Partagez | 
 

 Charles L. Desbois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
MessageSujet: Charles L. Desbois    Jeu 22 Sep 2016 - 23:52

mon avatar

DESBOIS CHARLES LUCAS

Et si on arrêtait de détourner le regard ?

  • Âge20 ans
  • Origine(s)Français
  • SexeMasculin
  • OrientationHétérosexuel
  • GroupeMaître gentils
  • MétierDéveloppeur
  • Niveau socialRiche
mon avatar

caractère

clique ici si tu veux voir mon caractère !

Vous savez que se décrire est un exercice très difficile ? L’être et le paraître, ce que l’on veut montrer ou non, ce que l’on montre sans le vouloir… Bref, je ne vais pas commencer à trop me lancer là-dedans, ce n’est pas ce qu’on attend de moi.

Je suis quelqu’un de gentil. J’ai eu la « chance » de voyager dans plusieurs pays, ça a commencé avec le Japon, où je suis arrivé à l’âge de deux ans, jusqu’à mes onze ans, puis j’ai fait l’Amérique du Sud sur deux ans, avant de découvrir mon pays d’appartenance : la France. Ces quelques voyages m’ont permis d’apprendre à faire preuve d’ouverture d’esprit pour comprendre ces différentes cultures.

Si le Japon m’a appris à vivre en communauté en respectant les règles, et en ayant une certaine droiture d’esprits, alors que des pays comme la Bolivie et le Chili m’ont enseigné comment se débrouiller et une autre forme d’entraide.

Depuis mon arrivée en France, j’ai appris la déception, la douleur et l’ignorance. J’avoue que je me suis plongé dans mon travail de développeur web et logiciel pour ne plus voir le monde qui m’entoure, tant les personnes que la situation actuelle. Vous savez, détourner le regard pour ne pas voir le malheur des autres, s’interdire de voir le mendiant qui demande une pièce pour manger en songeant que quelqu’un donnera à notre place. Je fais comme vous, et je fais pareil avec les hybrides. Mais plus j’y pense, plus je me dis que je ne peux plus rester comme ça, en ayant eu un rôle à jouer dans cette sombre histoire de manipulation génétique.

Je suis très pragmatique, et peut me retrouver à réfléchir et à répondre en mode binaire, à savoir oui ou non. De fait, il se peut qu’il faille me tirer un peu les vers du nez pour construire une discussion. Et attention, le cynisme peut tomber à tout moment.
mon avatar

physique

clique ici si tu veux voir mon physique !

Si j’en crois les termes scientifiques qu’ont aimés à m’inculquer mes parents, je dirais que je suis un individu de type caucasien et de sexe masculin.

Du haut de mes 20 ans, je suis un bon gaillard d’un mètre quatre-vingt-trois et suffisamment sportif pour me permettre d’entretenir un ventre plat, à défaut d’avoir des abdos bien dessinés qui font craquer les filles. J’ai les cheveux blonds, mi-longs, qui rebiquent un peu dans tous les sens. J’ai renoncé à utiliser du gel ou autre forme de produit coiffant, rien ne fonctionne avec eux, et durant mon séjour en Amérique du Sud, se coiffer n’était même pas envisageable. Du coup, ils restent au naturel tout le temps. J’ai deux cicatrices au bras gauche, et une sous les côtes gauches le long de l’abdomen, résultat d’une mésaventure au Chili. Voilà pour le physique général. Ah non, j’ai oublié mes yeux. Ils sont vairons. Mon œil droit est bleu, et le gauche est marron.

Pour ce qui est de mon allure générale, je suis quelqu’un de très sobre. J’affectionne le style décontracté avec une chemise ou un polo avec un jean. Simple et efficace.

Et dernier point, travaillant sur un écran de manière régulière, il m’arrive de porter des lunettes afin de ne pas fatiguer ma vue.
mon avatar

histoire

clique ici si tu veux voir mon histoire !

Quoi ? Vous voulez un récap sur ma vie ? Soit, pourquoi pas… Je m’appelle Charles Lucas Desbois, et je suis français. Et parfaitement trilingue, avec le japonais et l’anglais. J’ai été élevé au Japon par mes deux parents qui s’étaient rendus là-bas pour une mission de longue durée pour leur entreprise. J’ai donc appris le français avec mes parents, le japonais avec les cours, l’anglais est venu bien des années après.

Le Japon… J’y suis resté neuf ans, et j’avoue que j’y retournerai bien maintenant, même si j’y ai des souvenirs douloureux. En effet, durant toutes ces années, j’ai habité la même maison, et grandis dans un quartier populaire où le voisinage s’entraidait énormément. Nos voisins avaient une fille, Hatsumi, qui était une classe au-dessous de moi, du coup nous avions fréquenté la même école, jouions tous les jours ensembles. J’étais très proche d’elle. Peut-on dire que j’étais amoureux d’elle ? A cet âge-là, l’amour comme on l’entend dix/quinze ans plus tard est bien différent, mais je faisais tout pour être le plus possible avec elle, je l’aidais, la protégeais lorsqu’on l’embêtait, la ramenais… Sauf que même jusqu’à dix/onze ans l’amour est quelque chose d’incompréhensible. Jusqu’au jour où elle disparue. Je n’avais pas pu aller en cours ce jour-là, j’avais eu une fièvre qui me clouait au lit. Suffisamment grande, Hatsumi est partie comme d’habitude en cours, mais elle n’est jamais revenue. Cette disparition m’a fait énormément souffrir. Je m’en rappelle, même aujourd’hui j’en ai encore le cœur qui se serre en y repensant. J’ai même commencé à m’en vouloir à l’époque, je me répétais en boucle que si je n’avais pas été malade, elle serait peut-être rentrée ce jour-là. Ce n’était pas le premier enfant qui disparaissait depuis les cinq dernières années, bien loin de ça puisqu’on comptait une moyenne de quatre enlèvements par an. Mais la police n’a jamais attrapé les coupables, ni même retrouvé d’enfant.

Devant mon état, mes parents ont demandé une mutation afin de m’éloigner du Japon, pensant que la distance me permettrait d’apaiser ma douleur, ce qu’ils obtinrent rapidement, me faisant arriver en Bolivie à l’âge de onze ans. Effectivement, là-bas j’ai rapidement « oublié » Hatsumi. Après avoir vécu dans le confort d’une ville nippone, autant dire que la vie en Amérique du Sud n’a pas était des plus accueillante. Et manque de chance, nous ne semblions pas les bienvenues. J’avais l’esprit plus occupé à essayer d’apprendre les mœurs de ce pays, et à apprendre à me débrouiller, qu’à me morfondre sur sa disparition. Nous avons passé deux ans à traverser la Bolivie et le Chili dans tous les sens, pour faire de l’humanitaire afin de bien faire voir leur entreprise auprès des populations locales. Mes parents m’ont enseigné l’anglais durant ce séjour, plutôt qu’une langue latine, ce qui aurait été plus simple pour comprendre, mais ils ont prétexté que l’anglais serait plus utile en cas de voyage vers un autre pays.

J’ai treize ans lors de cet incident. Nous étions revenus dans un petit village chilien que nous avions visité, un an auparavant, mais l’accueil fût plus froid que la première fois, et je vous assure que même avec les chaleurs tropicales de ces pays, avoir un fusil braqué sur vous vous fait frissonner de peur…  J’ai beau ne pas avoir appris l’espagnol avec autant de rigueur que les trois autres langues, il est simple de comprendre « Secuastradores des niños ». Nous étions accusés d’avoir enlevé des enfants de leurs villages car ils avaient été amenés quelques jours après notre départ par un autre groupe d’européens. Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, ni pour quelle raison le coup est parti, et une chevrotine ça fait mal. Très mal… Deux billes avaient traversés mon bras gauche, et une s’était logée dans mon abdomen. Après ça, je ne me rappelle de rien… J’ai dû m’évanouir, mais je sais juste que je me suis réveillé à l’hôpital, le bras en écharpe, et une vive douleur sous les côtes. Afin d’obtenir des soins complémentaires, nous sommes partis pour la France dès que c’était possible.

Une fois là-bas, ça a été le dépaysement total, encore une fois. La joie de retrouver une technologie aussi présente qu’au Japon, de ne plus passer mes journées sur des routes poussiéreuses. Nous étions revenus en France pour de bon, et j’ai dû me réhabituer à ne parler que français, à aller à en cours, chose que je ne connaissais plus depuis deux ans. Et à rencontrer des hybrides.

Je n’avais jamais entendu parler des hybrides, et découvrait ça. Les premiers jours, je voyais ça comme un phénomène de mode, une progression dans la science. Puis en grattant un peu, en se rendant compte que ce sont des expériences génétiques qui ont porté sur des humains, sur des semblables, j’ai trouvé ça beaucoup moins cool. Et j’ai tout fait pour les éviter. Je me suis concentré sur ma vie, sur mes études, trouvant ma voie dans le domaine de l’informatique. Aboutissant sur mon travail actuel.

Et aujourd’hui ? Je travaille seul, je vis seul, et porte une haine sans nom à mes parents pour leurs agissements. Pourquoi ? Parce que j’ai appris que les chevrotines que je me suis pris au Chili étaient justifiées. Mes vieux étaient impliqués dans la recherche sur la création des hybrides. Pour être plus exact, ils étaient envoyés dans différents pays pour repérer des sujets potentiels, tandis qu’une autre équipe venait quelques temps plus tard pour enlever ces personnes… Des enfants pour la plus grande partie. Comment ne pas faire le lien entre ça et la disparition de Hatsumi ? Malgré ça, je n’ai jamais eu de réponse de mes parents, et n’ai jamais su s’ils étaient impliqués dans sa disparition et ce qu’elle était devenue. Après ça, comment ne pas croiser un hybride sans avoir un pincement au cœur, et se demander s’ils n’avaient pas été transformés à cause de mes parents ? Je ne pourrais rien réparer, mais peut-être pourrais-je au moins soulager le cœur d’un de ces pauvres êtres en l’adoptant ? Je ne sais pas, mais j’y réfléchis sérieusement.

hors jeu

parce qu'en général t'as une vie à côté

Surnom : Onima
Âge : 24 ans
Comment as-tu trouvé Masters & Nekos ? : Merci Hatsumi ♥
Présence : Je peux passer tous les jours, mais j'ai un boulot + une auto entreprise, du coup les temps de réponse sont fluctuants
Ton avatar, c'est : Leon • Fire Emblem If
©linus pour Epicode


Dernière édition par Charles L. Desbois le Dim 25 Sep 2016 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HYBRIDE FEMELLE DOCILE
Featuring : See U - Vocaloid
Disponibilités : Je passe tous les jours !
Absence : Mi-Juillet à mi-Aout
http://mastersnekos.forumactif.org/t50-miaw
http://mastersnekos.forumactif.org/t744-hey-look-listen
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Charles L. Desbois    Ven 23 Sep 2016 - 18:26
Bienvenue ! Pour ta fiche je te conseille de mettre dans le titre son avancé pour qu'on repère quand tu as fini ^^ Après il faudrait que tu passes ton profil avec le lien vers ta fiche surtout ainsi que les listings te concernant ! Pour ta fiche, je te conseil de mettre des espaces pour faire des paragraphes, ce sera mieux à lire pour les autres owo


#009900 Miaw

Merci à tous !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Charles L. Desbois    Sam 24 Sep 2016 - 19:23
Hello !

Merci tout le monde :)

Melody : pour ce qui est des listings et du lien dans le profil, normalement c'est déjà fait :) j'ajouterai l'avancement dans le titre et remettrait les espaces aux bons endroits quand j'aurai accès à un pc (l'éditeur de code ne garde pas les espaces), ce sera plus simple que sur le téléphone :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Charles L. Desbois    
Revenir en haut Aller en bas
 
Charles L. Desbois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !
» PREVAL, CELESTIN ,MAWOM ,MOISE J CHARLES SOUPLE BA NOU YON TI CHANS
» A qui est cette chaussette ? JEAN CHARLES AU PIED ! { Libre ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masters & Nekos :: PERSONNAGE :: Présentations :: Fiches non-finies-
Sauter vers: