Partagez | 
 

 Soren Haruka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: Soren Haruka   Ven 16 Sep 2016 - 21:49

mon avatar

Haruka Soren(S)

N’embêter pas un loup qui dort

  • Âge22ans
  • Origine(s)Anglaise … ou Japonaise, un peu des deux
  • sexeHomme
  • OrientationHétéro
  • GroupeMaitre gentil
  • métierProf de Kendo
  • Niveau socialMoyen
  • Racesi hybride
mon avatar

caractère

clique ici si tu veux voir mon caractère !

275 mots minimum, soit environs 30 lignes Word.
Comment décrire Soren ? Etant donné que ce n’est pas quelqu’un qui s’ouvre aisément, il faut avouer que ça devient compliquer de pouvoir parlé de lui. En apparence, il émane de lui une certaine sérénité, un calme et un air détendu. Bien mais à l’intérieur qu’est-ce que ça donne ? Eh bien, il a le cœur sur la main et adore accordé du temps a d’autre. Souvent de bon conseils quand on lui en demande, lorsqu’il a un avis a donné, il n’hésite pas une seconde que ce soit pour dans un sens ou dans l’autres.

En revanche, parlé de lui, ce n’est pas du tout son truc, car il très secret de nature. Ce n’est pas qu’il n’aime pas, c’est surtout que Soren considère que sa vie ne vaut pas la peine que l’on en parle et éludera tout question sur lui sauf si la personne insiste assez pour qu’il se décide enfin. Mais lorsqu’il en parle, le jeune homme en parle avec tristesse ce qui prouve qu’il n’est pas en paix avec son passé. Etant donné qu’il a dut abandonner son rêve de devenir champion de Kendo. Il s’agit avant tout d’un jeune homme réfléchis et très intelligent avec une grande culture général,  il parle également trois langue sans soucis particulier car il a appris très tôt à les parler.

Coté amitié, Soren est fiable, on peut compter sur lui et lui demandé de l’aide, il ne dira jamais non. En amour, son cœur est de glace, courage donc à la courageuse qui envisage de le faire fondre. D’autant qu’il a du mal à exprimer ses sentiments, ce qui peut donner lieu à des situations assez drôle lorsque cela arrive. Le jeune homme est pudique, avant tout à cause de son éducation stricte, il n’est donc pas très libre et a une vision du respect très idéalisé.

Il ne supporte pas l’injustice et déteste voir quelqu’un dans le besoin sans aide. Concernant les Hybrides, il les voit comme des êtres normaux, ce qui le rend assez neutre au final sur la question. Il ne voit pas des races, il voit simplement les êtres vivants.
mon avatar

physique

clique ici si tu veux voir mon physique !

200 mots minimum, soit environs 20 lignes Word.
Le jeune homme a des yeux bleus et de longs cheveux noirs au reflet violet, leur vrai couleur et inconnu car il les teint. Physiquement, il se maintient en forme et pratique le kendo couramment. Il a une stature endurante et un corps élancé. Haut de ses 1m78 pour son 68kilo. Soren a également d’excellents reflexes et une maitrise de son art martial assez impressionnante. Son apparence n’est pas du tout Japonais, plutôt européen car il tient beaucoup de sa mère anglaise.

Il ne rit pas énormément mais ne montre pas pour autant qu’il broie du noir. Son sourire en revanche n’est pas rare. Ce qui est passablement choquant pourrait surtout être ses moments de silence, il apprécie le calme et la tranquillité par moment pour méditer, ce qui donne lieu à une absence totale de mouvement plus ou moins longue.

Il n’a hélas pas la chance de pouvoir faire autre chose à cause d’un accident qui lui aura couté son bras gauche … Non pas à ce point, il a une faiblesse musculaire en dessous de l’épaule, une violente déchirure musculaire. Ainsi il peut encore se servir de son bras mais plus pratiqué pleinement avec. Une autre cicatrice est présente au niveau du front qu’il cache avec ses longs cheveux.

Vestimentairement parlant, lorsqu’il enseigne ou qu’il est dans son dojo, Soren porte un kimono noir souvent accompagné d’une écharpe blanche. Mais il n’est pas toujours habillé ainsi, plus souvent habillé simplement d’un haut noir, blanc ou gris et pantalon. Oui Soren n’est pas un habitué des couleurs.
mon avatar

histoire

clique ici si tu veux voir mon histoire !

325 mots minimum, soit environs 35 lignes Word.
Quelque part dans la campagne anglaise, un matin de décembre naquit le jeune Soren 22ans plus tôt. Le bébé était bien loin de se douter à ce moment-là du poids qui pesait déjà sur ses lourdes épaules car descendant d’un noble samouraï et petit fils d’un des plus grand combattant en Kendo, il était également premier né, de surcroît  garçon d’une famille purement et simplement détruite d’avance.

Son père et son oncle avant cela, avait tenu le dojo familiale au japon mais malheureusement leur mauvaise entente avait fini par conduire ce dernier a la ruine. Son oncle décida alors de resté au japon. Tandis que son père rejoint son épouse en Angleterre. Bien loin de ne pas être né dans une famille riche, sa mère descendait quant à elle d’une famille aisée et donc Soren grandit dans de bonne condition.

Jusqu’à ce qu’un jour, le destin et la fatalité s’acharnèrent sur le gamin pour qui on avait décidé qu’il raviverait la flamme perdu du Kendo dans la famille. Ce qui donna une suite à des entrainements acharné et intense de la part de son père, berçant son enfance de 6 à 12 ans. Ponctué par la naissance de sa petite sœur Emmy.

Son oncle s’opposa bien évidement a ce traitement qu’il jugea indigne, car il fallait bien l’avouer, ils avaient leurs conceptions de ce qu’était le Kendo, l’un considère qu’il s’agissait d’un art martial devant être enseigné avec discipline et force. L’autre jugea qu’il s’agissait avant tout d’un moyen de méditation, qui pour avoir une bonne maitrise de son arme nécessité avant tout un calme et une patience à toute épreuve, ainsi que du temps et de la passion.

En somme, son oncle avait appris à ne pas voir en l’art martial un moyen de domination, mais plutôt un accomplissement personnel, permettant d’atteindre un statut plus élevé de soi-même afin de mieux percevoir les choses nous entourant. Quiconque ne pense que par son arme n’est donc pas digne de pratiquer selon lui et c’était l’une de leur principal sujet de dispute. Soren savait qu’en un sens, ils avaient raisons et se doutait que son grand-père les avait éduqués en ce sens. Mais il voulait avant tout faire le bonheur de sa famille et l’âge de 14 ans, le jeune homme participa enfin à son premier tournoi au japon.

Il en sortit vainqueur et le nom Haruka revint doucement dans les mémoires, un second championnat puis une troisième, il occupa fièrement la premier place durant 3 ans. Jusqu’à …

«  Le combat était rude, mais Soren tint bon et para chaque coup de son adversaire avec une ténacité exemplaire. Il voulait sa quatrième médaille et entendait les ordres que lui hurlait son père. Bien qu’âgé de 18ans, le jeune homme se tenait debout face à une personne ayant deux ans de plus que lui. Maniant son arme avec dextérité et souplesse, il parvint a le touché une fois, puis une seconde. Mais malheureusement, Soren avait trop forcé sur les entrainements et sentait que ses deux bras douloureux ne tiendraient pas très longtemps la distance.

Son casque lui faisait également mal aux tempes et il voulait l’enlever au plus vite, a défaut il le desserra légèrement. Mais il ne s’attendait pas à ce que l’attache lâche, bouchant l’espace d’une seconde la vue du jeune homme alors que son casque chuté. Le temps sembla alors tourné au ralentit, il tenait son arme baissé dans la main gauche et vit son adversaire porté une attaque à hauteur du visage. Le coup était déjà lancé et même si il avait voulu le retenir, c’était trop tard, tout était allé tellement vite.

Soren voulu levé son arme mais une vive douleur se fit ressentir dans son bras sous l’épaule, le muscle avait-il lâché ? Ce ne fut que le cadet de ses soucis lorsque l’arme de son adversaire lui fouetta le front si fort qu’une ouverture en jaillit. Ce fut son dernier souvenir, une défaite amère et une blessure au front.

Il se souvenait juste être tombé au sol, son regard dans le vide, sentant quelques gouttes de sang coulé sur son visage.

A son réveil, il était dans un lit d’hôpital, le bras en écharpe et un pansement au front. On lui annonça si vite le diagnostic qu’il manqua de repartir dans le monde des songes. Les championnats, c’était fini, son bras ne se remettrait jamais complètement et il aurait une cicatrice a vie au front. »

Après quoi le jeune homme tomba en dépression, son père le traita comme un moins que rien, considérant que son casque aurait dû être entretenu, ce que le jeune homme avait fait. Il avait juste voulu le desserré un peu pour soulager ses tempes mais malheureusement, l’attache avait cédé.

Un an plus tard, il repartit avec son oncle au Japon car ce dernier considéré qu’il était temps pour Soren de vivre sa vie et ce ne fut pas son père qui le retint. Pourtant avec Hokui son oncle, il retrouva un peu le gout à la vie car celui-ci n’était pas sans arrêt à le rabaissé et il lui proposa même une alternative qui ne déplus pas au jeune homme.

Soren était intelligent, bien plus que son père d’après Hokui, il serait un excellent enseignant car il avait la patience et la maitrise pour y arrivé alors l’idée était que le jeune homme devrait travailler pour ouvrir son propre Dojo. Cela prit deux ans avant que le projet puisse prendre forme, le jeune homme travailla d’arrachepied et parvint à mettre de côté une somme phénoménal puis à 21ans, le jeune homme reconnu que le temps des Haruka était dépassé et qu’il ne ferait pas long feu face à la concurrence au Japon, en revanche il cibla un tout autre pays, non loin de son pays natale l’Angleterre, la France serait parfaite. En tout cas, cela valait le coup d’essayé et il parvint à racheter un local en ville pour construire son propre Dojo, qui de surcroit se trouvait non loin du petit appartement qu’il avait acheté au passage.

Trois mois suivirent ou il remit les lieux en état était d’Hokui et de sa tante. Puis l’ouverture s’en suivit, même si cela ne marchait pas du tonnerre, les revenus qu’il rentrait lui permirent de vivre sans vraiment être dans le besoin. D’autant qu’il parlait très bien le Français car sa mère le parlait aussi. Mais il était encore loin du contexte Hybrides-Humains et a vrai dire, ne s’en était jamais vraiment rapprocher.

LA vie était loin d’être fini, mais Soren s’éloignait déjà un peu plus de son passé et retrouvé un nouveau gout à la vie. Il se débrouillait très bien avec les enfants pour leur enseigner Kendo, tout en étant assez discret pour ne pas avoir d’ennuis.

hors jeu

parce qu'en général t'as une vie à côté

Surnom : MAth
Âge : Ah ah :)
Comment as-tu trouvé Masters & Nekos ? : écrire ici
Présence : écrire ici
Ton avatar, c'est : Saito Hajime :)
©linus pour Epicode


Je m'excuse d'avance pour les fautes ici et la en plus de l'histoire brouillon :) J'ai essayé de faire un truc propres mais cela fait un bail que je n'ai plus fait de rp ou même écrit :) Juste le temps de me replonger dans le bain et ca ira mieux :)


Dernière édition par Soren Haruka le Sam 17 Sep 2016 - 13:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE NEUTRE
Featuring : Fareeha Amari (Pharah) • Overwatch
Disponibilités : 7/7
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Soren Haruka   Ven 16 Sep 2016 - 22:31
Bienvenue ici ! J'espère que tu te plairas parmi nous !

Aucun soucis avec ta fiche malgré les quelques petites fautes présentes comme dit. Tu confonds souvent les terminaisons "é" et "er", c'est dommage ; ) Un petit coup de Scribens (Cordial, BonPatron ou Reverso) et ça sera bon !

N'oublies pas non plus les listings et de remplir ton profil et je pourrais te valider sans soucis.


...
Revenir en haut Aller en bas
 
Soren Haruka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soren Ké Thù
» Rendez-vous d'un soir [Pv Soren] [TERMINE]
» Barthélemy Soren
» L'àge de déraison [PV Soren & Lomah] [TERMINE]
» Tu l'as sur ton Ipod ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: