Partagez | 
 

 Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: Gabriel    Lun 12 Sep 2016 - 22:34

mon avatar

SNOW GABRIEL

Toutou à sa mémère.

  • Âge26 ans.
  • Origine(s)Français.
  • sexeMasculins.
  • OrientationHomosexuel.
  • GroupeHybride Neutre.
  • métierChiens de recherche d'explosifs et stupéfiants - Chien de police et sécurité.
  • Niveau socialPauvre.
  • RaceChien – Berger blanc Suisse.
mon avatar

caractère

clique ici si tu veux voir mon caractère !

Gueule de cabot et tête à claque. Avec une loyauté à la con à toute épreuve pour son supérieur. Du genre prêt à crever pour lui, parce que c'est dans ses gènes. Ou plutôt, on l'a éduqué ainsi. Il reconnaît l'autorité de son maître, ainsi que des supérieurs. Le reste peut aller se faire foutre. Il ne cherche pas la merde, mais ne supporte pas qu'on lui marche sur les pieds. Et son comportement est du genre canin. Territorial, respect à l'alfa, loyal, signe de soumission face à plus fort et besoin de soumettre les plus faibles qui le cherchent, protection des proches ect. Avec un instinct et un sixième sens très développé. C'est un gentil chien, un bon p'tit soldat qui se la ferme le plus souvent. Assez posé, version force tranquille mais faut pas chercher la tempête. Parce qu'avec lui ça peut devenir puissant. Il n'a pas trop de problème d’ego, mais n'hésitera pas à défendre l'honneur de son maître et des siens. D'abord avec les mots, des paroles bien crues dans un langage un peu trop vulgaire pour sa belle gueule. Puis si aboyer ne fonctionne pas, alors attention aux dents. Le gentil toutou mord.

Depuis qu'il est moins sur le terrain, il lui faut faire plus. S'occuper les mains, s'occuper l'esprit. Il n'est pas fait pour l’inaction et rester sans rien faire le rendrait fou. Alors il saute sur n'importe qu'elle occas' pour servir à quelque chose. Tant pis s'il se surmène, tant pis si de vieilles douleurs se réveillent. Il n'en a rien à foutre, a un besoin primaire de se rendre utile et de faire quelque chose. Suivre les ordres, obéir et faire respecter la loi. Mots d'ordre inscrits dans son esprit, marqués au fer rouge dans son ADN. Une éducation quasi militaire depuis tout gamin qui se ressent dans tout. Il maintient n'importe quel espace qu'on lui dédie ainsi que celui de son maître dans un état impeccable et fonctionne avec une organisation presque maniaque. Tout est rangé, propre, classé. Même plus besoin de lui demander. Bourrage de crane pour que ça devienne naturel. Et ça l'est devenu. Mais ça pose aussi quelques problèmes. Il gèrent les situations d'urgences et les crises à son taf sans problème, mais à côté de ça il a beaucoup de mal à se faire à un changement dans ses habitudes au quotidien. Et ça le fou en rogne quand son programme personnel est chamboulé.

Gabriel c'est aussi un type prévenant et attentionné. Incapable de faire du mal à une mouche qui ne l'a pas emmerdé d'abord. Du genre à trouver un gamin adorable et à le laisser lui tirer les oreilles avec le sourire. Ou a aller chercher du thé juste avant que la boite de soit vide. Peut-être que c'est naturel. Ou bien que ça vient encore de son dressage. Il ne sait pas, s'en fout en fait. Parce qu'il serait incapable de se rebeller, ne comprend pas comment des hybride peuvent se dresser contre le système. Un jour ça pétera peut-être dans sa tête. Si quelqu’un lui fait prendre conscience de ses chaînes. Et encore, il faudrait qu'il ait envie de se révolter. Il n'apprécie pas la maltraitance injustifiée, mais est satisfait de son confort personnel. La liberté attendra, si un jour elle frappe à sa porte. Pour l'instant il ne se pose même pas la question. Petit chien qui remue la queue et garde gentiment la maison. Il est pas con Gabriel, juste complètement formaté.
mon avatar

physique

clique ici si tu veux voir mon physique !

Brave bête bien dressée, à la posture droite et au menton relevé. Au corps naturellement redressé par un entraînement militaire qui lui confère sa musculature. Il se dégage de lui une assurance non feinte et une force  tranquille. Taillé dans la sueur et par les exercices réguliers qu'il a pris l'habitude de s'infliger pour s'entretenir, c'est un chien de combat d'une grande efficacité lorsqu'on lui en donne l'ordre. Et c'est inscrit sur sa gueule. Dommage qu'une blessure importante le fasse boiter lorsqu'il fatigue et que cet handicape lui interdise une grande partie du terrain. Blessure à la con. Causée par une balle. La hanche gauche qui a pris, il en reste une belle cicatrice et ce n'est pas la seule qui parcourent son corps. Une autre trace de balle à l'épaule droite. Et une multitude d'autres où on peut deviner l'arme blanche. Dommage pour lui, il aurait pu être agréable à regarder le cabot.

C'est un Berger blanc suisse. D'où sa pilosité des plus claires et sa tignasse naturellement immaculée. Il la laisse longue depuis qu'il est moins sur les terrains minés, on l'a autorisé s'il se les attache fermement durant son service. Sous sa crinière percent deux oreilles dressées fièrement sur son crane, aux poils tout aussi blancs que ceux de sa queue qui se balance dans son dos.  De son hybridation, il tient aussi sa dentition solide aux crocs puissants et sa vue perçante.

Gabriel a une peau claire qui se pare facilement de quelques rougeurs, ce qui le fait parfois chier.  Un visage fin à la mâchoire bien dessinée et aux traits anguleux naturellement fermé et qui devient plus expressif dès qu'il sort de son service. Très souvent un sourire peut étirer ses fines lèvres et ainsi dévoiler ses canines. Un sourire qui atteint ses yeux, deux prunelles d'un bleu des plus clairs. Il ne se prive d'ailleurs pas pour s'en servir et plonge son regard dans celui des gens sans problème. Sauf si on lui ordonne de baisser les yeux. Les ordres des supérieurs sont les ordres.
mon avatar

histoire

clique ici si tu veux voir mon histoire !

Snow. C'était le nom donné à la deuxième portée de chiots du service. Gabriel en faisait parti. Avec trois autres chiens. Une portée dont les parents avaient été sélectionné pour leurs qualités physiques et mentales. La deuxième donc du programme. Programme qui voulait au final fournir des hybrides canins aux services de l'ordre. Polices, militaires, forces spéciales, services secrets, etc. Et Gabriel allait y participer.

Son quotidien durant ses dix premières années se résume à pas à grand chose. Il a dû apprendre. Apprendre à suivre les ordres, à écouter, à comprendre. Comprendre où était sa place, comprendre son futur rôle dans la société. Entre les leçons classiques où on lui enseigna la lecture, l'écriture et les bases de mathématiques, on lui fit entrer dans la tête beaucoup d'autres informations. Allant de la reconnaissance de l'odeur et le goût de différentes drogues à la mémorisation des différentes formes d'explosifs et leurs caractéristiques. Parce que ça allait lui servir plus tard. En attendant, la vie n'était pas très palpitante. On leur faisait faire de l'exercice depuis tout jeune et comme les gamins qu'ils étaient ne tenaient pas en place, les fatiguer était la bonne solution. Puis l'exercice physique, somme toute assez ludique, se transforma en entraînement. Le but ? Qu'ils soient le plus polyvalent possible et le plus efficace chacun dans sa spécialité. Avec donc le devoir de savoir pister, courser, neutraliser et protéger. Et tous les ans, une batterie de tests à la con devant des types avec un carnet à la main et un balais dans le cul. Enfin, ça c'est ce que pensait Gabriel. Mais il savait fermer sa gueule, merci bien. Et faisait ce qu'on lui demandait sans poser de question. Gentil toutou.

Puis il fut en âge de pouvoir servir à quelque chose, alors on l'attribua à quelqu'un. Pour le familiariser et développer une relation de confiance. Paraît que les chiens étaient plus performants ainsi. Enfin, pour les chiens c'était certain, alors on fonctionnait de la même manière pour les hybrides. Le cabot se retrouva donc à vivre en dehors du centre avec une dame un peu bourrue mais pas méchante. Du genre grosse maman ours qui te fout une tarte dans la gueule au moindre écart mais sinon te laisse pépère. Gabriel l’appréciait. Parce qu'il était jeune que l'autre était la figure d'autorité incontestée un minimum maternelle et parce qu'ils avaient développé cette 'relation de confiance' entre un maître et son chien. Parfait donc.

Il s’acclimata à la vie dans un appart' et à le tenir, mais aussi au terrain. Service de douane et recherches de stup'. Il trouva ça plutôt fun. En même temps, il avait à peine quinze ans, la fougue de la jeunesse et le besoin de faire ses preuves et de contenter sa maîtresse. Puis il était plutôt doué, alors la vie était tranquille, une belle routine. Parfois on les appelait pour des missions différentes. Lors de situations de crises ou un manque d'effectif dans certains services. Le chien avait la polyvalence nécessaire pour palier à ce genre de situation. Des situations beaucoup moins funs, mais beaucoup plus exaltantes qui lui valurent parfois même quelques blessures. Rien de trop grave.

Cela dura un certain temps. Puis sa maîtresse prit sa retraite et on lui trouva un nouveau type. Un connard, de son humble avis. Il montrait des dents mais fermait sa gueule. C'était son maître, il lui devait obéissance. Le respect il pouvait se le foutre ailleurs, Gabriel en avait très peu à lui offrir. Aucune relation de confiance cette fois-ci, même si le chien continuait de bien faire son taff et d'obéir gentiment. A la maison, la vie était beaucoup moins drôle. La famille de son maître avait déjà un autre hybride. Un chat en plus. Qui le faisait bien chier. Surtout que malgré le 'domestique' et le fait que le chien ait un boulot la journée, c'était tout de même à lui de tenir la maison. Et de s'occuper d'un tas de trucs dont il n'en avait rien à foutre. Mais le gentil toutou se devait d'obéir à son maître qui lui demandait de rendre service à sa femme. Et faire la cuisine pour la famille de quatre devait être dans ses nouvelles compétences. Saleté de chat à la con qui faisait les yeux doux avant de se prélasser au soleil. Heureusement que le fils du couple avait son âge et était plutôt agréable à regarder. Et à se taper, il devait avouer. Parce que sinon, il peinait à trouver un peu de bonheur là dedans. Surtout qu'en service il sentait son maître prendre de plus en plus de risques inutiles. Et il en arrivait presque à flipper lorsqu'il lui donnait un ordre avec lequel il n'était pas d'accord.

Les années passèrent. Il y eu quelques accidents liés surtout à l’imprudence du type à qui il devait obéissance. Mais on ferma les yeux, les résultats étaient bons et seul l'hybride subissait généralement des retombées. Ils s'occupèrent d'affaires délicates, comme une prise d'otage une fois ou une alerte à la bombe.Il y a eu ce jour aussi, où deux types étaient interrogés au poste à propos d'une violation de domicile. Comme quoi ils venaient en aide à un neko dans une propriété privée. Ils se disaient d'Aegis et étaient pour liberté des hybrides, qu'ils avaient agi pour le bien. Une connerie du genre. Honnêtement, il ne comprenait pas vraiment ce que ces gens pouvaient leur offrir et leur beau discours sur l'égalité l'avait fait sourire. Trop conditionné, attaché à sa p'tite vie. Il ne les compris pas, les trouva illuminés, s'en foutait royalement au fond. Quelqu'un tint tout de même à lui clarifier la situation. Comme s'il en avait besoin. Apparemment, l'autre extrême existait aussi et le gars face à lui qui le regardait comme de la merde, le même regard qu'il portaient sur les deux types qui se faisaient interroger, pris bien soin de lui expliquer où était sa place. Bien bas apparemment. Il ne pu que montrer les dents face à ce discours, sans pouvoir l'ouvrir. Un haut gradé. Ne jamais s'en prendre à un haut gradé. Surtout s'il racontait que la violence envers les hybride devait être plus que pratiquée.Connard.

La plupart du temps le chien faisait son travail de recherches et la vie continuait. Routine quotidienne. Il ne vit pas le temps passer. Puis ce fut la fois de trop. Pauvre con. Une situation d'urgence, avec entre autre échange de tir et trafic d'arme à saisir. Évidemment que ça a pété. Et que malgré son instinct Gabriel ne réfléchit pas avant de s'élancer sur ordre de son maître pour le couvrir. Sale connard. Depuis l'affaire, il n'était plus son maître, alors il pouvait se permettre de l'insulter. Au moins mentalement. C'était pas l'autre qui s'était pris deux balles dans le corps. Dont une à la hanche qui toucha l'os. Il avait été blessé avec, en plus, des conséquences sur long terme. Légères conséquences, une simple claudication dès que la fatigue se faisait sentir, mais suffisante pour le mettre de côté. Le chien était passé à deux doigts de la retraite anticipée. Son handicape n'était heureusement pas assez encombrant pour le mettre à pied. Il serait juste un peu moins sur le terrain et s'occuperait d'affaires moins délicates et physiques que celles qu'il avait pu avoir avant. Dommage pour lui, shooté à l’adrénaline qu'il était. Il ferait en sorte de retourner au front. La paperasse et les délits mineurs, très peu pour lui. En attendant de le confier à quelqu'un, on le balança à droite à gauche. Garde rapprochée, tris des dossiers, interrogatoires et recherches d'hybrides fraudeurs. Rien de palpitant, mais il obéit. Parce que c'est ainsi.

hors jeu

parce qu'en général t'as une vie à côté

Surnom : As you wish ♥
Âge : 21 ans.
Comment as-tu trouvé Masters & Nekos ? : Top-site si je ne me plante pas !
Présence : Régulière.
Ton avatar, c'est : Superbi Squalo • KHR
©linus pour Epicode


Dernière édition par Gabriel Snow le Mar 13 Sep 2016 - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: