Un brame, bien plus petit, s'était élevé dans tous les autres. Il les avait surpassés, même s'il était bien moins puissant. Entre les arbres, le cri s'élevait de nouveau. Il venait d'une enfant mi-humaine, mi-renne. Dans les bras de sa mère, elle était son portrait craché.

En dehors de sa couleur, elle avait tout pareil. Sa mère était d'une blancheur immaculée, alors que son père avait la couleur des lilas. Elle brama une nouvelle fois, avant d'ouvrir les yeux. Elle avait les mêmes que son père, aussi bleus que le jour, tirant vers le turquoise. Cela le ravit, et les trois demi-animaux levèrent la tête vers les cieux et, comme un seul, il bramèrent.

***

Quelques années plus tard

***

Un groupe de rennes se déplacent. Leurs traces dans la neige les guident vers les clairières en bas de la montagne. On voit facilement les différentes traces de leurs quatre pattes, ou deux, cela dépend. Car les rennes vivent aussi avec un couple d'hybrides et leur fille. Ils les ont finalement acceptés, au fil du temps.

Les années ont passées et le bébé a grandit. Elle est toujours aussi belle et de jolis bois commencent à pousser sur le haut de son crâne. Elle en est très fière, et elle n'hésite pas à les montrer à tout le monde. Autour du troupeau, elle gambade. Sautillant sur ses petites gambettes, elle se balade autour, s'éloignant et revenant.

Jusqu'à ce qu'un immense bruit ne surgissent. Sans hésiter, elle fonce se réfugier parmi les bêtes, comme ses parents lui ont toujours appris. Les animaux sont assez imposants pour la sauver, et ils lui ont expliqué qu'elle devait se cacher parmi eux pour survivre. C'est la dure loi de la survie, et elle l'a bien compris.

« Pour vivre, il faut laisser les autres périr. » que dit Papa. Il a raison, et elle doit appliquer cette règle à la lettre. Elle obéit aveuglément à ses ordres, comme une bonne fille se doit de le faire lorsqu'un supérieur lui donne un ordre. C'est ce qu'elle fait depuis toute petite, et cela lui a évité bien des soucis.

Soudain, elle voit de quoi vient le bruit. Où plutôt de qui. Un énorme ours apparaît entre les arbres, cassant la végétation sur son passage. Ses yeux vairons rouge et vert fixent le troupeau qui, paniqué, commence à prendre la fuite. Mais un autre apparaît, suivit d'un troisième. Le troupeau est encerclé. Les rennes s'immobilisent.

Les trois hybrides se cachent, ne bougeant pas. Les animaux, effrayés, se mettent à bramer, comme pour appeler de l'aide. Puis c'est le silence. Personne ne viendra les aider, ils le savent. Ils sont peut-être seulement des animaux, mais ils savent reconnaître quand leur chance de s'en sortir est inexistante.

Alors que le premier ours s'approche du troupeau, une voix se fait entendre. Pas un brame, mais un réel cri de terreur pure. Avant d'entendre une cavalcade rapide, vive. Elle serpente entre les rennes, évitant leurs bois. Puis elle se met devant le troupeau, les bras écartés, sa voix surpassant les bruits de la forêt :

NE LES TOUCHEZ PAS !

Elle s'est interposée. Prise d'un élan de courage, elle s'est mise entre les méchants et les gentils pour essayer de les sauver. Les ours focalisent leur attention sur l'enfant, âgée seulement de huit ans, qui se met à courir dans leur direction, avant de bifurquer pour passer entre les énormes bestioles sanguinaires.

Et sa ruse fonctionne, car les trois tentent d'attraper la petite créature qui a voulu les empêcher de manger. Elle court à en perdre haleine, mais cela permet aux rennes de se mettre à courir et à s'échapper. Du moins, une majorité car certains restent pour faire diversion. Ils sont soudés, comme une famille.

Ils s'aident pour survivre. Finalement, les rennes prennent la fuite, leurs pattes leur permettant de distancer les ours. La jeune hybride, quant à elle, est en retard. Elle n'a que deux pattes, elle va donc moins vite. Elle trébuche, s'étale de tout son long sur le sol. Les ours se jettent sur elle mais, lorsque sa voix humaine leur hurle dans les oreilles, ils reculent.

Ils ont peur de ce bruit encore inconnu. Les parents de la demoiselle s'approchent et l'imitent. À trois, ils font fuir les assaillants. Un combat égal, aucune violence. C'est à partir de cet instant que les hybrides ont décidé de se mêler à la population. À force d'essais, ils purent obtenir un petit logis, travaillant pour des personnes.

Pour l'avoir, cela n'a pas été facile. Jonglant entre petits emplois et manche, ils ont essayé de gagner assez d'argent pour avoir une bicoque. Pas grand chose de formidable, juste de quoi avoir un semblant de toit. Et en se trouvant un petit boulot, distribuer le journal, faire visiter Paris, et Abigail qui travailla en tant que serveuse, ils payèrent le loyer.

Bien sûr, son adaptation ne se fit pas aussi facilement, passer d'une troupeau de rennes à un troupeau d'hommes demandait quand même quelques efforts. Mais elle savait que les hommes étaient comme les rennes, une grande communauté où pour survivre, il fallait laisser périr les autres. Elle avait vite compris.

Et puis, en tant que demi-renne, elle avait une facilité d'adaptation qui lui servit. Elle l'adapta simplement à la population, mais elle s'y fit. Et puis elle n'avait pas le choix, elle devait s'adapter à sa condition, et elle avait ses parents. Elle n'était pas totalement dépaysée, il lui fallut simplement quelques mois.

À son arrivée dans la grande ville, elle entendit pour la première fois parler de personnes étranges. Les Humanis, qu'on avait dit. Elle avait mené sa petite enquête et avait appris que les Humanis étaient une organisation qui voulait réduire encore plus les hybrides en esclavage, contrairement aux Aegis qui voulaient leur offrir plus de libertés.

Mais il y avait aussi les ''infectés'', des gens ayant soit subit une hybridation qui a mal tourné ou bien ayant eu un contact sanguin, sexuel avec un autre infecté et qui le seraient devenus, ou encore par des parents eux-mêmes infectés. Tout cela était bien étrange pour elle, qui ne connaissait rien d'autre que son hybridation.

Et elle en avait peur. Du moins, des Humanis et des infectés. Elle craignait d'en croiser, d'en voir et d'être en danger. Mais elle ne dira rien, elle n'a jamais rien dit. Par peur qu'ils le sachent, bien entendu. Elle se contente de vivre, tout en restant sur ses gardes, sans dévoiler ce qu'elle sait.

hors jeu

parce qu'en général t'as une vie à côté

Surnom : Vava
Âge : 17 ans
Comment as-tu trouvé Masters & Nekos ? : Top-sites
Présence : Le plus souvent possible
Ton avatar, c'est : Aucune idée
©linus pour Epicode


Dernière édition par Abigail Rosenbach le Sam 3 Sep 2016 - 21:55, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach    Ven 2 Sep 2016 - 16:50
Coucou !

Je viens de voir le message et j'aimerais bien un peu plus de temps, si possible. Je suis sur l'histoire donc je ne pense pas en avoir pour très longtemps mais comme j'ai aussi les cours, je préfère demander. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
Disponibilités : 7/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach    Sam 3 Sep 2016 - 18:59
Coucou !

Aucun soucis pour ton physique et ton caractère, par contre j'ai quelques petites questions pour l'histoire.

Abigail a vécu toute sa vie au sein d'un troupeau de rennes, j'imagine donc que ses parents n'avaient pas d'argent pour survivre au sein d'une population d'humains, comment ont-ils fait pour trouver un logis ? Es-ce dans une grande ville ? (Bien que les hybrides se trouvent dans toute la France, l'histoire se passe à Paris). A-t-elle eu des soucis d'adaptation suite à un changement d'atmosphère aussi direct ? Il n'a pas été compliqué pour elle de vivre dans la ville d'un seul coup ? Surtout si elle a toujours vécu dans la forêt, cela doit être un choc.

Sinon, il te manques un petit point sur les Humanis, les Aegis et les infectés. En étant arrivée en ville, elle en a forcément entendu parler, a-t-elle un avis sur la question ?

N'oublies pas non plus de remplir ton profil et de finir les listings.
(Si tu as un soucis pour l'auteur de ton avatar, je peux t'aider à le trouver mais il me faudrait le render de base :/ )


...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach    
Revenir en haut Aller en bas
 
À mi-chemin entre l'humain et l'animal... Abigail Rosenbach
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1754] A mi-chemin... Entre rêve et réalité [Hypnos]
» A mi-chemin entre Ciel & Terre [ Pv Pépé ] [TERMINE]
» Une cousine c'est a mi chemin entre une amie et une soeur [PV Shay]
» Une fleur entre les crocs d'un animal [TERMINE]
» Entre chien et Humain [Autumn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: