Partagez | 
 

 What the hell going on ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
Disponibilités : 7/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: What the hell going on ?    Dim 21 Aoû 2016 - 19:17

mon avatar

JANNAH CHANG

WHAT THE HELL GOING ON ? CAN SOMEONE HELP ME PLEASE ?

  • Âge32 ans
  • Origine(s)Malaisienne par son père, marocaine par sa mère
  • sexeFemelle
  • OrientationPansexuelle, il n'y a que les sentiments qui comptent
  • GroupeHybride neutre
  • métierElle aurait voulu travailler dans un boulot qui bouge bien mais actuellement elle est enfermée dans une cage toute la journée.
  • Niveau socialPauvre, que ça soit depuis sa naissance jusqu'à son statut d'être inférieur, elle n'a connu que ça.
  • RaceBiche
mon avatar

caractère

clique ici si tu veux voir mon caractère !

Jannah. Tu es cette sale gosse, cette chienne toute droite venue des trous à rat d'une ville portuaire malfamée, destinée à être jetée en pâture pour une vie pittoresque. Jannah, paradis, benjamine d'une famille qui avait tout pour être heureuse. Mais chaque personne possède une part d'obscurité en lui, qu'il en soit fier ou non, qu'il la cache qu'il au contraire qu'il s'en serve pour devenir plus fort.

Toi c'est un peu des deux. Tu as eu cette sensation de dépression durant un long moment, ce moment de vide durant lequel tu ne fais rien, fumant simplement un de ces bâtons de tabac en bullant la plupart de la journée et c'est souvent quand tu es seule que tu finis dans cet état. La solitude tu détestes ça même si tu refuses de l'admettre : l'homme n'est pas fait pour vivre seul et tu as cette peur de finir de nouveau abandonnée qui te prends aux tripes, violemment, à t'en faire gerber.

Alors tu préfères profiter de la moindre personne proche de toi, silencieusement, parfois en affirmant ne pas aimer la proximité ou en grognant doucement mais jamais méchamment. Non, bien au contraire. Ta sœur aurait eu tendance à dire que tu es une véritable peluche quémandant attention sur attention et elle n'aurait pas vraiment tort : chaque phrase, chaque geste, tout te touches énormément lorsque cela concerne une personne ayant une grande importance à tes yeux.

Parce que pour eux, tu ferais tout.
Jusqu'à donner ta vie pour leur permettre de vivre un jour de plus.

On dit que tu es trop protectrice et les gens ont sûrement raison, tu fais bien trop attention aux autres, faisant gaffe au moindre détail en ayant avec eux la plus grande des délicatesses. Tu t'étonnes d'ailleurs parce que malgré toute la douceur et la tendresse dont tu pouvais faire preuve, tu étais une femme caractérielle et franchement difficile à vivre.

Tes gestes sont doux, comme s'ils avaient peur de faire mal, tu as ce don de pouvoir apaiser les autres, comme si tu prenais en toi toute la haine qu'ils pouvaient contenir, tout ça pour les voir sourire et apprécier la vie. La bonne humeur, la joie de vivre, tout ça fait battre ton cœur, t'arrache un sourire et te donnes la force d'avancer d'un pas supplémentaire chaque jour.

La joie.
La peine.
La colère.
L'amour.

Tu es devenue émotive avec le temps Jannah, beaucoup trop même. Tu étais cette femme laissant voir la moindre émotion dans son regard, aussi pétillant que vide mais tu as appris à faire avec et le cacher est une chose visiblement bien trop difficile pour toi. Lorsque tout va mal, tu pleures. Lorsqu'une chose t'amuse, tu rigoles à t'en percer les poumons. Lorsque tu détestes, tu brises tout et lorsque tu aimes, tu aimes à en crever de bonheur. Alors oui, les gens pourraient jusque-là, tu pourrais être la femme parfaite, la petite épouse qu'on a envie d'avoir chez elle.

Mais s'en était tout autre.
Parce que oui, derrière cette gentillesse et cette tendresse tu étais cette femme dure à vivre, légèrement flemmarde et bordélique par dessus tout. Lorsqu'on te demande une simple tâche ménagère tu le feras avec un entrain presque inexistant, traînant des pieds les mains dans les poches ou en soupirant, voir les deux en même temps.

On te reproche d'être fière, trop fière et c'est la triste vérité. Tu as raison, toujours ou alors feras tout pour avoir le dernier mot, refusant de capituler pour te sentir rabaisser et faible, peu importe la personne en face et les autres ont tendance à détester ce point-là, agacé par tes gamineries et tes crises capricieuses sur des sujets risibles tirés par les cheveux.

Du coup parfois, ça part en couilles mais une fois ta crise passée, après tes petites insultes jetées en l'air, tu reviens toujours t'excuser, systématiquement, redevenant la femme douce que tu es habituellement. Celle aimant le contacte des autres, les enfants et la proximité. Celle ayant besoin de tout cela pour se sentir vivante et respirer un air pur.

Tu gueules souvent, haussant la voix pour te faire entendre, tu rougis beaucoup aussi parce que tu ne sais pas toujours comment réagir et tu grognes à la moindre pique lancée, y répondant parfois avec une petite pointe d'humour.

Mais n'espérez pas la voir sous ce jour si vous n'êtes pas une personne proche, tu préfères te cacher sous une épaisse carapace pour te protéger du danger et éviter une nouvelle tragédie, toi qui préfère te trancher la gorge que de perdre à nouveau un être cher et important à ses yeux.

Alors tu es irascible, insupportable et violente. Tu t'es confectionnée cette protection pour paraître plus forte, pour te faire respecter et craindre dans les pitoyables ruelles de Klang. Comment voulez-vous être à l'égale des délinquants d'une banlieue pourrie en étant fine et mince ? Il faut frapper, mordre voir même battre à sang. On dit que tu es inaccessible, imprévisible et sauvage et ils ont complètement raison : tu fonces dans le tas sans forcément réfléchir alors qu'en réalité tu es une demoiselle plus que futée et rusée, tu te jettes dans la baston ou dans les courses-poursuites faisant grimper cette adrénaline faisant battre ton coeur.

Personne n'ose donc réellement t'approcher et c'est tant mieux, tu préfères éviter le contact, rester dans ton bonheur dans lequel tu te complais, femme jalouse et possessive que tu étais. Alors tu t'enfuis lâchement, tu ne veux plus faire confiance, tu ne veux plus rencontrer pour souffrir, pour crever de nouveau petit à petit, comme un feu ne souhaitant pas s'éteindre pour de bon.

Froide, vulgaire, insolente et fière, terriblement fière. Beaucoup trop.
Mais tu était-ce que tu étais Jannah, une femme fragile ayant besoin d'attention et préférant vivre dans son bonheur quotidien que de souffrir bêtement pour rien.
mon avatar

physique

clique ici si tu veux voir mon physique !

On t'a toujours dis que tu ressemblais à ta mère, que tu étais son portrait craché et que tu allais devenir une femme plus que ravissante. Au début tu t'en moquais mais avec le temps, tu as du apprendre à faire avec et à accuser ces remarques pourtant si positives. Ta mère était belle dans son uniforme d’hôtesse, elle était désirable et féminine à souhait. Tu ne pouvais donc comprendre les raisons de ces réflexions sur ton corps à toi qui n'avait très clairement rien à voir avec celle t'ayant mis au monde mais tu les remerciais gentiment, faussant un sourire.

Tu étais grande toi aussi, bien plus que ton frère lorsqu'il avait ton âge, un mètre soixante douze à tout casser pour peut-être cinquante neuf kilogrammes. Tu es fine Jannah, toute en muscles pour te permettre de courir sur de grandes distances et semer ces misérables policiers cherchant à te mettre la main dessus et pour leur mener la vie encore plus dure, tu es agile, te servant de tes mains pourtant encore si douces pour agripper à la petite brique dépassant de ce muret pour leur fausser compagnie ou encore pour rattraper cette chaîne pendant de ce conteneur finalement trop loin pour te réceptionner correctement. Il te fallait survivre dans ce monde sauvage, il te fallait serrer les dents et faire en sorte de vivre chaque jour comme le précédent alors tu as tout fait pour sculpter ton corps comme il se devait d'être : fort. Un corps entretenu sans pour autant te faire ressembler à une bodybuildée mais plutôt à une femme ravissante et fière de son corps.

Et lorsque tu le désirais, tu pouvais l'être cette femme ravissante. Une peau mâte, un teint hâlé douce au toucher comme de la soie malgré les deux cicatrices ayant prit place sur tes poignets comme deux jumelles inséparables, souvenirs douloureux d'une enfance terrible et bien plus difficile que tu ne le laissais paraître. Alors tu souris doucement. Illuminant ton visage aux traits aussi durs qu'affectueux. Tu es une femme maintenant et tes yeux légèrement en amandes d'un marron profond le montre bien, aussi vide que pétillant, sérieux que joueur, dévoilant malheureusement que trop bien tes émotions du moment. Et quel paradoxe quand on sait qu'à l'époque tu semblais vide de toute émotion, véritable chien de combat prête à tout pour parvenir à ses fins, te voilà devenue émotive et bien plus vivante. Ton petit nez aquilin semble tout mignon et tes lèvres n'attendent que d'être embrassées pour la première fois. Terriblement plus mignon que cette larme tatouée sous ton œil droit, là pour ne jamais oublier ta véritable nature.

Parfois, tu passes ta main contre ton cou, marqué d'une petite tâche de naissance plus brune mais devenue presque inexistante puis automatiquement, les gens continueront sûrement de baisser le regard sur ta poitrine, bien présente et visible à la vue de tous, un bonnet D t'ayant gêné pendant de nombreuses années mais avec lequel tu as appris à vivre, souvent tu dis que tu aurais préféré être plate et sans formes pour ne pas avoir à subir ces regards dérangeants mais ça aussi, tu as appris à le supporter. Et quand ce n'est pas sur ton buste que les autres louchent, c'est lorsque tu es de dos, leur laissant libre contemplation, tu t'en souviens de cette réflexion venant d'un homme ayant tâté à t'acheter, de tes hanches et fessier. Oui tu lui avais collé une droite, te valant une douche froide et un repas en moins pour cet affront.

Et c'est aussi à ce moment, après qu'ils aient à peine regarder tes fines jambes endurantes que lui les rappellent à l'autre de ta voix forte et autoritaire dans la plupart des cas comme pour les forcer à te regarder de nouveau dans les yeux et cette fois, ta main passe dans ta tignasse corbeau bien peignée et impeccable d'où dépasse deux petites oreilles de biche que tu caches parfois sous un chapeau  ou un foulard. Coupés à mi-épaules, tu attaches souvent les deux plus grandes mèches en deux tresses bien qu'il t’arrive de changer souvent en fonction de tes envies.

Ce changement se ressent aussi pour ton style vestimentaire et à vrai dire tu n'en possèdes pas vraiment. A l'époque, tu portais des vêtements amples, sarrouels, débardeurs et rangers militaires pour garder tes pieds à l'abri de tes escapades et bien que tu arrives à porter des robes et autres vêtements raffinés et féminins, tu as une sainte horreur des talons, n'arrivant pas à marcher avec malgré tes nombreux essais mais au moins tu te rechignes plus, sachant te montrer ravissante quand il le faut sans avoir délaissé ton style décontracté faisant toute la différence.
mon avatar

histoire

clique ici si tu veux voir mon histoire !

« Jannah ? C'était une enfant difficile. Elle n'a pas eu trop le choix vous savez, elle s'est toujours battue courageusement pour s'en sortir. »
Abdeladim CHANG, le grand frère.

Tu es née dans ce trou à rat. À Kland bien exactement, dans l'état de Selangor en Malaisie, cette ville reconnue mondialement pour son port. Tu aurais pu vivre une vie heureuse entourée de son grand frère et de sa petite sœur, tu as eu une mère aimante hôtesse de l'air et avait tout l'amour nécessaire malgré un père absent, parti tel un lâche et sûrement sans abri à l'heure qu'il est. Le manque d'argent et la pauvreté n'étaient pas un souci au début : vous savez, quand on est un enfant de quatre ans, on ne pense qu'à s'amuser et faire rire son monde. Tu étais comme ça, une adorable enfant que as vécu comme elle le pouvait, prenant son frère de quinze ans comme sa figure paternelle.

« C'était une bonne élève, un peu dure à gérer par moment mais gentille comme tout. Elle protégeait toujours sa petite sœur et leur relation était vraiment adorable. »
Abir RAHIM, maîtresse de petite école.

Tu aimais cette sœur d'un an ta cadette, elle était la deuxième femme de ta vie après ta mère, celle à qui il ne doit rien arriver, celle que garderait près de toi toute ta vie si tu le souhaitais. Tu l'aimais, tu l'adulais. Elkasmia, elle était parfaite. Elle était jolie avec ses bouclettes brunes, ses yeux verts et ses petites mains d'enfant. Tu as grandis avec elle, ne la lâchant pas un seul instant, s'occupant du moindre de ses soucis, la moindre de ses peines et de ses envies. Si elle pleurait, tu allais la consoler, si un garçon lui avait brisé le cœur, tu allais te charger de son cas personnellement et tu faisais ton possible pour l'aider à rendre ses devoirs dans les temps.

Elle était studieuse, tu avais décroché avec le temps. Elle avait treize ans, tu en avais quatorze. Abdeladim avait bien grandi et c'est lui qui avait repris le flambeau de la famille après la mort de votre mère, décédée dans un dramatique crash aérien. C'était un passage horrible de ta vie que tu préfères oublier. La tristesse, la haine, la désolation, l'abandon, tu avais ressenti tout ça, cette sensation de vide qui vous transperce le cœur et les pleurs de cette sœur ne souhaitant pas s'arrêter.

« Après la mort de notre mère, Jannah s'est occupée de moi comme une mère, je lui dois tout. Elle mérite mieux. »
Elkasmia CHANG, la petite sœur.


Tu es tombée en dépression après cette tragédie, pour tout avouer, tu ne savais plus quoi faire, tu n'arrivais plus à avancer, squatter la maison en fumant malgré les interdictions d'Abdeladim, lui qui n'avait plus aucune autorité sur ta petite personne. Oui tu étais devenue une petite délinquante du dimanche, côtoyant les petits branleurs dévalisant les marchés et traumatisant les petits à la maternelle. Tu t'enfonçais vulgairement, toi qui avais tout pour réussir te voilà maintenant à fumer et boire alors que tu avais à peine seize ans. Dans ces lieux misérables, on mûrit plus vite et tu échappais à la vigilance de ton frère qui faisait tout pour vous nourrir, se tuant à la tâche pour y arriver.

« J'ai tout fait pour m'en occuper correctement mais elle était infernale. Insultante et même violente, je n'en pouvais plus. »
Abdeladim CHANG, le grand frère.

Oui tu étais un monstre. Un monstre cachant son doux visage pour ceux qu'elle aimait. Une carapace te permettant de rester forte dans toutes les situations se présentant à toi, pour ainsi survivre et ramener un supplément d'argent au gérant de la famille. Tu as fait tout ça pour Alkasmia, pour qu'elle puisse avoir un avenir et une vie de famille formidable. Si tu devais mourir pour elle, alors tu aurais donné ta vie sans la moindre hésitation, tu aurais véritablement tout fait.

Tu frappais, tu volais, tu explosais. Tu courrais partout, échappant aux forces de l'ordre en sautant de conteneur en conteneur, grippant et fuyant dans les endroits improbables. Ils jouaient avec la chef des lieux, tu étais à domicile et eux à l'étranger. Personne ne pouvait te battre sur ton terrain de jeux, demoiselle dont la vie ne semblait tenir qu'à un fil. Tu vivais ainsi, survivant tant bien pour faire briller la merveille de tes yeux, ta princesse, ta reine, ta déesse.

« Je m'en voudrais toute ma vie. »
Elkasmia CHANG, la petite sœur.

Elka, elle voulait faire des études. Elle voulait devenir une grande femme et rendre sa mère fière d'elle, et toi aussi par la même occasion. Mais l'argent se faisait rare, terriblement rare. Tu le gaspillais dans les clopes et l'alcool, Abdeladim lui payait les factures comme il pouvait et avait du mal à payer les frais d'études pour la plus petite et de ton côté tu cherchas un moyen de l'aider mais c'était déjà trop tard sans le savoir, alors que tu allas la chercher à l'école en trombe, appelée en urgence par l'infirmière qui avait récupéré la jeune fille de dix-huit ans dans un état pitoyable. Votre frère bossait toute la journée et tu ne voulais le déranger alors tu pris sur toi, ramenant ta sœur chez vous à bout de bras, inquiète et malade.
Cette femme n'aurait jamais dû vous laisser partir, pour rien au monde.

« J'ai fais pleurer ma grande sœur. »
Elkasmia CHANG, la petite sœur.

Au début, Elka n'avait rien dit, restant dans son lit, recroquevillée et livide. Tu n'as pas quitté cette chambre un instant, jamais tu n'as décroché son regard du sien, vide et sans aucune expression. Tu étais perdue, incapable de comprendre. Pourquoi ? Pourquoi avait-elle fait ça ?

Pourquoi avait-elle vendu son rein à des renards pour trouver l'argent nécessaire ? Tu te sentais faible et ignoble. Tu n'avais rien remarqué, rien de tout ça. Tu avais honte Jannah, honte d'être une telle sœur qui éclata en sanglots en tenant sa sœur dans ses bras tremblants. Tu ne l'avais plus lâché, versant toutes les larmes que tu n'avais versées auparavant, comme pour te rattraper. Elle est morte dans tes bras, te laissant seule dans ton désespoir.

Abdeladim fut brisé lui aussi en rentrant, prit de court. Lui non plus n'a jamais compris et vous avez fait les plus brèves funérailles possibles pour ne pas attirer les soupçons et rester tranquilles. Si seulement Jannah, si seulement.

« Ces deux sœurs étaient inséparables et lorsque la plus jeune perdit la vie, la benjamine a complètement changé. C'était assez terrifiant. »
Jaydae, la voisine.

Tu ne rentrais presque plus chez toi, dormant parfois dehors, parfois chez Fakhita, une amie à toi mais tu esquivais ton frère au maximum, lui cachant tes intentions et tes prochaines actions pendant les trois années qui suivirent. Oui tu avais risqué ta vie plus d'une fois, cherchant les embrouilles et les soucis, te faisant exploser ta gueule avant de finalement le retrouver. Tu avais fait tous les recoins sombres et obscurs de Klang, te faisant passer pour une cliente prête à vendre ses organes pour une modique somme puis tu l'as retrouvé.

Cet enfoiré.
Ce fils de pute.
Lui qui avait utilisé ta sœur.

Tu l'as dézingué, sans vouloir en savoir plus. Une balle bien placée pour un travail propre. Tu avais pris la vie d'un être humain mais étrangement, tu te sentais bien. Extrêmement bien. Tu aurais pu fuir quand les forces de l'ordre sont venues chez toi mais tu préféras être raisonnable pour ne pas apporter plus de soucis à ton frère, déjà assez bien écœuré par ton comportement.

« Au fond, je la respecte. Jamais je n'aurais eu la force et la paire de couilles suffisante pour venger notre petite sœur. Je ne peux rien faire pour elle mais Jannah restera toujours la meilleure des petites sœurs. »
Abdeladim CHANG, le grand frère.

La suite ? Tu as finis un taule, bien évidemment. Et ces dernières étaient bien loin des prisons françaises. Oh Dieu. Celles-là ressemblaient plus à l'enfer et les affrontements étaient bien trop courants, toi qui restait malgré tout une délinquante du dimanche tu pris peur et tu t'es faite toute petite durant les trois mois qui suivirent et sans te prévenir on te vira de là, te traînant loin de cet enfer vivant mais au fond … Peut-être que ce dépotoir était mieux que ce que tu allais subir les semaines suivantes.

Tu fus envoyée en France sans aucune indication, te laissant te débrouiller toute seule avec des gens qui ne parlaient pas ta langue. Pitoyable chienne de banlieue que tu étais, enfermée et droguée chaque jour, te voilà misérable. Tu étais devenue une loque, une véritable larve ne cherchant plus à survivre après toutes les injections que tu devais supporter chaque jour.

Oui tu pleurais, te laissant aller au lieu de te défendre. Tu aurais peut-être du mais tout était bien trop douloureux. Tu n'avais plus cette rage de survivre, tu n'avais plus aucun but dans la vie et ne ressemblais qu'à un petit animal sans défense, jetée dans la cage aux lions. Lorsque tu cherchais à engager une conversation tu étais ignorée et ce n'est que deux ans après ces vulgaires injections que tout changea du jour au lendemain.

Deux petites oreilles avaient poussé sur ton crâne, toutes petites mais bien présentes et gênantes. Petite biche, te voilà au milieu de ces humains supérieurs, effarouchée et désespérée. On t'a appris le français pendant quatre ans, t'éduquant aussi à la vie de tous les jours et tu as simplement obéis sans t'en rendre véritable compte. Tu avais récupéré cette hargne petit à petit et c'est à tes trente et un an qu'on t'emmena dans cette animalerie dont tu ne savais rien, te fourrant dans un coin de la salle sans grand espoir de te voir un jour vendue.

« Vous pouvez dire ce que vous souhaitez. Je suis aussi humaine qu'animale mais avant tout, je suis un être vivant. Traitez moi comme vous le désirez, je me fiche de tout ça. Je suis moi et c'est tout ce qui compte. Je me fiche de ces Aegis, je me fiche de ces Humanis, je ne les connais pas d'ailleurs. Je ne sais rien d'ici et mon accent vous surprendra sûrement au début. Je fais des efforts pour m’intégrer et reconstruire ma vie.

Je ne sais pas faire le ménage. Je suis très médiocre en cuisine et dure à vivre au début. Vous ne souhaitez pas de moi ? Et bien passez votre chemin, je ne m'ouvrirais qu'à ceux capables de me comprendre ... 
»
Jannah CHANG.

hors jeu

parce qu'en général t'as une vie à côté

Surnom : Couscous
Âge : 19 ans
Comment as-tu trouvé Masters & Nekos ? : Il était dans mes belles fesses
Présence : Autant que possible avec la fac
Ton avatar, c'est : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
©linus pour Epicode


Dernière édition par Jannah Chang le Lun 12 Sep 2016 - 22:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Rin Kaenbyou || Touhou project
Disponibilités : Tous les jours
Absence : Aucune
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    Dim 21 Aoû 2016 - 19:19
JANNAH ♥


Ellen taquine en #0000ff
Indisponible pour rp : 4/2
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Hoshii Miki de The IdolM@ster
Disponibilités : De passage tous les jours au moins
Absence : Regarde sur Hilda !
http://mastersnekos.forumactif.org/t53-j-suis-sauvage-enfin-pres
http://mastersnekos.forumactif.org/t779-j-suis-sauvage-enfin-presque
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    Dim 21 Aoû 2016 - 19:36
Rebienvenue et bon courage pour ta fiche


Hey !  ~ 336600 ~
Revenir en haut Aller en bas
MAITRESSE NEUTRE
Featuring : Marisa Kirisame - Touhou
Disponibilités : Tous les jours normalement
Absence : Voir sur Mélody
http://mastersnekos.forumactif.org/t406-life-is-strange
http://mastersnekos.forumactif.org/t778-life-is-strange
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    Dim 21 Aoû 2016 - 19:38
Reuhbienvenuuue et bon courageuh pour ta ficheuh


Je m'exprime en #993399
J'suis une thug moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
Disponibilités : 7/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    Lun 22 Aoû 2016 - 11:05
Merci à vous ♥ Fiche finie du coup ~


...
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    Lun 22 Aoû 2016 - 11:47
Ui


“ Tu es valide(e) ”



Ça y est, t’es validé(e) ! Félicitations ! Nous sommes heureux de t’accueillir parmi nous, en espérant que tu t'y sentes bien.

Tu peux dès à présent faire une demande de RP, d’adoption, et si tu cherches un toit fait une demande de lieux.
Si tu as besoin d'un nouvel avatar, viens ici .
N'oublies pas de nous dire si tu dois t'absenter de prévenir ici !

N’hésites pas à poster une fiche de liens pour te lier aux autres personnages du forum ou encore à passer sur la ChatBox pour te familiariser avec les autres.

Si tu veux délirer avec les autres, passes sur le flood ou sur troll word !

Par contre, n’oublies surtout pas de remplir ta fiche de personnage et de rajouter le lien de ta fiche dans ton profil.

A la moindre question, n’hésites pas à envoyer un MP à un membre du staff qui sera là pour éclairer ta lanterne.




#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What the hell going on ?    
Revenir en haut Aller en bas
 
What the hell going on ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Hybrides validés-
Sauter vers: